• Accueil
  • > Recherche : sommes terroristes quadrature

Résultats de votre recherche

Nous sommes tous des terroristes ?

Posté par calebirri le 28 septembre 2014

Cela fait quelques jours que je me pose cette question. Depuis que je suis tombé (un peu par hasard de liens) sur le site de « la quadrature du net » . La nouvelle Loi « anti-terroriste » y est analysée, et elle fait vraiment peur : il apparaît que nous sommes tous, individuellement, des terroristes en puissance.

On m’avait dit qu’il y avait plus de chances, statistiquement, de mourir frappé par la foudre que de mourir dans un attentat, mais je ne crois plus aux statistiques. D’ailleurs le terrorisme ce n’est plus seulement poser des bombes : sur wikipedia on voit qu’il existe bien plus de cent définitions de ce terme, mais maintenant ce peut être à peu près n’importe qui : « Art. 421-2-6. – Constitue également un acte de terrorisme, lorsqu’il est intentionnellement en relation avec une entreprise individuelle ayant pour but de troubler gravement l’ordre public par l’intimidation ou la terreur, le fait de rechercher, de se procurer ou de fabriquer des objets ou des substances de nature à créer un danger pour autrui, en vue de préparer la commission :

« – d’un des actes de terrorisme mentionnés au 1° de l’article 421-1 ;
« – d’un des actes de terrorisme mentionnés au 2° du même article, lorsque l’acte préparé consiste en des destructions, dégradations ou détériorations par substances explosives ou incendiaires destinées à entraîner des atteintes à l’intégrité physique de la personne ;
« – d’un des actes de terrorisme mentionnés à l’article 421-2. »
II. – À l’article 421-5 du même code, après le troisième alinéa, il est inséré un alinéa ainsi rédigé :
« L’acte de terrorisme défini à l’article 421-2-6 est puni de dix ans d’emprisonnement et de 150 000 € d’amende. »
(voir article 5)

Et puis j’ai commencé à me poser des questions : la quadrature du net, puisqu’il propose de lutter contre cette loi, est-il susceptible de créer un trouble à l’ordre public ? Faudra-t-il alors le dénoncer ?

Seulement à pousser la réflexion plus loin, je me suis aperçu que de nombreux sites que j’ai l’habitude de consulter , moi qui suis devenu suspicieux de tout, sont potentiellement visés par les dispositions « élargies » de cette loi. J’ai même presque de la crainte à les nommer, on ne sait jamais. Et puis plus grave encore : il m’est arrivé de regarder des vidéos de Dieudonné, pour me faire une idée du « personnage » (chose que je n’aurais jamais faite sans toute la « polémique » d’il y a quelques mois). Etant désormais accusé « d’apologie de terrorisme », je me suis alors inquiété de savoir si je risquais quelque chose, et surtout si j’étais en train de devenir moi-même un terroriste ?

Car par extension, la loi précise (voir article 9) que consulter des sites « faisant l’apologie du terrorisme » commettent un délit.

C’est là que tout se complique ; enfin surtout pour les journalistes, mais pas qu’eux : car « couvrir » des événements comme ceux qui se déroulent en ce moment va devenir difficile… comment savoir si l’exécution de tel ou tel otage est un « montage » ou pas puisqu’ils ne pourront plus ni vérifier ni authentifier une vidéo devenue « hors-la-loi ». Il leur faudra se rendre sur des sites « suspects » et le devenir à leur tour. Comment entendre les témoignages de ceux qui se considèrent comme « résistants » s’ils sont officiellement appelés « terroristes » par le gouvernement ?

Pour continuer à s’informer « autrement », il va bientôt falloir se perfectionner techniquement, et adopter des comportements suspects voire illégaux, puisque l’information alternative ou contestataire sera peu à peu rendue inexistante, car la nouvelle loi ne s’arrête pas à une nouvelle définition du terrorisme ; elle institue une censure sans aucun contrôle judiciaire qui permettra à la police de suspendre ou supprimer n’importe quel site sous les prétextes élargis contenus dans le texte de loi. Ainsi, il deviendra rapidement nécessaire de revoir totalement nos « blogrolls », car les sites qui constituent mon univers informatif vont disparaître les uns après les autres, toutefois si on laisse le mien tranquille !

Le problème est bien plus large qu’il n’y paraît : car pour sanctionner il faut contrôler, et les « terroristes » comme moi doivent se trouver fort heureux de la crise économique qui empêchera pendant longtemps encore le gouvernement de mettre un policier derrière chaque suspect- bien que la NSA leur fournira peut-être bientôt un moyen plus économique de nous surveiller tous ! Ensuite, il faudra quand même m’expliquer une chose : le fait que nous soyons tous appelés à grossir d’ici peu le rang des terroristes ne dit pas comment on fera pour vérifier si les sites supprimés par la police du gouvernement étaient bel et bien des sites terroristes. Car une fois supprimés, ils seront inaccessibles. Qui pourra dire que le blog de Caleb Irri n’était pas un site faisant l’apologie du terrorisme s’il ne peut aller lire ses écrits ?

