Résultats de votre recherche

Coloniser les planètes pour sauver l’Univers

Posté par calebirri le 26 février 2017

Aujourd’hui on a cessé de croire à la mondialisation pour de mauvaises raisons : on croit qu’il n’y en a plus assez pour tout le monde, et que c’est parce que nous sommes trop nombreux. Alors qu’en réalité c’est le capitalisme qui crée la rareté des ressources disponibles. Nous avons longtemps cru que le marché allait permettre au monde de n’être qu’une seule et même entité dirigée par ses lois, mais aujourd’hui nous sommes prêts à nous battre jusqu’à la dernière goutte d’eau potable pour éviter au voisin, « l’étranger », de la boire à notre place. C’est le retour aux conflits pour les ressources.

Il n’y a que trois façons de régler le problème : celle actuelle qui consiste à ne rien changer, à faire comme on fait avec la crise économique : on planque tout ce qu’on peut sous le tapis sans rien changer vraiment, et on espère que çe n’est pas sur nous que tout va s’écrouler.

Il y a la décroissance, qui consiste à faire équitablement avec ce que l’on a, en espérant que cela suffise pour tenir assez longtemps sans catastrophe majeure, que les ressources reviennent…

Et puis il y a la colonisation d’autres planètes, sur lesquelles l’Humanité pourrait au choix survivre ou se développer. Cette option vous fait faire un bond dans votre esprit mais à moins que de s’asseoir sur l’avenir de l’Humanité c’est un futur qu’il faudra bien envisager un jour.

Les deux premières options sont déjà fort bien décrites et théorisées, mais la dernière nous plonge dans l’inconnu : les voyages interstellaires sont une option qu’actuellement il est véritablement très difficile de concevoir : on se retrouve face à l’Univers et son infini. Infini qui s’oppose à la finitude de notre planète.

Mais quoi qu’on en dise aujourd’hui et malgré les millions de planètes qui existent sans pouvoir nous recevoir il en est quelques milliers qui doivent bien pouvoir convenir : à quoi servirait un Univers infini si c’est pour y circonscrire la vie (ou sa possibilité) à la finitude de notre planète Terre ?

Et à partir du moment où l’Homme existe, que l’Univers existe et qu’il nous offre des perspectives infinies de développement (que ce soit en nombre ou en temps), alors il nous faut nous développer et croître, ne serait-ce que pour cette bonne raison : si l’Homme disparaît, alors l’instant d’après la mort du dernier l’Univers disparaîtra lui-aussi tout entier.

On peut toujours dire que l’Homme est une espèce destructrice et envahissante, mais c’est quand même la seule qui puisse témoigner non seulement de sa propre existence, mais aussi et surtout de l’existence de l’Univers tout entier. Si l’Humanité disparaissait, qui pourra dire qu’Il existe ?

De toutes les manières, que ce soit dans 100 ans ou dans 1000 ans, il faudra bien un jour partir, car notre Terre a, contrairement à l’Univers, des limites. Si toutefois nous n’avons pas tout foutu en l’air avant.

Mais cela ne signifie pas pour autant que la fin de l’espèce est pour demain, ni que la démographie soit un véritable problème : la Nature s’adapte à toutes les situations. Et qu’on le veuille ou non nous en faisons encore partie.

Quoiqu’il en soit, la théorie selon laquelle la démographie va nous asphyxier est totalement impossible : soit le taux de natalité chutera, soit la mortalité augmentera : il y aura les guerres, les famines, les nouvelles maladies, et les catastrophes naturelles.

Cela ne signifie pas non plus que la guerre est la seule solution -et heureusement !

Mais qui a lu Asimov ne peut plus voir les choses comme cela. Après les guerres et les famines la Vie reprendra ses droits. Même si justement nous ne sommes plus que quelques uns, nous repartirons. La Terre, comme l’Homme, a encore bien des ressources (chaque année nous produisons plus que nous ne pouvons consommer collectivement), et si nous parvenions à nous séparer des contraintes relatives au capitalisme, il ne fait aucun doute que l’écologie deviendrait rapidement compatible avec une production propre et sans déchet, accessible à tous.

Et puis il y a les 3 dimensions. Sous la mer, sur terre et dans les airs. Toutes les possibilités techniques d’aménagement et de production sont loin d’avoir été explorées.

Enfin il y a la technologie. Pour peu qu’elle ne soit pas dirigée à des fins mercantiles, on peut rêver un jour d’atteindre la Singularité.

Il ne faut d’ailleurs pas se tromper sur ce que cela signifie : à un moment donné des découvertes scientifiques, l’Homme atteindra une limite à partir de laquelle son intelligence ne sera plus à la hauteur des possibilités de l’Intelligence Artificielle.

