• Accueil
  • > Recherche : vote arnaque

Résultats de votre recherche

Après le premier tour : lettre ouverte à Jean-Luc Mélenchon

Posté par calebirri le 24 avril 2017

Monsieur Mélenchon, nous sommes nombreux (très nombreux) à y avoir cru ces derniers jours, jusqu’au dernier moment. Si tous ceux qui ont voté Macron par peur de Le Pen avaient voté selon leur coeur, ou si Hamon s’était rendu à l’évidence en vous soutenant, vous seriez peut-être aujourd’hui au deuxième tour; mais on ne refait pas l’Histoire. L’arnaque du vote utile a une fois encore fait du bon boulot…

Quoiqu’il en soit, notre futur président sera bien élu à partir d’environ un quart de l’électorat Français, et la majorité à l’Assemblée leur sera difficilement accessible. Vous avez un coup à jouer dans la reconstruction d’une vraie gauche, et j’espère sincèrement que vous n’apporterez pas votre soutien à Emmanuel Macron. Cet homme n’est pas de gauche, et ses discours sont lamentables. Il ne vaut pas mieux que Marine Le Pen, et vous ne devez pas -à mon avis- faire s’effondrer votre crédibilité par un soutien qui saboterait tout ce que vous avez réussi à construire.

Maintenant vous allez mener la bataille pour les législatives, ça c’est votre boulot pour les mois qui viennent. Mais vous ne pouvez pas nous laisser tomber, car nous avons besoin de vous pour une chose plus importante que tout cela, et qui ne dépend pas des élections : l’Assemblée Constituante.

Je crois que la convocation d’une Assemblée Constituante était le point d’accroche majeur autour de votre candidature, et le fait que l’élection du second tour se fasse sans vous n’empêche absolument pas de poursuivre le travail en ce sens. Car dès à présent la résistance doit se mettre en place. Avec la dynamique qui vous a conduit à recevoir plus de 7 millions de voix, vous avez encore aujourd’hui en main la capacité de rassembler les citoyens autour de cette idée. A côté, en dehors du petit jeu qui n’intéresse pas les électeurs, nous avons collectivement les moyens techniques et humains de préparer sereinement les conditions d’existence d’une Assemblée Constituante, et de fait tout le temps nécessaire pour lui permettre de travailler à la vitesse qui lui conviendra.

Pour tous ceux qui vous ont soutenu et puis pour tous ceux qui sont intéressés par de nouvelles manières de faire fonctionner la démocratie, je vous demande de ne pas refermer cette porte sur l’Assemblée Constituante, qui reste notre dernier espoir d’un jour ne plus avoir à subir l’élection, tous les 5 ans, d’un homme qui ne représente en définitive que moins de 10 millions de citoyens, sur un pays qui en compte plus de 60 millions.

Caleb Irri

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

Où nous mènent les petits calculs

Posté par calebirri le 31 janvier 2017

Je déteste les hommes politiques. Un homme qui se présente devant d’autres hommes en disant « moi je suis capable » est au mieux un grand naïf, et au pire un imposteur. Il faudrait pouvoir éviter l’un comme l’autre.

Et je hais plus que tout les petits calculs qui précèdent chaque rendez-vous électoral. Rendez-vous qui nous entraînent sous le quinquennat d’une élection à l’autre aussi certainement que les épisodes d’une mauvaise série qui n’aurait pas de fin.

Alors voilà, je m’apprête ici à faire comme les autres ce petit calcul pour voir où il m’emmène, juste pour confirmer mes doutes…

Il y a actuellement 9 possibilités de 2ème tour aux présidentielles :

1- Le Pen/Fillon
2- Le Pen/Macron
3- Le Pen/Hamon
4- Le Pen/Mélenchon
5- Fillon/Macron
6- Fillon/mélenchon
7- Fillon/Hamon
8- Macron/Mélenchon
9- Macron/hamon

Sans vouloir exagérer je pense que l’on peut dores et déjà retirer les hypothèses 8 et 9 pour les raisons qu’on imagine : à moins d’un séisme à la suite duquel les autres seraient emportés corps et biens, il n’y a quasiment aucune chance pour que ces configurations se produisent.

