Dictature sanitaire : quelques pistes pour résister

5 décembre 2021

Non classé

unnamed (3)
Au début je croyais que ça ne passerait jamais. Et puis je me suis dit que ça ne durerait pas longtemps. Mais maintenant j’ai compris : le #PassSanitaire ne disparaîtra pas, et il n’y aura pas de marche arrière à la dictature.

On ne va pas revenir sans cesse sur toutes les incohérences et les aberrations qui auraient du conduire médecins, scientifiques, journalistes et politiques à mettre fin à cette folie, à retrouver la raison… car on voit bien que l’appel aux « 2 minutes de la haine » fonctionnent mieux que tous les autres appels

Alors maintenant se pose la question de la résistance. Que peut-on faire pour que les victimes de la ségrégation actuelle puissent vivre « normalement » sans craindre ni la nouvelle police de la pensée ni la dénonciation des nouveaux collabos ?

Tout d’abord il faut jouer avec la loi. Tout ce qui peut se faire pour montrer l’absurdité de ces règles sans dépasser la loi doit l’être :

en Australie les coiffeurs se rendent sur la plage pour coiffer les non-vaccinés. En slovénie, pour éviter aux sportifs de salle de montrer leur pass sanitaire, il leur a suffi de se transformer en Eglise pour ne plus en avoir besoin.
On sait aussi que les meetings ne pouvant pas être soumis à #PassSanitaire, il suffirait de faire de la politique pour…. écouter un concert engagé -ou dégagé, manger un morceau avec un « débat-présidentiel » autour d’un bon dîner, un ciné-débat ou tout ce qui peut jouer avec les codes légaux. Ce n’est pas de la fraude bien sur mais de l’optimisation.

On a vu aussi récemment, mais c’est plutôt de l’ordre de la désobéissance civile et ceux qui le font doivent être conscients qu’ils risquent sans doute une amende, se mélanger en s’imposant très nombreux dans un marché « réservé » aux vaccinés, ce qui peut permettre de focaliser l’attention sur la stupidité de la mesure.

Des actions éphémères peuvent être organisées pour éveiller les consciences sur l’absurdité des discours officiels entre la sécurité et la liberté, les droits et les devoirs, la surveillance et la protection…

Pourquoi pas tenter l’humour aussi, et exiger par exemple dans les « apero-terrasse » que les gens soient « non-vacinés » : comment le prouver ? Bah de la même manière que le Pass, suffit de prendre le « non-pass » d’un autre !

Compte tenu que ce qui détermine l’application du #Pass Sanitaire est en général le caractère marchand des activités commerciales, il se peut que cette résistance soit l’occasion de la diffusion du gratuit et du partage. Se recevoir entre amis dans une grande salle et y manger ensemble ou regarder un film dans un lieu privé ne peut être soumis à l’exigence d’un Pass. Ils ne remettraient pas en cause la vie privée quand même ? Car dans ce cas faudrait qu’ils découvrent encore plus leurs intentions.

Il faut les pousser dans leurs retranchements. Les obliger à se démasquer. Montrer jusqu’où ils sont capables d’aller.

Pour cela il faudra mutualiser les moyens pour protéger ceux qui disent non, un peu comme pour une caisse de grève : payer des salaires ou distribuer des denrées, payer des avocats, organiser des événements…

L’idéal serait de proposer sur un site ou une page toutes les initiatives du genre.
Egalement pour faire du « rechecking », montrer chaque mensonge, chaque contradiction ou incohérence.
On pourrait aussi monter des « opérations » avec des Hashtags remontant aux décodeurs/checknews et compagnie afin qu’ils soient contraints de se positionner.

Il faut faire en sorte que les gens retrouvent la raison. Que ce soient ceux qui sont exclus qui deviennent les modèles.. enfin résister.

si vous avez d’autres idées, n’hésitez pas à les partager en commentaires !

Caleb Irri
Http://calebirri.unblog.fr

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...