Il lui faudra alors soit se modifier pour améliorer ses propres performances (c’est le transhumanisme), soit se résigner à laisser à l’IA des instructions (comme trouver le moyen d’effectuer des voyages interstellaires ?) qu’elle se chargera ensuite d’accomplir de la manière qui lui semblera la plus appropriée.

A ce moment l’IA pourrait très bien expliquer comment elle a résolu, par exemple, le problème de la matière noire ; mais il faudrait plus d’une vie de savant pour le comprendre.

Tout cela pour dire que si on laisse la chance aux Hommes de prendre leur destin en main, tout n’est peut-être pas perdu. Il se peut qu’en une génération, par une seule découverte, de nouvelles perspectives nous permettent de compenser les comportements totalement suicidaires de notre « collectif ».

Sinon, nous serons la génération qui aura permis à l’Humanité (et à l’Univers donc) de disparaître à jamais dans le néant.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Le revenu universel non, mais le salaire à vie ?

Posté par calebirri le 10 février 2017

Il y a seulement quelques années j’aurais rêvé que soit discutée publiquement l’hypothèse du revenu de base. Et puis c’est arrivé… malheureusement ?

C’est que cette idée, qui a pu un temps apparaître comme autenthiquement « de gauche », a vite été dénoncée par tous ceux qui se sont quelque peu penchés sur le sujet ; à tel point qu’aujourd’hui on l’appelle revenu universel pour « gommer » le terme « de base » qui signifiait trop bien ce qu’il était : la roue de secours du capitalisme. J’utilise ici les termes de Bernard Friot car en définitive pendant qu’on parle du revenu universel, on ne parle pas du salaire à vie.

Désormais -et que l’on soit de droite ou de gauche- on veut ou on ne veut pas le revenu universel pour de mauvaises raisons : ceux qui le désirent croient pouvoir économiser sur le RSA et les diverses allocations, licencier un paquet de gars dans l’administration, et faire baisser les salaires après avoir expliqué que le salaire minimum est devenu obsolète avec le revenu de base : Le smic sera de fait abaissé au niveau du revenu de base.

Tandis que ceux qui le craignent croient que le fait de recevoir de l’argent tous les mois sans contrepartie va inciter les gens à ne rien faire, tout en faisant augmenter l’immigration.

Il y a cependant un point positif à tout ce débat, et non négligeable : il semble que soient de plus en plus nombreux ceux qui ont compris que notre civilisation se dirigeait inévitablement vers la fin du travail, et qu’il fallait réfléchir sérieusement à des alternatives pour continuer de faire fonctionner la société.

Le plus grand problème réside dans l’amalgame qui est fait entre le revenu universel et le salaire à vie. Car une fois qu’on aura abandonné ou accepté le revenu universel (pour de mauvaises raisons dans un sens comme dans l’autre), on oubliera le salaire à vie, de la même manière qu’on a oublié le communisme véritable alors qu’il n’a jamais été mis en place nulle part. Au lieu de prendre le temps de se coltiner avec une théorie complète mais plus difficile d’accès comme l’est celle proposée par Bernard Friot, on jette aux « révolutionnaires » pressés un erzatz de socialisme dont les plus grands bénéficiaires ne seront pas ceux que l’on croit. Ce manque de lucidité et de courage pousse les pisse-froid à se contenter d’une mesure qui, volontairement incomplète dans les propositions des réformateurs, sera contre productive.

Or il n’est pas possible de rejeter les thèses de Friot d’un revers de la main en disant « ce n’est pas possible » ou c’est « le retour des soviétiques ». Nous ne pouvons pas nous contenter de reculer le moment où nous y réfléchirons, car en attendant le monde poursuit sa course vers le chaos. On aura beau taxer les robots pour reculer l’échéance, les robots finiront bien par l’emporter. Soit on veut que les choses changent et il nous faut réfléchir, prévoir et anticiper ce changement, soit on décide de ne pas changer mais il faut alors se résigner à accepter nos politiques et leurs débats stériles avec des déplacements du curseur idéologique (avec d’un côté un peu plus de social et de l’autre un peu plus d’économique), en espérant que les choses ne tournent pas trop mal en attendant des lendemains qui chantent.

D’ailleurs, l’échec de toutes les révolutions ne provient-il pas du manque de préparation de celles-ci ? Lorsque la colère ou la faim pousse les hommes à se révolter contre un gouvernement en place, ce n’est pas parce qu’ils croient en un monde meilleur auquel ils auraient adhéré mais parce qu’ils ne peuvent pas en supporter de pire. Si les révolutionnaires savaient ce qu’ils veulent instaurer ils ne se laisseraient pas chaque fois voler leurs révolutions par tous les dictateurs en embuscade ; la loi du plus fort est toujours celle qui occupe le vide laissé par un système effondré.