Imaginez donc, un gars qui doute de tout, jusqu’à douter de la sincérité d’un gouvernement socialiste pourtant démocratiquement élu, et qui prône la mise en place d’une Assemblée Constituante ! Manquerait plus qu’il soutienne les thèses de ce révolutionnaire Bernard Friot !

Enfin il me faut plaider coupable, car je dois l’avouer j’ai bien peur d’avoir eu une pensée malsaine ces derniers temps… Je ne sais pas si je peux en parler ici, cela est tellement honteux que j’ai quelque peine à aller plus loin… A force de douter de tout (un défaut qu’il faut bien considérer comme suspect), j’en suis venu à me demander une chose : et si cette loi anti-terroriste n’était pas destinée à lutter contre le terrorisme mais bien plutôt à se donner les moyens de faire taire toute contestation du pouvoir en place ?

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

PS : craignant d’être allé trop loin dans ma démarche, je crois qu’il serait bon que je me dénonce dès à présent aux autorités compétentes, en envoyant par ailleurs cette confession de mon état de terroriste potentiel à nos sénateurs qui vont bientôt devoir étudier le texte. Il serait bon pour la paix que chaque citoyen qui se sente concerné par cette Loi fasse lui-aussi son auto-critique et l’envoie aux sénateurs, afin de demander à nos chers représentants de nous protéger… car nous sommes tous des terroristes potentiels sans forcément le savoir, et eux aussi peut-être !

Publié dans politique? mensonges, surveillance | 3 Commentaires »

C’est à Chypre que tout a commencé

Posté par calebirri le 18 mars 2013

C’était il y n’y a pas si longtemps… à Chypre. En quelques jours à peine tout s’est effondré, d’une manière si rapide et si puissante qu’on aurait pu croire à une épidémie de peste, ou à un tsunami…

Je vais vous raconter :

En quelques jours à peine tous les records atteints en quelques mois par les bourses du monde entier ont été annulés par un krach boursier massif, suite à un premier bankrun réalisé en réponse à une « taxe exceptionnelle » sur les dépôts bancaires des Cypriotes. Cette décision, prise pour une petite île d’à peine plus d’un million d’habitants, a suffit pour embraser en quelques mois le monde tout entier, pour aboutir au chaos sans précédent que nous traversons actuellement. Se sentant spoliés par la « Troïka » (c’était le nom que les dirigeants d’aujourd’hui avaient à l’époque), des milliers de cypriotes se sont rués vers les banques pour retirer leurs avoirs, ce qui n’a pas manqué de faire s’effondrer le système bancaire de l’île, avec les conséquences en cascade -logiques- qui s’ensuivirent dans les autres banques européennes. Les réunions organisées par les dirigeants européens n’ont pas suffit à calmer les esprits et l’accord de sauvetage voulu par les pays en difficulté a été refusé par l’Allemagne qui souhaitait au contraire des sanctions pour les pays ne respectant pas leurs engagements. En Italie et au Portugal des manifestations ont été organisées contre l’austérité, et on a constaté au cours de la semaine suivante des retraits massifs d’argent liquide dans les banques les plus fragiles de ces deux pays : puisque les dépôts des petits épargnants n’étaient plus garantis, nombreux sont ceux qui voulurent retrouver leurs avoirs, et chacun savait désormais que tous ne récupéreraient pas leur argent. Le cours de l’or a atteint des records en quelques heures en Italie et en France, tandis que les appels au bankrun se sont faits partout ailleurs plus nombreux.

Comme un virus se répandant à une vitesse folle, les bourses asiatiques et américaines ont elles aussi rapidement marqué le pas, et la FED a alors dû se résigner à cesser d’injecter des liquidités dans son économie. La Chine, elle, a décidé de montrer son mécontentement par des manoeuvres militaires de grande ampleur, tandis que les agences de notation ont abaissé en moins de 6 mois toutes les notes des plus riches Etats de 2 crans supplémentaires, ce qui a provoqué une sorte de « rupture de confiance », comme l’ont appelé les économistes : les taux d’intérêts se sont envolés ensuite sans jamais plus redescendre.

Parallèlement à ce qui ne semblait être que le début d’une « petite rechute économique » (c’est ce qu’on nous disait alors), le nombre de chômeurs a augmenté beaucoup plus vite que prévu dans tous les pays de la zone euro et les gouvernements, s’appuyant sur une nouvelle disposition européenne, ont décidé de faire appliquer des restrictions dans tous les domaines sociaux pour disait-on « empêcher la faillite ». Malgré l’opposition de la plupart des parlements, l’âge légal de départ à la retraite est passé à 70 ans pour tous, et les indemnisations pour les chômeurs ont été remplacées par des « bons d’assistance » faits de colis alimentaires ou de vêtements usagés : le seul moyen pour éviter de supprimer, nous promettait-on alors, la garantie sur les dépôts des petits épargnants, comme à Chypre.