Restent 7 hypothèses:

Si on considère la 7ème (Fillon/Hamon), cela impliquerait que Jadot, Mélenchon et Macron se sont alliés à Hamon, tandis que Le Pen s’est retrouvée ejectée de la course (genre une « affaire » découverte dans le bon timing). Il est inutile d’aller plus loin.

Pour la 6ème (Fillon/Mélenchon), même chose que pour la 7ème à ceci près que c’est autour de Mélenchon que toute la « gauche » se rassemblerait. On peut également retirer cette hypothèse.

Et pour la 5ème (Fillon/Macron), impossible aussi, selon toute vraissemblance : que le PS se rapproche de Macron passe encore, mais que les partisans de Mélenchon ou de Hamon votent (au premier tour) pour Macron me semble assez impossible. Que des partisans de la droite votent Macron n’aurait rien de surprenant. Mais si on regarde bien, ceux qui sont suceptibles de voter pour Macron sont les mêmes que ceux susceptibles de voter pour Fillon, et réciproquement. C’est pourquoi il est difficile d’imaginer les trouver tous deux ensemble au deuxième tour.

Pour la 4ème (Le Pen/Mélenchon), il faudrait que Hamon se désiste pour Mélenchon mais le PS préferera Macron à Mélenchon. Cette hypothèse est à rejeter tout de suite.

Pour la 3ème (Le Pen/Hamon), il faudrait que Mélenchon se désiste au profit de Hamon, mais il restera Macron en embuscade et je doute que ce dernier se résigne à s’aligner. D’autant que cette configuration est la seule plausible dont le résultat du deuxième tour n’est pas certain.

Restent les deux premières hypothèses :

la 2ème (Le Pen/Macron), verrait Macron président presque à coup sûr : il rassemblerait les déçus de Valls et de Fillon, et prendrait les « anti Le Pen ».

la 1ère (Le Pen/Fillon), verrait sans doute Fillon l’emporter, ce qui signifierait que les 3 « de gauche » n’auraient pas réussi à s’entendre.

En gros, si Mélenchon ne se désiste pas au profit de Hamon, il y aura soit Macron soit Fillon.

Maintenant il faut savoir que comme tout le monde fait à peu près le même petit calcul que celui que je viens de faire (je n’entends que ça depuis les résultats du deuxième tour de la primaire), on retombe sur l’inévitable question du vote utile… et de l’arnaque de ce concept .

Selon toute vraissemblance Mélenchon ne soutiendra pas Hamon, sauf à enterrer définitivement sa carrière et les espoirs qu’il suscite à gauche

Hamon ne soutiendra pas non plus Mélenchon au risque de fair exploser le PS

Macron ne soutiendra ni l’un ni l’autre.

Les Sarkozistes et les Vallsistes préfèreront Macron, la gauche pour Hamon.

Si maintenant, au deuxième tour,
Hamon/Le Pen : on prend le risque d’un « Ni Ni » susceptible de faire passer Le Pen
Fillon/Le Pen : même risque
Macron/Le Pen : C’est vraissemblablement Macron qui passerait dans cette configuration, Macron ne faisant vraiment peur ni à la droite ni à la gauche

In fine, on arrive à la conclusion suivante : pour éviter Le Pen il faut voter Macron dès le premier tour.
Tout ça pour ça ! En gros circulez il n’y a rien à voir, les jeux sont faits.

Toute cette mascarade n’a pour objectif que de faire croire que nous décidons de notre président alors qu’en réalité il n’en est rien. Le simple fait de calculer devrait nous convaincre non pas de voter Macron mais bien plutôt de remettre en cause le système électif qui nous conduit à faire ce genre de calculs qui nous entrainent d’élection en élection à perpétuer l’alternance jusqu’à ce que le peuple finisse par mettre au pouvoir celui qui gueule le plus fort en promettant n’importe quoi. Histoire qu’on regrette le bon vieux temps de l’alternance d’antan.