C’est bien pour cette raison qu’il faut prendre le temps d’étudier les thèses de Friot. Je ne défends pas Friot contre les autres, et je ne suis pas l’adepte d’un gourou. Je ne sais pas si sa théorie est la meilleure ni si elle fonctionne, mais seulement que sa pensée est proprement révolutionnaire. Elle est juste tellement loin de ce qu’on a l’habitude de voir qu’il faut du temps et de la connaissance pour y accéder. Souvent on se dit qu’en attendant le salaire à vie on fera déjà pas trop mal avec le revenu de base. En passant à côté du salaire à vie.

Je voudrais qu’on ne se pose pas la question du lendemain mais celle du surlendemain ; après Trump et tous les autres tarés qui arrivent. Je voudrais que des gens compétents et honnêtes s’emparent du sujet pour nous dire comment ça se passerait dans un tel monde… C’est qu’il y a quelques points de sa démonstration qui restent à préciser, et pas des moindres : nous n’avons pas actuellement de réponse sur la manière dont se comporteraient les prix à l’intérieur du pays qui mettrait en place un tel système, ni comment les relations commerciales et financières seraient gérées suite à une telle transformation.

Il y a aussi la question épineuse des métiers pénibles et de l’oisiveté, ainsi que celle concernant la mise en place effective d’un tel système (à savoir quelles institutions pour faire la transition entre le mode de production capitaliste actuel et le nouveau système Friot). Et que faisons nous du patrimoine détenu par les étangers et même les nationaux, comment se clarifie la propriété et tout un tas de « détails » comme ceux-ci.

Que cela donnerait-il dans la mondialisation, au niveau de l’environnement, du travail de la recherche ou du logement, quelles seraient les conséquences économiques, diplomatiques d’une telle révolution ?

Que des spécialistes économistes, sociologues, philospohes ou d’autres réfléchissent à la manière de mettre en place les conditions du changement de système en cohérence non pas avec le stalinisme redouté par certains mais avec la démocratie dont rêvent la plupart d’entre nous.

Nous avons pour cela de nombreux outils qui mis ensemble pourraient servir à penser tous ensemble ce changement. Pendant qu’ils s’écharpent sur le revenu universel et autres fadaises, nous avons l’opportunité de réaliser les conditions nécessaires à une révolution imparable : le jour où nous saurons pour quoi nous nous battons, la révolution ne sera même plus nécessaire.

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

Publié dans révolution? | 3 Commentaires »

misère de la politique ?

Posté par calebirri le 15 septembre 2016

Ca ne pouvait pas manquer : les prochaines élections sont déjà dans toutes les têtes… Reviennent déjà en force les petites phrases assassines, les commentaires sur ces petites phrases, et puis les sondages ; les discours enflammés, les promesses en l’air, les polémiques sans fin, les scandales révélés… jusqu’au bouquet final avec le vote utile et tout le tralala.

Comme cela se passe depuis des dizaines et des dizaines d’années, en France comme ailleurs, la mascarade des élections éclipsera la misère de la politique. La misère des programmes, la misère des idées. Durant les mois qui viennent nos journalistes ne feront que compter les points, tandis que les citoyens suivront cette « période électorale » comme ils suivent une série télévisée.

Bon. Pour que Nicolas Sarkozy (lui ou un de ses clones) l’emporte, il lui faut Marine Le Pen en face au deuxième tour.
Pour François Hollande (lui ou un de ses clones), il lui faut aussi Marine Le Pen au deuxième tour. Afin de pouvoir utiliser l’atout « vote-utile« . Les autres peuvent aller se rhabiller, ils se soumettront pour quelques porte-feuilles dès le soir du premier tour.

Pliée l’élection, ce sera le camp de Hollande ou le camp de Sarkozy, et puis on continuera comme avant. Et si c’est Le Pen, et bien ce sera pire. Un peu plus vite ou un peu plus fort. Mais que ce soit avec l’un ou avec l’autre de ces guignols le pire est au bout du chemin. Le monde est ainsi fait que le politique et ce qu’on appelle communément « l’opinion publique » fonctionnent en cycle fermé : l’opinion publique influence les discours des politiques qui influencent l’opinion publique, par l’intermédiaire des médias possédés par ceux qui corrompent les politiques, et qui ne leurs laissent le choix que de se battre dans le vide (médiatique !) ou que de se voir apprendre à pratiquer le double-langage pour pouvoir sortir ses mensonges sans s’étouffer.

