Violences d’Etat : ça suffit maintenant !

26 mars 2023

Non classé

FsBcoGCXgAEj4yg

Macron n’a été élu que par rejet de Le Pen, et il ne possède pas une majorité suffisante pour gouverner comme il l’aurait souhaité : 70% des Français ne veulent pas de sa réforme des retraites.
D’ailleurs nous le savons tous, en réalité même dans son propre camp personne n’en veut.

Pourtant, il refuse de la retirer, et use de tous les moyens légaux pour la faire adopter.

Alors le Peuple a décidé de manifester son mécontentement, PACIFIQUEMENT, à plusieurs reprises et par millions, sans aucune violence.

Malgré les mensonges, les insultes et les provocations, nous avons tout supporté, pour surtout ne pas être accusés de faire monter la violence qui fissurerait l’intersyndicale et retournerait le soutien populaire. Nous avons répondu par la grève et les manifs, comme la Constitution nous le permet

Screenshot_20230314_124058_Brave

Et puis il y a eu le 49.3 : par et pour l’orgueil d’un seul, LUI-MEME, Macron a décidé d’imposer son caprice coûte que coûte, au mépris de la légitimité de la Rue qu’il nomme foule et à laquelle il préfère celle des urnes, quand bien même la représentation Nationale ne représenterait pas la Volonté du Peuple. Après l’Arrogance et le Mépris venait donc la Provocation, avec la « Victoire » revendiquée par Borne.

Quoi de mieux pour provoquer la colère des citoyens qui avaient tout bien fait pour que le gouvernement l’écoute que d’appeler Victoire ce qui n’était que la défaite du Peuple puisqu’en définitive ils devront travailler 2 ans de plus ?
Alors les citoyens sont sortis, spontanément, exprimer leur colère dans la Rue, comme dans tous les pays dits « libres ».

C’est là que les violences ont commencé : face à une situation qu’ils n’avaient pas anticipée (l’arrogance de ces gens est telle qu’ils pensaient l’affaire pliée, malgré les nombreuses mises en garde des syndicats comme des analystes qui eux ont compris le niveau de colère atteint), les Forces de l’ordre se sont trouvées débordées. Elles ont alors reçu l’ordre de ne pas laisser s’installer ce qu’ils craignent tous depuis des mois, le retour des Gilets Jaunes. Alors ce fût un déchaînement de violences (https://violencespolicieres.fr)

Au départ les journalistes et/ou macronistes (en général ce sont les mêmes) ont voulu les ignorer, puis les nier, mais face au déferlement d’images indéfendables et si nombreuses, aux exactions, aux menaces, aux intimidations, aux agressions sexuelles, aux insultes, au racisme, aux arrestations arbitraires par centaines, aux nasses illégales, aux amendes indues, aux journalistes empêchés… ils tentent aujourd’hui de les excuser. Par la fatigue, par la violence des manifestants, ceux-là même qui ont le moins d’intérêt à la violence puisque elle leur nuit politiquement, et ce sont eux qui la subissent le plus.

Et même pire, aujourd’hui ce sont les politiques et syndicalistes qui ont prévenu que la colère était si forte qu’ils ne pourraient pas la contenir sans un geste fort qui se retrouvent accusés de provoquer ces violences ! Quel toupet!

Pourtant c’est bien au gouvernement Français que le Conseil de l’Europe, l’ONU, la Ligue Des Droits de l’Homme, Amnesty International, le Defenseur Des Droits, le Syndicat Des Magistrats, des Avocats, des Journalistes et de nombreux autres organes et même des Etats demandent de cesser la répression violente qui s’exerce en ce moment en France contre les citoyens qui ont le DROIT de manifester sans risque pour leur intégrité physique.

Autrement pourquoi, lorsque de telles répressions se produisent en Iran ou dans d’autres pays, les mêmes qui aujourd’hui en France affirment que la légitimité des urnes est plus forte que celle de la rue affirment donc le contraire quand ce sont les Iraniens qui manifestent ? Dans quel régime sommes-nous en train de basculer ?

Screenshot_20200801-092056_Brave

Ca commence à bien faire à la fin. Ce gouvernement va finir par cocher toutes les cases de la définition d’un Etat Policier.
Pour le petit orgueil frustré d’un petit Monarc capricieux et narcissique, la France s’enfonce dans l’autoritarisme et la brutalité, tandis que les médias complices (après avoir savamment tenté d’invisibiliser les violences policières), essayent aujourd’hui de naviguer entre censure et propagande pour sauver les fesses de celui qui engraisse leurs patrons.

Si les Forces de l’ordre sont là pour défendre les manifestants, alors pourquoi leurs tapent-ils dessus, et toutes les autres exactions citées plus haut ? Et pourquoi alors c’est de la police que les manifestants ont peur ? Tout ceci ne tient pas debout, et les preuves sont flagrantes et nombreuses.

Il faut que cela cesse. La violence des Forces de l’ordre est inacceptable : la police ne doit pas protéger le pouvoir mais le peuple. Ils doivent être exemplaires s’ils veulent être respectés. S’ils se comportent de la même manière que ceux qu’ils disent vouloir redresser, ils deviennent alors ce qu’ils combattent, en plus de justifier les comportements violents.

Aujourd’hui, la situation est de la SEULE responsabilité de CELUI qui dirige tout TOUT SEUL. Le pays ne tiendra pas 4 ans comme ça, tout le monde finit par ne plus supporter de voir ou d’entendre Macron et son gouvernement. Le monde entier ne l’aime pas. Lui qui voulait pas blesser son orgueil en reculant sur la réforme se trouve désormais la risée du monde entier, jusqu’à l’Iran qui demande le respect des manifestants (après avoir piqué à la France la « technique » des yeux crevés par des LBD)

En réalité le Préfet aurait du démissionner, et le ministre de l’intérieur aussi. Depuis longtemps. Le fait qu’ils soient maintenus confirme d’une part la volonté de l’exécutif de continuer la même politique, et d’une autre que lorsqu’il faudra sanctionner quelqu’un et que les « fusibles » n’ont pas sauté, c’est au disjoncteur principal qu’il faudra remonter.

Maintenant de deux choses l’une :

-Ou ce gouvernement recule, on reprend tout à zéro, mais il devient difficile d’imaginer autre chose qu’une refonte totale des Institutions qui ont clairement montré leurs limites -pourquoi pas une 6ème République dont on discuterait tous ensemble à travers la mise en place une Assemblée Constituante ?
-Ou ce gouvernement s’entête et les risques de chaos sont majeurs, avec au bout, fatalement, une 6ème République qu’on reconstruira sur les ruines laissées par le chaos précédent. Ceux qui auront fait ce choix-là en seront comptables devant l’Histoire

Que chacun réfléchisse et se positionne. Macron doit se soumettre, ou il sera démis.

Car les Violents c’est vous

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Inscrivez vous

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...