Il paraît que c’est cela la démocratie

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

À bas les politiques, et vive LA politique !

Posté par calebirri le 12 décembre 2016

Je viens de regarder l’émission « Zone interdite » sur le « mal-logement ». 4 millions de personnes qui n’ont pas de logement. Ca fait un paquet de logements à construire non ? Quand je pense que certains disent qu’il n’y a pas assez de travail en France.

L’Etat et les préfectures sont incapables de gérer la misère que leurs supérieurs hiérarchiques ont contribué à créer. C’est inadmissible et pourtant, en 2016 dans un pays que l’on dit civilisé, riche, on nous répond qu’il n’y a pas assez de sous, pas assez de logements, pas assez de travail. Pourtant l’évasion fiscale atteint des records, et les tonnes de bombes que nous envoyons au nom de la paix coûtent elles-aussi des millions. Par jour.

Je suis de plus en plus dégoûté par ce monde qui n’a plus la moindre notion de décence. Ils veulent qu’on vote pour eux tous ces pourris qui sont incapables de faire ne serait-ce que le minimum pour nourrir et loger la population ? Non, vous n’aurez pas ma voix. Vous n’en méritez aucune, que vous vous disiez de droite ou de gauche. Regardez ce père de famille dans un logement insalubre avec ses deux enfants dont la santé pâtit de cette situation : on se fout de sa gueule, tout simplement, il n’y a pas d’autre terme. Et le gars qui a des diplômes et qui dort dans la forêt, ou le père qui ne voit pas sa fille parce qu’il dort dans sa voiture ? Comment est-ce possible ?

Je serais le gars avec les deux enfants je serai rentré avec les caméras de M6, j’aurais crié sur tous les toits le nom du conseiller, ainsi que celui du « supérieur hiérarchique » (c’est une « victoire » quand on arrive à le joindre !!), du maire de la ville et ameuté toute la préfecture. Que ces gens-là aient honte. Ils n’y sont pour rien ? Si, ils votent pour faire perdurer cette arnaque, ils entretiennent un système qui fait que lorsqu’un gars comme celui qui loue son terrain aux familles en détresse et essaie de leur rendre la vie moins pénible on lui met des bâtons dans les roues, on le traîne devant les tribunaux.

C’est incroyable quand même, alors que les solutions sont si simples à mettre en oeuvre. Déjà Orwell, dans son livre « dans la dèche à Londres et à Paris », évoquait la remise en état des lieux abandonnés et insalubres par les SDF eux-mêmes, et qu’en leur offrant un « chez-eux » pourri plutôt que d’attendre qu’une solution meilleure se débloque on leur permettait de se projeter dans un futur leur appartenant.

Il suffirait de peu de choses pour que des maires, des députés, des propriétaires avec un coeur à la place d’une calculette autorisent la réhabilitation des logements abandonnés à des familles qui s’investiraient pour les rendre vivables et sains. Ils pourraient avoir une adresse, récupérer partout où le gâchis pullule les matières premières pour retaper les logements, et faire de leurs jardins des potagers susceptibles d’améliorer leur alimentation.

Pour l’eau et l’électricité, le solaire est tout indiqué et il existe désormais de nombreux équipements peu énergivores pour assainir ou pomper l’eau.

Il ne faut pas attendre des politiques qu’ils fassent ce qu’ils n’ont jamais voulu faire depuis tant d’années. Il faut s’affranchir des lois qui empêchent de construire sur des terres agricoles quand le propriétaire est d’accord, il faut empêcher EDF d’être propriétaire de l’électricité qu’on produit.

Tous ces types qui veulent nous gouverner sont de mauvaises personnes, et même leur charité n’est qu’un calcul pour acheter vos voix, pour que vous les fassiez taire ensuite pendant la durée de leur mandat.

