Macron et la renaissance de l’Europe : explication de texte

Posté par calebirri le 10 mars 2019

LA TRIBUNE D’EMMANUEL MACRON

Je viens de lire le texte écrit par Emmanuel Macron aux Citoyens d’Europe, et voudrais ici proposer ma manière d’interpréter ses propos.

Dans un souci de clarté, j’ai pris la liberté (!) de numéroter les paragraphes de ce texte, en 4 parties (A, B, C, D).
Je tiens d’ailleurs ici à faire remarquer que la partie « défendre notre liberté » ne contient qu’un seul paragraphe.

A
§1 Introduction poussive, avec ces satanées « valeurs qui nous rassemblent », alors que précisémment c’est plutôt leur absence qui pose problème. Il n’adresse pas d’ailleurs son texte aux « citoyens européens » mais aux « citoyens d’Europe ». Il parle également de l’avenir du « continent », pas de la communauté européenne.

§2 Evocation de la seconde guerre mondiale, qui tend à faire penser que si l’Europe ne subsiste pas, une troisième aura bien lieu… inversant complètement le processus historique suivant : c’est parce qu’il y aura la guerre que l’Europe va exploser, et pas parce qu’Elle explosera qu’il y aura la guerre.

§3 Ici on rentre dans le dur (enfin façon de parler car ce texte est en réalité très pauvre d’un point de vue cohérence des idées). A travers le Brexit (dont personne ne pourrait véritablement dire de quoi il est le symbole étant donnée la situation actuelle), Macron avance ses pions : le « besoin de protection des peuples », « le mensonge et l’irresponsabilité », « le repli nationaliste », « les exploiteurs de colère », « les fausses informations ».

Prenons dans l’ordre :

-de quels besoins de protection, de quels grands chocs il parle, on ne le saura pas. L’immigration, le choc des civilisations ? ou le besoin de justice sociale, le choc du déréglement climatique ? Chacun voit midi à sa porte n’est-ce pas ?
-En gros, ce sont les fake-news (russes j’imagine) qui ont fait voter le Brexit. Mais pourquoi nos médias habituels, institutionnels même, n’ont-ils pas révélé aux Britanniques, -qui sont un peu stupides du coup de n’avoir pas compris- qu’ils allaient perdre l’accès au marché européen en punition ? Qu’il y allait avoir la guerre en Irlande ?
-Le repli nationaliste, c’est bien ce qui consiste à faire passer les intérêts de son pays avant celui des autres, ce qui veut empêcher les étrangers de venir s’installer dans le pays, ce qui veut croire et faire croire que les « valeurs » de son pays sont à sauvegarder.
-Il est lui-même un exploiteur de colère, et il est aussi soutenu par des fausses informations ; il promet également tout et son contraire (en même temps quoi de plus étonnant ?)

§4 Projet inédit de paix, de prospérité et de liberté, j’ai déjà entendu ça quelque part ! Les stratégies agressives des grandes puissances : EU, Russie, Chine ? Agressives comment ? Commercialement, militairement ? Ils attaquent qui ? L’Europe, la France ? tout ceci est très flou. Chacun semble pouvoir y entendre ce qu’il veut…

Etre souverain sur le numérique, sans rire! les Russes et les Chinois oui mais pas l’Europe, car nous avons un retard considérable.

Et puis l’Europe n’a pas empêché la crise, le capitalisme ne peut pas être autrement que financier. L’Europe aurait pu sauver la Grèce, elle a préféré sauver les banques.

Les milliers de projets dont il parle c’est le lycée rénové en partenariat public/privé, la route financée par les impôts puis revendue à Vinci ou un autre pour nous la rendre payante une deuxième fois, c’est l’accès à internet qui arrive… quand il veut bien, et qu’on paye déjà avec nos divers abonnements. C’est oublier les autres milliers de projets comme le TAFTA ou le quantitative easing, l’octroi de nos données personnelles à google ou facebook…

Lorsqu’il parle de modèle, parle-t-il de l’Europe ou de la France ?

Où est la défense européenne ? Quelle protection des droits sociaux ?

§5 Faire plus, plus vite. Sans déconner. En même temps. Bouger sans bouger. Le projet c’est les frontières qui protègent et les valeurs qui unissent ? C’est donc un Nationalisme Européen qu’entend défendre Macron ? La civilisation européenne. Merde les phrases suivantes n’ont aucun sens. Des mots posés là : collectivement, transforme, moment décisif, protège, réinventer… Jusqu’à la « Renaissance européenne ». Ce terme pourrait faire penser à une période des lumières mais signifie en réalité le début d’un projet qu’on percevait pointer au loin depuis quelques temps : la Nation fédérale européenne, soit une « nouvelle Europe », à deux vitesses, avec l’Allemagne et la France à sa tête (Macron espérant bien entendu prendre l’ascendant).

