Le travail à l’épreuve du salaire à vie

Posté par calebirri le 3 avril 2016

A l’heure où le travail disparaît au profit des robots et du logiciel, on nous dit qu’il va falloir travailler plus et plus longtemps. Pourtant, nous manquons de bras dans bien des domaines : que ce soit pour la santé, le logement ou l’éducation, la justice ou que sais-je encore, nous manquons de personnel ; en France, en 2016.

Nous sommes bien loin de ce qu’espéraient pour nous les « anciens » : eux qui croyaient qu’avec le développement de la technologie ces mêmes robots -qui nous font si peur aujourd’hui- nous libéreraient du travail…

Mais c’est que le système capitaliste ne convient plus au degré de technologie actuel : il y a encore du travail nécessaire, mais il n’y a plus d’emplois disponibles. Pas assez de budget !

Cette situation de blocage entraîne une augmentation des inégalités entre ceux qui sont « sur »employés, et ceux qui sont « sous »employés, avec pour conséquences des maladies que l’on commence à mieux connaître : le « burnout », et son opposée le « bore out ». Il y a ceux qui sont « mal  payés » et à qui on en demande toujours plus, et il y a ceux qui sont plutôt « bien payés », et à qui on ne demande rien. Les deux terminent en dépression, ce qui -on en conviendra aisément- ne correspond pas exactement à la définition du bonheur telle que l’entrevoyaient nos ancêtres !

Du coup, l’esclavage devient une tentation pour nos gouvernants : si pour peu d’argent les hommes sont capables de travailler jusqu’à l’épuisement, pourquoi ne pas leur accorder le minimum vital en contrepartie de leur asservissement ?

Le revenu de base pourrait très bien devenir ce minimum, en contradiction totale avec les aspirations de ceux qui l’ont conçu au départ, mais comment s’en étonner ? Si l’on y réfléchit bien ce revenu de base respecte l’injustice du système, ne le remet pas en cause : une fois ce minimum accordé grâcieusement, il faudra bien remercier. Et puis il n’y a qu’ainsi que nous pourrons aligner les salaires et rester compétitifs, n’est-ce pas ?

Puisque l’objectif est de sauver un système qui ne fonctionne plus sans remettre en cause l’injustice qui le caractérise -et en niant les avancées techniques et technologiques qui modifient totalement la manière de produire- le retour de l’esclavage devient pour certains un élément essentiel pour la sauvegarde de ce qu’ils appellent leur « civilisation ». Ils préfèreront rejetter les robots et ses formidables atouts plutôt que de renoncer au système qui leur permet d’être au pouvoir, toujours au nom de ce concept fumeux de « civilisation »…

Pourtant, le « burnout » et le « boreout » montrent assez à quel point l’être humain se projette dans le travail : qu’on lui demande trop en étant sous-payé le pousse dans ses limites, tandis que le payer sans qu’il travaille le conduit aux mêmes extrémités… pourquoi ?

Ce fait nouveau prouve à quel point toutes les valeurs sur lesquelles se fonde notre système de production sont fausses de puis le début. Les hommes ne sont ni des fainéants ni des avides mais bien des êtres motivés et investis dans leur travail, quelles que soient les conditions -ou presque-

C’est pour cela que les oisifs sont souvent moins heureux que les travailleurs : ils ne servent à rien.

Ensuite, ce n’est pas le travail qui disparaît au profit du logiciel et des robots, mais en réalité c’est l’emploi qui est en train de disparaitre. Avec le progrès de l’Intelligence Artificielle et Internet nous avons l’occasion de nous affranchir de la pollution, des tâches pénibles ou dangereuses, de la faim et de la maladie. Et puis il nous faudra bien concevoir, réparer, améliorer les machines, pour toujours plus d’êtres humains ; quel défi, quel travail ! Rien que pour empêcher le chaos la tâche est déjà immense…

C’est pour cela aussi que le revenu de base est une erreur, tandis que le salaire à vie est la solution : en réalité l’homme ne peut rester sans rien faire très longtemps. Toutes les critiques que l’on peut faire aux théories de Bernard Friot s’effondrent face à la réalité des faits : les vacances ne valent que lorsque l’on travaille,et l’homme qui n’a rien à faire devient fou.

Payés à vie, ils travaillent encore ; et peut-être même plus, et certainement mieux, car les chantiers qui nous attendent sont immenses – et nombreux sont ceux qui rêvent de se mettre au travail.

Sauf qu’il ne faut pas se tromper de combat. Les robots ne seront pas nos ennemis, et encore moins nos remplaçants, mais des outils destinés à la libération des énergies et des potentiels inégalables de l’être humain. Il ne faut pas vouloir sauver un système en contradiction avec les aspirations des hommes mais en fonder un nouveau qui soit en accord avec nos valeurs. Le Salaire à Vie instauré sans les autres composantes de la théorie de monsieur Friot ne vaudra pas plus qu’un revenu de base. Il faut aller beaucoup plus loin. Nous le méritons.

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | Pas de Commentaire »

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...