Il faut qu’il y ait des types qui réfléchissent au moyen de trouver des propriétaires acceptant de donner qui une parcelle de terre, qui un logement pourri, qui une forêt dont il n’a pas l’usage, et le donne à des associations dont l’objectif serait de viabiliser un projet logement + nourriture. Adapter aux populations demandeuses et aux ressources disponibles (semences, animaux de basse-cour, bois, ciment, surplus de chantiers et tout ce qui peut servir), coordonner les bonnes volontés avec pourquoi pas des formateurs qui valideraient des compétences, et inventer les méthodes pouvant conduire vers l’autonomie « suffisante » à une vie décente en termes d’énergie, de confort et de nourriture.

Il faut laisser dans leur bulle ceux qui, « là-haut », s’amusent avec nos vies. Les élections qui arrivent sont de la poudre aux yeux, cela n’a aucun intérêt. Commencer à travailler entre nous, pour nous. Il n’y a pas besoin de se soumettre à un parti pour cela. Des gens ont besoin de logements ? Qu’on en construise, il paraît que des gens cherchent du boulot. Ils n’ont pas assez à manger ? Mais la nature pousse toute seule, et les poules pondent un oeuf par jour ! Il fait froid l’hiver ? Mais le soleil éclaire tous les jours, gratos, et la technologie avance.. Les petits villages sont désertés ? Et bien quand on vous dit qu’on ne manque pas de place !

Quand nous aurons compris que les êtres nuisibles qui nous ont foutus dans cette merde sont les mêmes que ceux qui disent qu’ils vont nous en sortir on pourra enfin commencer à faire autre chose que cette lamentable mascarade qu’ils nomment politique. Arrêtez de voter, arrêtez de vous intéresser à eux, de les écouter ou de les craindre. Ils ne sont grands que parce que nous sommes à genoux, c’est clair non ? Et vous les journalistes, vous le voyez aussi non, alors pourquoi continuer à parler d’eux ? Et vous les policiers et militaires, vous n’en avez pas marre qu’on vous envoie tuer ou vous faire tuer pour du pognon qui n’est même pas pour vos familles ? Et vous dans vos entreprises, de travailler pour acheter les produits que vous fabriquez ? Vous dans les administrations de vous réfugier derrière votre hiérarchie pour ne pas assumer la honte de ne pas pouvoir faire votre boulot correctement ?

Putain c’est partout pareil, chacun trouve cette situation scandaleuse. Et pourtant on continue de boire toute cette propagande sans rechigner : pendant les pubs de l’émission sur les mal-logés il y avait des bijoux de luxe, du parfum et des téléphones portables à presque 1000 euros. Enfoirés, va !

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

misère de la politique ?

Posté par calebirri le 15 septembre 2016

Ca ne pouvait pas manquer : les prochaines élections sont déjà dans toutes les têtes… Reviennent déjà en force les petites phrases assassines, les commentaires sur ces petites phrases, et puis les sondages ; les discours enflammés, les promesses en l’air, les polémiques sans fin, les scandales révélés… jusqu’au bouquet final avec le vote utile et tout le tralala.

Comme cela se passe depuis des dizaines et des dizaines d’années, en France comme ailleurs, la mascarade des élections éclipsera la misère de la politique. La misère des programmes, la misère des idées. Durant les mois qui viennent nos journalistes ne feront que compter les points, tandis que les citoyens suivront cette « période électorale » comme ils suivent une série télévisée.

Bon. Pour que Nicolas Sarkozy (lui ou un de ses clones) l’emporte, il lui faut Marine Le Pen en face au deuxième tour.
Pour François Hollande (lui ou un de ses clones), il lui faut aussi Marine Le Pen au deuxième tour. Afin de pouvoir utiliser l’atout « vote-utile« . Les autres peuvent aller se rhabiller, ils se soumettront pour quelques porte-feuilles dès le soir du premier tour.