B
§1 « Notre liberté première » est celle de choisir nos gouvernants ? Quand il s’agit de n’avoir le choix qu’entre Macron et Le Pen on doit se dire qu’on est libre, ou on se dit que les « puissances étrangères » ont bien fait leur boulot ? J’aimerais bien savoir quelles seront les caractéristiques de cette Agence européenne de protection des démocraties : un Decodex géant doublé d’un super bouclier anti-cyberattaques ? Il nous parle de protection et finit avec l’indépendance. Les puissances étrangères peuvent financer les partis européens ? super idée…

Le respect de l’individu, mais pas de ses opinions. Sur internet aussi on veut décider de ce qu’on peut ou ne peut pas dire, et comment. Je me demande comment, à un niveau européen, on va réussir à se mettre d’accord sur ce que sont les discours de haine et de violence. Ceux des néo-nazis à l’encontre des juifs, ou des musulmans ? Ceux des partis « modérés » qui laissent de côté les juifs mais attaquent gentiment sur les musulmans ? Les Roumains contre les Roms, les Italiens contre les migrants, les blancs contre les noirs… ça va pas être facile, sans compter les problèmes de traduction. A moins que chacun organise sa petite censure nationale suivant sa propre interprétation de ce qu’il considère comme discours violent (à bas le capitalisme ?, battez-vous pour la planète ?)

C’est assez étonnant de regarder de plus près un texte comme celui-ci. Sa construction est étrange. Il y a une ligne directrice, on voit où il veut en venir ; mais la manière qu’il a d’y conduire n’est pas cohérente, pas franche. J’imagine que c’est un texte retapé mille fois, mais par exemple la dernière phrase est une banalité derrière une syntaxe approximative : « nous devrons bannir d’Internet, par des règles européennes, tous les discours de haine et de violence, CAR LE RESPECT DE L’INDIVIDU EST LE FONDEMENT DE NOTRE CIVILISATION DE DIGNITE » ??? Ah bon ? Comment, pourquoi ? Et au fait, peut-on avoir la haine de la haine, et est-ce condamnable ?

C
§1 La frontière, c’est la liberté en sécurité. Qu’est-ce que ça veut dire ? La plupart des philosophes n’ont-ils pas plutôt dit que la liberté est le contraire de la sécurité ? Il ne peut y avoir de la liberté ET de la sécurité. Le « en même temps » ne peut pas fonctionner pour tout. Ce que nous propose ici le président, c’est rien de moins que de refonder l’Europe sur de nouvelles bases : ceux qui se soumettront aux règles édictées par les Français et les Allemands devront appliquer une politique migratoire commune. Ceux qui refusent verront-elles leurs frontières Schengen modifiées ?
En tous les cas, il semble probable que bientôt la France cesse enfin d’usurper le titre de « pays des droits de l’Homme ». Il faudra peut-être aussi, en même temps que de redéfinir les frontières, revoir également ce qui concerne les valeurs.

§2 La défense et l’augmentation des dépenses militaires : rien que de plus normal lors de la création d’un régime autoritaire… Après les frontières, l’armée, qu’il veut européenne et coordonnée, avec le Royaume-Uni.

§3 La concurrence bien sûr, le marché. La guerre économique que déplorent les autres pays que la Chine et les Etats-Unis, et bien l’Europe va la mener elle aussi. Les frontières, l’armée, le protectionnisme économique.

D
§1 On avance dans le projet d’une « Nation » européenne : convergence des normes sociales, salariales, fin du travail détaché. Si le salaire minimum européen est adopté, je doute que ce soit sur celui de la France qu’on se base mais bien sur celui de la Pologne. Pareil pour les droits sociaux. Bien sûr on dira au début que c’est le minimum européen, mais qu’en France on garde le nôtre (lisez bien : « adapté à chaque pays »). Et puis on le baissera doucement dans les années qui suivront (puisque c’est discuté chaque année collectivement, les gars en France vous payez trop vos gars c’est pas possible,Etc)

§2 « toutes nos institutions doivent avoir le climat pour mandat ». Et il parle de banque, d’investissement, de contrôle, d’évaluation scientifique… Et bah pour l’urgence on repassera ! on sait déjà plutôt bien ce qui ne va pas, ce qui pollue et ce qui tue. De manière déjà indépendante, et ce malgré le travail scandaleux des lobbies. Qui influencent la Commission européenne, le budget européen et toutes les décisions qui sont prises par nos gouvernants.

§3 Encore du contrôle, sur internet cette fois, à un niveau européen coordonné. J’aimerais bien savoir qui supervisera Amazon et Facebook ou Google ! L’intelligence Artificielle développée en Europe, avec un budget grand comme celui des EU ? En nationalisant les GAFAM ? ou avec leur « taxe GAFAM » ?!!

§4 Continuer de piller l’Afrique, mais cette fois-ci ses cerveaux ?

§5 et suivants Il veut lutter contre les nationalismes en créant une grande Nation Européenne qui serait elle-même nationaliste !
La conférence à laquelle il appelle est destinée à entériner la création d’une nouvelle Europe. Pas celle dont rêvent tous les européens de gauche, humaniste et ouverte, mais celle de la fermeture et du protectionnisme, de la défense.

A la suite de cette conférence le destin de l’Europe sera suspendu. Fin de l’Europe, nouvelle Europe autoritaire ou Europe démocratique.

Aurons-nous vraiment le choix ?

Caleb Irri

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...