Ceci étant dit, il faut quand même retenir qu’en occultant totalement les débats d’idées (qui pourraient avoir lieu si nos prétendants à la victoire en avaient ?), les hommes politiques peuvent ainsi continuer à dire n’importe quoi sans que cela n’écorne leurs chances de victoire. Servis par des journalistes connivents, à tel point que ceux dont nos politiques redoutent les paroles sont désormais les chroniqueurs à la mode…

Le problème c’est que tant que les citoyens continuent de croire qu’en allant voter ils font leur devoir nous continuerons collectivement de cautionner cette insupportable mascarade. Il faut pourtant que cela cesse. Tous ceux qui veulent « changer les choses » devraient s’apercevoir que le changement ne viendra pas du bulletin de vote qu’il déposera dans l’urne, comme depuis des décennies, mais peut-être justement de l’absence de ces bulletins dans les urnes de France. Pour montrer notre mécontentement, nous devrions laisser élire un roi sans peuple. Puisque le système électoral actuel ne permet pas le changement de gouvernance (un parti unique à trois têtes plus ou moins vilaines), alors il ne doit pas être légitimé par notre participation. Si dans le monde le président français est élu avec 20% de participation, il lui sera difficile de se sentir investi par ce « peuple français »… On pourrait alors peut-être commencer à se poser les bonnes questions.

Et à ceux qui se demandent ce qu’on pourrait faire après ça, il existe tout un tas de projets d’Assemblée Constituante prêts à servir, pour peu que les citoyens veuillent bien se donner un peu la peine de s’y intéresser.

Mais les citoyens, veulent-ils vraiment du changement ? C’est peut-être cela la question la plus importante à laquelle il faudrait répondre… Et si nos politiques travaillaient non pas au changement mais justement à l’absence de changement ? Si au lieu de nous informer nos médias nous endormaient avec une jolie série à suspense afin que nous ne désirions même plus de changement ? Et bien si c’était le cas, alors nos hommes politiques ne seraient pas si bêtes ; et peut-être même ont-ils bien des idées, des vraies… mais attention : ils prendraient bien soin de ne jamais les divulguer !

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 4 Commentaires »

Peur sur les plages et propagande réussie

Posté par calebirri le 26 juillet 2016

Hier on m’a montré un SMS : l’auteur de celui-ci faisait savoir qu’il avait appris, par une « amie dont l’ex-mari est policier », qu’une menace sérieuse d’attentat terroriste pesait sur la plage où mon interlocuteur devait se rendre, lui enjoignant d’éviter les endroits où sont regroupés de nombreuses personnes… La belle affaire !

il suffit pourtant de taper sur google « menace terroriste plages » pour tomber sur quelques dizaines d’articles plus ou moins récents répertoriant allègrement les divers moyens qu’auraient des terroristes pour réaliser un carnage sur les plages -qu’elles se situent au nord, au sud ou à l’ouest de notre bel hexagone. Facile, sur les plages il y a toujours du monde (enfin quand il fait beau !). Comme sur les marchés d’ailleurs, et puis aussi les bars, les feux d’artifices et de multiples autres endroits…. Et puis que ce soit en avion, avec une mitraillette ou une grenade, il est évident qu’à n’importe quel moment, dans n’importe quel endroit, un fou (qu’il soit d’Allah ou non, car en ce moment on dirait que chaque personne qui en a assez de la vie semble vouloir se revendiquer de l’organisation Etat Islamique pour donner plus de poids à la perte de sa misérable existence) est susceptible de faire des massacres.

Mais un SMS personnel comme celui que cette personne a reçu fait tout de même réfléchir (sans compter les actualités en Allemagne, au Japon ou encore aujourd’hui dans une église, ni bien sûr les centaines de morts en Syrie, en Irak et ailleurs) : qu’on soit parano d’origine ou pas ne change rien, on regarde après cela chaque personne autour de soi comme un ennemi potentiel, surtout s’il correspond aux critères de ce qu’on s’attend être un « terroriste » en puissance. Il suffit qu’un camion frigorifique passe au loin ou que des sirènes de pompiers se fassent entendre pour nous mettre en alerte.

On se dit alors qu’il vaut peut-être mieux ne pas aller à la plage. Mais au supermarché ? Et au manège, au bar, aux animations offertes par la municipalité ? Alors on reste chez soi et on attend ?

C’est bien comme cela d’ailleurs que fonctionnne l’organisation Etat Islamique. C’est le symbole de leur « victoire » sur les « Occidentaux » : d’une part puisque la peur s’insère jusqu’au fin fond de la France, et d’une autre part un aperçu de la manière dont la dictature islamiste s’installe dans les territoires qu’ils conquièrent. En général ce n’est pas l’adhésion aux valeurs de la « Charia » qui les motivent à se soumettre mais la peur des représailles qui les conduit à se cloîtrer chez eux, à mettre leurs burqas ou à se rendre à la mosquée comme de « bons musulmans ».