Pliée l’élection, ce sera le camp de Hollande ou le camp de Sarkozy, et puis on continuera comme avant. Et si c’est Le Pen, et bien ce sera pire. Un peu plus vite ou un peu plus fort. Mais que ce soit avec l’un ou avec l’autre de ces guignols le pire est au bout du chemin. Le monde est ainsi fait que le politique et ce qu’on appelle communément « l’opinion publique » fonctionnent en cycle fermé : l’opinion publique influence les discours des politiques qui influencent l’opinion publique, par l’intermédiaire des médias possédés par ceux qui corrompent les politiques, et qui ne leurs laissent le choix que de se battre dans le vide (médiatique !) ou que de se voir apprendre à pratiquer le double-langage pour pouvoir sortir ses mensonges sans s’étouffer.

Ceci étant dit, il faut quand même retenir qu’en occultant totalement les débats d’idées (qui pourraient avoir lieu si nos prétendants à la victoire en avaient ?), les hommes politiques peuvent ainsi continuer à dire n’importe quoi sans que cela n’écorne leurs chances de victoire. Servis par des journalistes connivents, à tel point que ceux dont nos politiques redoutent les paroles sont désormais les chroniqueurs à la mode…

Le problème c’est que tant que les citoyens continuent de croire qu’en allant voter ils font leur devoir nous continuerons collectivement de cautionner cette insupportable mascarade. Il faut pourtant que cela cesse. Tous ceux qui veulent « changer les choses » devraient s’apercevoir que le changement ne viendra pas du bulletin de vote qu’il déposera dans l’urne, comme depuis des décennies, mais peut-être justement de l’absence de ces bulletins dans les urnes de France. Pour montrer notre mécontentement, nous devrions laisser élire un roi sans peuple. Puisque le système électoral actuel ne permet pas le changement de gouvernance (un parti unique à trois têtes plus ou moins vilaines), alors il ne doit pas être légitimé par notre participation. Si dans le monde le président français est élu avec 20% de participation, il lui sera difficile de se sentir investi par ce « peuple français »… On pourrait alors peut-être commencer à se poser les bonnes questions.

Et à ceux qui se demandent ce qu’on pourrait faire après ça, il existe tout un tas de projets d’Assemblée Constituante prêts à servir, pour peu que les citoyens veuillent bien se donner un peu la peine de s’y intéresser.

Mais les citoyens, veulent-ils vraiment du changement ? C’est peut-être cela la question la plus importante à laquelle il faudrait répondre… Et si nos politiques travaillaient non pas au changement mais justement à l’absence de changement ? Si au lieu de nous informer nos médias nous endormaient avec une jolie série à suspense afin que nous ne désirions même plus de changement ? Et bien si c’était le cas, alors nos hommes politiques ne seraient pas si bêtes ; et peut-être même ont-ils bien des idées, des vraies… mais attention : ils prendraient bien soin de ne jamais les divulguer !

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

Au bord du précipice

Posté par calebirri le 7 février 2016

Combien de temps cela va-t-il tenir encore ?

Notre civilisation s’approche toujours un peu plus du chaos qui vient, et pourtant elle n’a toujours pas plongé. Notre humanité possède une capacité à rester debout, malgré le vent qui la pousse, au bord du précipice qui l’attire vers lui, somme toute assez stupéfiante : car enfin cela fait cent fois qu’elle aurait dû basculer dans ce gouffre. Et elle est toujours là, debout, ou à peine à genoux, défiant jusque les lois de la nature…

Ainsi les terroristes gagnent du terrain, la démocratie en perd, mais nous faisons encore des enfants, et nous continuons de mettre de côté pour nos vieux jours…. c’est ça l’instinct de survie ? C’est ça la théorie de l’évolution ? Puisque nous sommes assez stupides pour tout foutre en l’air, nos corps se rapprochent-ils d’eux-mêmes pour maintenir la survie de l’espèce ou est-ce la misère qui les y contraint ? et nos esprits n’espèrent-ils pas ainsi continuer de vouloir vivre malgré les faits qui nous accablent ?