Une loi européenne en préparation depuis plusieurs mois refit également son apparition, qui a interdit aux déposants de retirer plus de 100 euros d’un seul coup, ce qui a suscité l’émotion chez les commerçants et les associations de protection des usagers des banques qui parlaient déjà de mise sous tutelle forcée, quand ce n’était pas d’autoritarisme.

De grandes manifestations ont été organisées et les violences ont été de plus en plus grandes jusqu’à ce que le gouvernement s’est dit « obligé » de recourir à l’armée pour « protéger » la population, menaçant même de s’en remettre à « l’état d’urgence » au cas où ces dernières dégénèreraient… on sait désormais où cela allait nous mener : avec les nouvelles dispositions internet sur les réseaux sociaux, les lois « anti-terroristes » destinées à protéger les citoyens et autorisant désormais la police à faire supprimer n’importe quel compte qui puisse « mettre en péril » la sécurité du pays -avec des mots-clés de censure automatique comme en Chine (que n’a-t-on pas dit sur la Chine à l’époque précédente ; si on avait su !). Avec le nombre de manifestants arrêtés, de journalistes censurés ou de militants « disparus », notre monde se transformait peu à peu en nos pires cauchemars orwelliens : loin d’avoir effrayé les générations suivantes, il semble presque que ce livre 1984 ait servi de « bible » à nos gouvernants actuels tant les rapprochements que l’on peut faire entre cette fiction et la réalité sont nombreux !

Les « anonymous », la « quadrature du net », les indignés et de nombreux autres mouvements de résistance dénonçaient si clairement les dérives fascistes de l’Europe qu’ils furent purement et simplement interdits, tandis que le parti pirate se voyait menacé d’être définitivement dissous après la découverte de 2 kilos de cannabis au domicile du fondateur de ce parti, actuellement toujours en prison.

Ce n’est qu’une fois la France officiellement insolvable que l’Europe a ensuite commencé d’imploser : avec l’état d’urgence qui a précédé le « grand bankrun » organisé par les européens de tous les pays en réponse à l annonce (finalement) de la taxation des déposants décidée par l’Allemagne et la Troïka, la Grande-Bretagne s’est retirée définitivement de la communauté européenne. On vit en France le retour des soupes populaires et la délinquance augmenter tant et si bien qu’on finit par enfermer les mendiants, contraints de travailler pour sortir : des « camps » furent alors créés, dans lesquels ceux qu’on appelle les « gens du voyage » étaient les plus nombreux.

Les dispositions pour empêcher la tenue de ce « grand bankrun » n’ont pourtant pas suffit à stopper le mouvement qui a combattu de longues heures jusqu’à la tombée de la nuit. Plusieurs dizaines de morts ont été comptabilisées à travers toute l’Europe, parmi lesquels quelques militaires. Tous les retraits ont alors été interdits , puis bientôt contrôlés directement par l’Etat. Pour nous sortir de cette crise, nous avaient-ils promis…
L’Allemagne imposa alors à tous les pays européens, France comprise, une gouvernance économique allemande avec protectorats de fait, et une nouvelle loi sur la « transparence des échanges »… qui s’est avéré être un contrôle permanent de nos achats : suppression de la monnaie fiduciaire et fin du chèque, avec ce qui allait définitivement mettre le feu aux poudres : la déclaration conjointe de tous les chefs de gouvernement européens de cesser de payer leur dette ; déclaration qui allait mettre fin à la paix dans le monde. Les américains s’insurgèrent et rompirent les relations diplomatiques. Les Chinois lancèrent un ultimatum aux Américains pour qu’ils remboursent les bons du Trésor en leurs possession, les BRICs retirèrent leurs avoirs de l’Europe ainsi que des Etats-Unis. Les frontières des blocs ainsi constitués ont été fermées… jusqu’à ce que la Corée du Nord attaque celle du sud pour une violation de frontières, bien que la Corée du Sud s’en défendit, arguant que les militaires ayant commis l’attentat avaient été déguisés en soldats Sud-Coréens par les Nord-Coréens.

La première attaque nucléaire fut suivie d’une réplique plus forte encore, et cela continua durant une semaine entière, jusqu’à faire s’abattre sur la Terre entière la mort et la désolation, sous un nuage radioactif qui n’a aujourd’hui pas encore fini de nous faire souffrir… Depuis c’est le chaos, mais au moins, la guerre est terminée maintenant ; même si c’est faute de combattants ! Moi qui espérais que les générations futures ne feraient pas les mêmes erreurs que leurs aînés, je n’avais pas envisagé qu’elles pourraient tout simplement ne pas en avoir les capacités… Nous sommes presque retournés à l’âge de pierre.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans chroniques du futur | 2 Commentaires »

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...