Pourtant, le développement de ce genre de rumeurs « d’attaques imminentes » est en réalité explicable assez aisément : chaque policier reçoit des alertes et des conseils de sécurité de la part de son commissariat, et à l’occasion de l’attentat de Nice il apparaît que toutes les plages de France, surtout les plus fréquentées, sont des cibles particulièrement surveillées : la menace sur les plages paraît grande et la vigilance doit suivre, logiquement. Par conséquent, il devient évident que chaque policier en poste est mis en alerte sur sa propre localité, et c’est tout aussi logiquement qu’il prévient ses proches dans chaque localité concernée, qui eux-mêmes relaient le message et ainsi de suite ; merci les réseaux sociaux.
Ainsi chacun croit détenir une information particulièrement fiable et localisée, pour ainsi dire « personnalisée » pour lui-même et ses proches, alors que cela provient d’une alerte nationale. Inconsciemment il transmet la rumeur en même temps que la peur, celle-là même qui engendre la haine et la violence en retour, comme le désirent ceux qui utilisent cette haine et cette violence à l’encontre de leurs « ennemis » occidentaux.

Oui il peut y avoir un attentat à tout moment. Partout. Mais pas partout en même temps !

Enfin quoi, ils sont si nombreux les types qui veulent « tirer dans l’tas » ? combien sont-ils, armés jusqu’aux dents, prêts à se jeter sur nos femmes et nos enfants au mépris sinon de toute humanité, au moins de celui de toute raison pratique ?

Mais si la police possède assez d’éléments pour dire qu’un ou plusieurs types se préparaient à tel ou tel endroit pour perpétrer un tel massacre, cela ne signifie-t-il pas qu’ils en ont suffisamment pour agir en conséquence et arrêter les suspects ?

Alors qu’une polémique touche le gouvernement (ou la mairie de Nice ?) à propos de la sécurité en place au moment de l’attaque du camion, il faut nous méfier de la récupération qui est à l’oeuvre parmi nos fins analystes politiques, à quelques mois des élections présidentielles : le fait que la sécurité n’ait pas été assurée correctement peut faire question, mais le fait que les politiques tentent de trafiquer les faits pour des raisons électoralistes de « primaires à la présidentielle » (des gens meurent bon sang !) est proprement scandaleux. En jouant ainsi le jeu de la division que par ailleurs ils dénoncent publiquement, ils ajoutent à la suspiçion et donc à la peur provoquée dans la population pour leurs propres intérêts électoraux.

C’est comme les vidéos de surveillance dont les « bandes » doivent être détruites pour on ne sait quelle obscure raison. Est-ce comme cela que les gouvernants comptent rassurer les peuples, ou profitent-ils de ces ignobles événements pour faire leur beurre électoral sur fond de propagande nauséabonde (comme le fait Nicolas Sarkozy de manière éhontée) ? Franchement quand je lis des témoignages comme celui de la femme ayant perdu sa mère (musulmane) à Nice et à qui l’on dit que ça en fait « un de moins », je me désole de voir à quel point la haine qui se développe contre les musulmans dépasse les bornes de la simple islamophobie. Moi-même, que je considère modestement comme largement tolérant, j’en viens parfois à me dire, à la suite de drames tels que celui qui a eu lieu à Nice, qu’il faut faire quelque chose contre cette religion, avant de me reprendre aussitôt pour me secouer l’esprit : si des êtres humains arrivent à perdre suffisamment de leur humanité pour perpétrer de tels actes, c’est qu’il y a quelque chose de pourri dans le système qui les a conduit, ou au moins qui les a laissé tomber entre les mains de ces gourous sans foi ni loi qui les ont embriguadé… La religion n’y est pour rien, car jamais il n’y sera commandé de massacrer des femmes et des enfants. Quand on pense que si ces jeunes avaient rencontré, dans leur parcours misérable, l’abbé Pierre ou un de ceux-là, peut-être auraient-ils pu devenir quelqu’un d’autre ?

La véritable question est donc celle-là : pourquoi n’y a-t-il plus d’abbés Pierre ? N’ont-ils plus rien à offrir en réponse à ces vendeurs de haine et de mort ? Comment se fait-il que tant de jeunes « occidentaux » (et oui, pour la plupart ils sont « bien de chez nous », nés en France et éduqués par l’Etat Français), puissent en venir à préférer la mort et la violence que l’amour et la vie ? Pourquoi n’y a-t-il pas dans nos banlieues des hommes capables, disposés devant ces mosquées qui prêchent la haine, pour apporter un autre discours, un espoir de vie s’opposant à ce discours de haine qui leur est servi ? Où est l’Etat dans ces banlieues ? que fait-il, qu’a-t-il fait pour empêcher nos jeunes de sombrer dans la délinquance d’abord, puis dans le terrorisme ensuite ?