Mais qu’est-ce qui a bien pu se passer ? Comment les êtres humains peuvent-ils être à la fois si intelligents qu’ils inventent tous les outils capables de leur rendre la vie meilleure et qu’en même temps ils sont infoutus de les utiliser autrement que pour se la rendre misérable ?

J’entendais l’autre jour que les archéologues avaient découvert des objets « d’art » vieux de 500 000 ans, ce qui signifierait que la civilisation humaine se développe sans discontinuer depuis tout ce temps. Nous n’en connaissons pour ainsi dire rien mais nous sommes toujours là, 500 000 ans plus tard !

Nous sommes capables d’envoyer des fusées dans l’espace ou de faire vivre un homme avec un coeur artificiel mais nous avons créé les conditions d’un chaos indescriptible en seulement quelques siècles. Récemment on apprenait que les 1% les plus riches possédaient autant de patrimoine que les 99 autres pourcents de la population. 1% possède la moitié de la planète, et 99% possèdent l’autre moitié. Les premiers veulent vivre longtemps et en bonne santé, tandis que les 99 autres pourcents en bavent pour permettre au 1% d’y parvenir. En détruisant consciencieusement la terre qui les nourrit (plus ou moins) tous. Cela signifit-il que 100% de l’humanité, la même que celle qui a débuté ici il y a 500 000 ans, ont détruit la planète pour le plaisir d’un si petit nombre d’êtres humains ? En si peu de temps ?

Aujourd’hui on demande aux 99% de faire encore des efforts, et on s’étonne que la colère gronde partout dans le monde !

Non ce qui est étonnant, c’est que la guerre n’ait pas encore éclaté.

Vous ne la sentez toujours pas venir ces dictatures qui conduisent toujours au pire ?

Je ne vais pas faire la liste ici mais l’exercice vaudrait sûrement le coup ; dommage que je n’ai pas assez de temps pour cela. Depuis 2012, quand les « socialistes » criaient au scandale quand j’écrivais qu’il ne fallait pas voter Hollande, il s’en est passé des choses ! Vous pensez toujours qu’il fallait voter Hollande ? Vous n’avez pas un tout petit regret aujourd’hui ?

Il y a dix ans la France était un pays que tout le monde enviait pour sa protection sociale, son cdi, ses 35 heures, ses libertés, ses rues tranquilles, son dialogue social, son accueil, son indépendance… Aujourd’hui nous espérons secrètement conserver suffisamment de liberté pour oser dire que monsieur Valls est un homme dangereux ou que monsieur Macron est un « libéral décomplexé » (tu parles !).

Pendant ce temps on discute du livre de Sarkozy définitivement pathétique, de la barbe de Macron, ou de savoir si une primaire aura lieu « à gauche ». Sans déconner !
Pendant ce temps on détrousse les migrants, (enfin ceux qui ont réussi à ne pas mourir ou se faire agresser en chemin), on les met dans des camps et on les laisse pourrir dedans. En 2016 Nous recréons des bidonvilles à l’intérieur de l’Europe, et des milices fascistes refont leur apparition. L’année va s’écouler sous « état d’urgence » après une modification constitutionnelle dont le débat public est centré sur la déchéance de nationalité appliquée à des types qui ont une haine de tout ce que la France représente… la belle affaire ! Cette excuse terroriste aura si bien fonctionné que pour ne pas que ces barbares nous suppriment des libertés, nous nous les retirons nous-mêmes. Nous arriverons en fin d’année complètement désarmés pour lutter, juste à temps sans doute pour commémorer les attaques du 13 novembre 2015 et entamer la campagne présidentielle dans la foulée. Hollande se représentera après avoir truqué les chiffres du chômage, Le Pen sera invitée partout pour déverser sa haine et puisque cela ne suffira pas on nous effraiera aussi avec le terrorisme. Sarkozy ou un autre seront là en embuscade, prêts à faire toujours pire dans leurs propositions libérales histoire de ne rien lâcher face aux Macron et Valls qui seront peut-être de la partie. On nous ressortira le coup du « vote utile« , comme s’il suffisait d’avoir sa carte au PS pour être de gauche ou de l’avoir au LR pour ne pas être d’extrême-droite.