Au lieu de payer des militaires en armes sur les plages ou dans les gares et qui font peur (ou qui fascinent) tous les enfants qui les croisent, pourquoi ne paierait-on pas des types heureusement sortis de la merde dans laquelle on les a mis pour éviter que demain ou après demain d’autres les arment et les conditionnent à devenir les ennemis de ceux qui n’ont pas voulu les protéger, quand ils en avaient encore l’occasion ? La réponse à la haine et la violence n’est pas la haine et la violence. Quand je vois qu’au lendemain du massacre de Nice la réponse la plus immédiate de l’Etat Français a été de bombarder une ville en Syrie (et des civils en plus d’après ce qu’on dit), comment dire que l’argent destiné à la sécurité des Français est habilement dépensé ?

Le terrorisme n’est pas un problème religieux mais un problème politique, et c’est une solution politique qui y mettra fin. Ce n’est pas par la destruction de la démocratie et la guerre que nous parviendrons à empêcher nos jeunes en perdition de devenir des terroristes mais en leur offrant l’espoir qu’ils seront respectés ici pour ce qu’ils sont, quoiqu’ils pensent et d’où qu’ils viennent, en accord avec les principes pourtant affichés sur tous les frontons de nos mairies : liberté, égalité, fraternité.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

Double-langage et double-pensée

Posté par calebirri le 20 juillet 2016

“Connaître et ne pas connaître. En pleine conscience et avec une absolue bonne foi, émettre des mensonges soigneusement agencés. Retenir simultanément deux opinions qui s’annulent alors qu’on les sait contradictoires et croire à toutes deux. Employer la logique contre la logique. Répudier la morale alors qu’on se réclame d’elle. Croire en même temps que la démocratie est impossible et que le Parti est gardien de la démocratie. Oublier tout ce qu’il est nécessaire d’oublier, puis le rappeler à sa mémoire quand on en a besoin, pour l’oublier plus rapidement encore. Surtout, appliquer le même processus au processus lui-même. Là était l’ultime subtilité. Persuader consciemment l’inconscient, puis devenir ensuite inconscient de l’acte d’hypnose que l’on vient de perpétrer”.

Le concept de « double-pensée » est le concept fondateur de la pensée d’Orwell, car le seul lien qui peut exister entre le corps et l’esprit est le langage. Ce fait est essentiel à l’humanité : l’Homme est le seul à être capable à la fois d’exprimer sa pensée et d’interpréter celle des autres Hommes autrement que par des signaux « émotionnels » ou « basiques ». A travers le langage -et seulement par son intermédiaire- la complexité des êtres humains est rendue intelligible par d’autres êtres humains.

Mais le langage est aussi une arme. Une arme destinée à faire accepter au peuple la propagande gouvernementale. On a longtemps cru que la double-pensée permettait au peuple de ne pas voir le mensonge que constitue le double-langage mais en réalité ça n’est souvent même pas nécessaire : pour lui les slogans du Parti sont à prendre au pied de la lettre : la guerre c’est « vraiment » la paix, l’ignorance c’est « vraiment » la force, la liberté c’est « vraiment » l’esclavage. Et comme ils veulent la paix, la force et refusent l’esclavage ils acceptent donc « tout naturellement » de faire la guerre, de rester ignorants, et de laisser tomber la liberté.

En réalité la double-pensée est destinée à ceux qui ont du pouvoir, ou tout au moins une position agissante, active au sein du « Système », dans le Parti : ils participent, de gré ou de force, au mensonge général. Et sans la double-pensée il leur serait impossible de continuer. Nos hommes politiques savent que ce qu’ils font -ou commandent de faire- est mal. Et ils ont besoin de la double-pensée pour ne pas se jeter sous un train dans l’instant. Comme les « grands patrons » du capitalisme -ou les fondamentalistes religieux d’ailleurs. Et alors qu’ils se servent du double-langage pour conditionner l’esprit de leurs « exécutants », ils utilisent la double-pensée pour eux-mêmes afin de justifier leurs actes.

Si pour les exécutants le fait d’appeler un plan de licenciement un « plan de sauvegarde de l’emploi », une guerre une « opération de maintien de la paix » ou un acte terroriste un acte « voulu par Dieu » suffit à leur ôter toute mauvaise conscience, ceux qui sont aux commandes ne peuvent pas se satisfaire de ce double-langage. Il faut qu’ils réussissent à se persuader « vraiment » que ce qu’ils font est bien. Pas tout de suite, pas demain, et pas pour tout le monde bien sûr. Mais un jour qui pour la Nation, qui pour Dieu ou qui pour soi-même, un jour… Obligés de s’inventer une idéologie malsaine autour de cette soi-disant imparable logique (ou morale ?) qui voudrait que nous sommes trop nombreux, qu’il n’y en a pas assez pour tout le monde, ou que certains vaudraient plus que d’autres… tant qu’on en sauve 51 on peut en laisser mourir 49, non ? 51/49, la démocratie, l’intérêt général… tu parles !

C’est par ce genre d’artifices que les décideurs tentent d’atteindre leur propre inconscient : comme le conducteur apprend à son esprit à réagir au quart de seconde en utilisant de manière désynchronisée les pieds et les mains, les hommes de pouvoir apprennent au leur à se satisfaire des arguments idéologiques fallacieux tels que l’intérêt général ou la volonté divine. Ils doivent « persuader consciemment l’inconscient, puis devenir inconscients de l’acte d’hypnose qu’ils viennent de perpétrer », dit Orwell. C’est en se répétant que ce qu’ils font est bien, en entendant les autres le répéter à leur tour et en tentant d’oublier que cela est faux qu’ils parviennent à résister à la pression immense créée entre le conscient et l’inconscient.

Il ne leur faut pas regarder le chemin, seulement l’objectif. Pour le « pourquoi », trop compliqué : cela signifierait expliquer l’inexplicable, à savoir démonter tout le mécanisme de protection de la double-pensée pour se retrouver nu face à la réalité : ils défendent un système qui ne rend les gens ni plus heureux ni plus riches, ni meilleurs. Alors qu’il est mal de tuer, qu’il est mal d’exploiter son prochain, qu’il est mal de mentir, de tricher ou de voler…un point c’est tout.

Tandis que s’ils arrivent à se persuader que les hommes qu’ils exploitent ou envoient à la mort sont des êtres « inférieurs », ou « moins que des hommes », alors les éliminer constitue-t-il toujours une violation des droits humains ?

C’est que les mots que l’on emploie ont par leur évocation une influence sur notre esprit, et ils ont le pouvoir sinon d’apaiser la conscience, au moins de la tromper momentanément. Et même parfois d’atteindre l’inconscient ?

C’est de cette tension, née de cet affrontement entre le conscient qu’on force et l’inconscient qui se défend, que naissent chez certains décideurs des comportements extrêmes comme nous le rapportent parfois les médias. Les « deux minutes de la haine » de 1984 symbolisent à la fois l’expression de la violence, de la haine des décideurs et la preuve que cette tension a besoin d’un exutoire, ne serait-ce que pour ne pas craquer complètement. Ils doivent pour continuer de vivre l’extérioriser d’une manière ou d’une autre. L’oubli n’existe pas, le temps ne peut rien pour eux. Ils savent. Tenter d’éviter le retour sur soi, à vie, chacun peut l’expérimenter pour soi-même : cela ne fonctionne pas. Ces hommes qui nous dirigent sont des hommes perdus pour l’humanité. Pour éviter les questions les plus intelligents deviennent fous, tandis que les plus soumis se transforment en exécutants. A force d’auto-persuasion ils ont fini par croire qu’ils participaient au bien commun, et on peut alors tenter de leur pardonner. Aux autres non.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaires »

A quoi servent les migrants ?

Posté par calebirri le 3 mars 2016

Il est paraît-il plus « politiquement correct » de les appeler « réfugiés », mais franchement c’est rajouter du cynisme à l’humiliation : on se réfugie pour trouver de l’aide, de la compassion, un endroit sécurisant et appaisant pour pouvoir se reconstruire. On peut aisément constater que la situation actuelle des migrants ne peut conduire à employer une telle définition…

Il eût été pourtant possible (et il est toujours temps!) de les aider à fuir dans de bonnes conditions, surtout quand on voit le prix que leur coûte un voyage dangereux, long et humiliant. On aurait pu les accueillir en mettant en place un « corridor humanitaire », ou en affretant des bateaux leur permettant de fuir la dictature plutôt que de les offrir à la cruauté des uns ou des autres… ils auraient même dépensé leur argent ici ! Organisés, ces sauvetages humanitaires auraient permis de contrôler les accès et d’empêcher ainsi les terroristes d’arriver avec eux. Et puis surtout, nous aurions empêché des milliers de morts inutiles. Sans compter l’effondrement d’une grande partie de la propagande de l’organisation Etat Islamique qui non seulement recrute avec cet argument du traitement inhumain infligé à ces gens, mais aussi leur permet de tarir le flux des déçus de ce qu’ils croient représenter l’idéal démocratique, l’Europe. Voir comment leurs compatriotes sont traités en Europe doit en refroidir plus d’un quant à l’opportunité d’effectuer ce voyage… Risquer de mourir ici ou ailleurs, pourquoi s’en aller ?