Tout le monde râlera encore pendant les élections, et se résignera tout de même à voter au deuxième tour pour LR ou le PS, après un « sursaut républicain » d’entre les deux tours. On lancera peut-être même « l’Union Sacrée », Le « LRPS » ou le « PSLR » ; et puis pourquoi pas ressortir quelques casseroles accrochées judicieusement derrière le FN qui aideront les plus frileux à faire un choix ; Et c’est reparti pour un tour.

Ah c’est sûr qu’elle repartira la croissance ! Quand vous aurez vu vos salaires baisser à mesure que vos droits sociaux s’amenuisent, il sera toujours temps de compter la « recompensation » de vos pertes comme des gains, ça ne nuit pas au moral.

Mais ne serait-il pas plutôt temps de se réveiller? Nous avons désormais deux ennemis : l’un est extérieur, l’autre est intérieur. Tous les deux luttent contre la démocratie. C’est-à-dire contre nous, le peuple.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

Il faut lutter contre le parti unique

Posté par calebirri le 23 décembre 2015

Ils commencent à me faire chier tous avec leur vote utile : c’est une arnaque ! Vous ne voyez pas ce qui se trame derrière ce « front républicain », cette « union sacrée » qui se fait jour en ce moment ? Comment appelle-t-on cela déjà…. ah oui : le parti unique. Cela est tout à fait légitime bien sûr si l’on considère la proximité des idées comme des agissements de nos deux partis dits « de gouvernement » (et oui pourtant les choses étaient claires depuis le début avec ce terme pas du tout ambigü). Ils vont bien tenter de nous faire croire que le bipartisme est toujours là avec le FN comme épouvantail mais la réalité c’est que ce sont bien les idées du FN que nos politiques ont en commun…

Maintenant que les choses s’éclaircissent il va falloir que les citoyens en prennent bonne note : le seul parti pour lequel ils sont autorisés de voter à la prochaine présidentielle (il paraît qu’ils se sont arrangés récemment pour transformer les règles de la campagne à venir pour favoriser encore plus leur propre camp) est un parti unique à trois têtes dont les unes valent les autres : un Le Pen vaut un Estrosi qui vaut un Macron : baisse des salaires, baisse des dépenses publiques, baisse des aides et préférence nationale, islamophobie et court-termisme, corruption et petites magouilles entre amis.

L’état d’urgence est pour eux une chance inespérée
de voir les élections fermées et la démocratie disparaître, et avec elle toutes les contraintes économiques qu’elle faisait peser sur les entreprises et l’Etat (qui n’est qu’une grosse entreprise donnée en gestion à des fonctionnaires serviles et corrompus ; il n’y a qu’à regarder comment la « bataille » contre les paradis fiscaux avance !

Maintenant plus que jamais il est temps de reconnaître l’échec de la vraie gauche qui refuse de voir ce qui se trame depuis trop longtemps. Elle est inaudible car elle n’est pas crédible : tant qu’elle reste positionnée sur le « mieux disant  social » (ou le « moins-pire » disant), elle n’arrivera à rien.

On pourrait se demander si la faiblesse et la « timidité » des hommes de gauche est une contrainte qu’ils s’imposent pour se « caler » sur les volontés populaires qu’ils croient déceler dans les sondages orchestrées par des médias avides de sensationnel (mais de droite), ou s’ils ensont réellement réduits à cette misère intellectuelle qui les pousse à croire que le socialisme est compabtible avec l’écologie ou le capitalisme. Mais quand on voit à quelle vitesse nos politiques retournent leurs vestes à mesure du changement de vent public qu’ils croient sentir, peut-être suffirait-il qu’ils entendent qu’une grande partie du peuple (celui de gauche pour de vrai) attend autre chose d’eux que de pigner en attendant que leur tour vienne.