Mais on ne fait pas ça. On préfère les laisser crever là-bas, en chemin ou ici. Leur retirer toute dignité comme pour les punir d’être nés ailleurs et d’avoir voulu croire qu’ici on était libres, comme notre propagande le leur fait croire depuis tant d’années ; la France le pays des droits de l’homme, comment pourraient-ils ne pas les accueillir ? Et puis les mettre dans des camps, les dépouiller des misérables biens qu’ils ont réussi à cacher jusqu’aux réseaux mafieux, les suspecter, les mépriser, les rejeter dans la boue, la saleté et la misère. En les accusant d’être les responsables de troubles à l’ordre public, d’un risque pour la sécurité nationale, et même pourquoi pas de la disclocation européenne ? comme si l’Europe ne pouvait pas accueillir un million de personnes sur son territoire peuplé de plus de 500 millions d’habitants !

Le fait est qu’on referme les frontières. Prêts à payer la Turquie pour les retenir, prêts à « pardonner » à la Grèce pour qu’elle les parque dans des camps. Bientôt on exigera d’eux qu’ils travaillent gratuitement pour avoir le droit de crever ici.

En attendant chacun peut voir enfin la solidarité européenne dans toute sa splendeur. Ceux à qui l’exemple de Chypre ou de la Grèce n’avait pas suffi en ont pour leur argent -enfin façon de parler !

Il n’y a pas si longtemps j’ai entendu notre cher président déclarer fébrilement sur France-inter qu’en gros, si l’Europe à 28 ne se mettait pas en ordre de marche, il n’y aurait pas grand dommage à se séparer des récalcitrants. Même au sein de l’Europe « historique ». Mais c’est à cela, me suis-je dis aussitôt, que les migrants servent ! Ils sont l’excuse qui servira à mettre en place concrètement l’empire européen qui pointait déjà son nez il y a 5 ans. Un gouvernement autoritaire, dirigé par l’Allemagne et la France, avec l’Angleterre qui servira également de caution pour exclure les autres. Et garder ceux qui voudront bien se soumettre.

Les migrants sont donc le jouet de manoeuvres politiques tout à fait scandaleuses – mais tellement proches de celles qui ont chaque fois conduit au pire : montée des extrêmes, par la peur qui conduit à la violence, sur fond de misère, de racisme et de propagande… avant le déchaînement auquel il donne lieu chaque fois ; le tout pour toujours plus d’argent, de pouvoir, ou des deux.

Les migrants sont désormais considérés comme des êtres nuisibles et dangereux. cela sert les intérêts des terroristes, qui servent eux-mêmes les politiques sécuritaires de nos gouvernants qui, face à la violence engendrée, justifient la leur en lui opposant celle de ses propres militaires. Les chefs de Daesh gagnent de l’argent en revendant le pétrole à la Turquie qui le blanchit pour le revendre aux « Occidentaux », qui s’en serviront pour remplir les réservoirs de leurs bombardiers, destinés à lutter contre ceux à qui l’argent du pétrole aura permis de payer des soldes en échange de leur vie de combattant… contre les populations qu’ils massacrent ou recrutent, quand ceux-ci n’ont pas réussi à fuir.

En réalité les puissants ne régleront le « problème » des migrants que lorsqu’ils ne leur serviront plus. Soit on les renverra chez eux sans ménagement, soit on les utilisera d’une manière ou d’une autre, pour d’autres indignités.

De la même manière que le terrorisme est instrumentalisé pour instaurer la peur, les migrants sont utilisés pour instaurer la discorde. Quand les défenseurs des migrants seront considérés comme des soutiens objectifs des terroristes la police surarmée et le renseignement auront déjà les noms et adresses de ceux qu’il faudra assigner à résidence -puisqu’on a plus de place en prison !

Ils pourraient faire cesser cela. Ils ne le font pas car ils ne le veulent pas. Ils ne le peuvent pas. Alors que plus de la moitié de la population syrienne a quitté sa maison, alors qu’ils l’ont déjà fait de nombreuses fois sans aucun scrupule, les « Occidentaux » laissent la situation perdurer pour conserver et l’état d’urgence permanent, et le tournant sécuritaire ; et aussi bien sûr le détournement de l’attention des citoyens pendant qu’on détruit tous les acquis sociaux.

Si nous le voulions, nous pourrions accueillir tous les migrants qui le souhaitent ; et dans des conditions acceptables. Nous pourrions aussi refuser la destruction de nos droits, ainsi que le saccage de notre environnement. Pour tout cela il nous faudrait réfléchir autrement. Cela implique de ne pas se tromper de combat : ce n’est pas contre des hommes qu’il faut lutter mais contre un système. Celui qui a fait du capitalisme un système de corruption généralisée, injuste et autoritaire. Déshumanisé.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

12345...32
 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...