Il y a quelque chose à faire pourtant. Il est grand temps pour ceux qui ne veulent pas d’un parti unique en France de réfléchir un instant aux alternatives qu’ils ont : car il existe des intellectuels qui même s’ils ne sont pas médiatisés, sont tout de même présents grâce au web notamment, et qui représentent une force politique conséquente. Chacun bien sûr a son préféré, son « champion », et il est très difficile de laisser du compromis dans une radicalité pourtant nécessaire. En définitive il est certainement beaucoup moins difficile d’être de droite que de gauche.

Je ne sais pas s’il existe un point commun entre toutes les composantes de la « vraie » gauche qui suffise à les rassembler pour une cause commune comme l’était la lutte contre le capitalisme autrefois mais sans doute cette référence ne saurait suffire aujourd’hui. Mon avis est que l’Assemblée Constituante pourraît être ce liant car il ne remet en aucun cas en cause la radicalité des positions de chacun. Il y a bien sûr un débat qui courre depuis un moment déjà sur la manière dont cette Assemblée Constituante doit être créée (vote, tirage au sort ou un mélange des deux…), mais cela peut être tranché par un référendum… Ou un pile ou face !

Sans plaisanter nous pouvons tous constater ensemble que les institutions qui permettent d’en arriver à un tel niveau de déni de démocratie sans s’effondrer complètement sont de mauvaises institutions. Seulement il ne faut pas céder non plus aux sirènes de ceux qui vous disent que l’Assemblée Constituante devra être comme-ceci ou comme cela. Ce n’est pas à eux d’en décider mais au peuple lui-même. Autrement dit, un parti qui dans son programme revendique la mise en place d’une Assemblée Constituante « entre autres choses » est déjà dans l’erreur : car pour qu’il soit crédible il faudrait que la création de cette Assemblée Constituante soit son seul programme. Son objectif serait d’accéder au pouvoir non pas pour appliquer un programme -forcément contraint par la réalité des échanges tels qu’ils existent dans les structures présentes- mais pour préparer la mise en place effective de cette Assemblée Constituante, tout en continuant de gérer les affaires courantes.

Il faudra bien sûr se décider collectivement, au moyen d’un référendum évidemment, de la meilleure manière dont une Assemblée Constituante doit fonctionner pour représenter le plus fidèlement possible les volontés des individus. Mais le plus dur sera sans aucun doute de populariser cette idée afin qu’elle devienne évidente pour le plus grand nombre.

Ne connaissant pas d’autre moyen de populariser une idée que le « bouche à oreilles », je pense qu’il faudra un endroit pour se regrouper, et se compter ; un lieu pour discuter, et puis aussi un lieu pour décider. J’ai déjà tenté de faire ce regroupement il y a quelques années, mais peut-être les citoyens n’étaient-ils pas prêts à le faire alors… Qu’en est-il aujourd’hui ? Allez-vous continuer de subir l’arnaque du vote utile jusqu’à ce qu’ils vous expliquent eux-mêmes qu’ils peuvent très bien s’en passer en définitive, ou allez-vous comprendre enfin qu’en vous soumettant à ce petit jeu vous ne faites que légitimer la prise de pouvoir par des gens qui ne méritent ni votre voix ni votre confiance ?

N’y a-t-il personne parmi les gens qui me lisent qui seraient motivés pour s’y remettre ? Quelqu’un qui s’y connaisse en informatique et qui parvienne à faire du forum que j’avais mis en route quelque chose d’attractif et de performant ?

N’est-il donc pas possible pour les partisans de cette Assemblée Constituante de se mettre d’acoord non pas sur les modalités de fonctionnement de celle-ci mais sur le fait qu’ils ont en commun d’en vouloir une ?

Si jamais il y en a encore quelques uns pour tenter le coup vous savez où me trouver.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Assemblée Constituante | 5 Commentaires »

1234
 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...