Il faut lutter contre le terrorisme d’Etat (islamique ou pas) !

Posté par calebirri le 20 avril 2015

Voilà où nous en sommes aujourd’hui. Les terroristes nous maintiennent entre deux feux : d’un côté il y a le terrorisme de l’organisation « Etat Islamique », qui à force de conquêtes va bien finir par créer un véritable « Etat », et de l’autre il y a « la réponse » à cette organisation, avec une autre forme de « terrorisme d’Etat » : le contrôle, la surveillance, la censure. Et bien sûr des victimes, civiles toujours, qui d’un côté comme de l’autre subissent des pertes considérables en vies humaines, en droits, en perspectives d’avenir.

Aujourd’hui, quand un enfant nous demande si plus tard, « quand il sera grand », il pourra choisir son travail et ou bien comment sera son téléphone portable, s’il pourra voyager dans l’espace ou si il vivra jusqu’à 100 ans, il devient difficile de ne pas lui mentir… Que sera le monde dans 5 ans, 10 ans ou 50 ans, voilà qui nous inquiète tous plus ou moins sérieusement. Aurons-nous même les moyens de conserver intact le niveau de vie dont nous disposons actuellement, rien n’est moins sûr. Faudra-t-il choisir entre deux terrorismes ?

Alors qu’une dictature se met peu à peu en place « en Orient », une autre s’installe également « en Occident ». Comme tant de fois par le passé, deux empires se font face et se préparent à nous broyer entre leurs immenses forces brutales. Et quand l’Europe dénonce la fermeture intempestive de sites comme « youtube » en Turquie (qui n’est pas une démocratie), on se prépare en France (dans ce qui est censée en être une) la possibilité légale de le faire sans recourir à la justice. Et après on s’étonne que l’extrême-droite revienne en force en Europe ? Comment pourrait-il en être autrement, à partir du moment où ceux qui se disent démocrates sont capables de détruire sciemment ce qu’il en reste ? Regardez l’exemple fourni par ces bons démocrates : corruption, cynisme, tromperies… Je suis persuadé que la plupart de ceux qui se tournent vers les partis « révolutionnaires » d’extrême-droite aujourd’hui, comme ceux qui se laissent tenter par le discours « révolutionnaire » des djihadistes, sont de ceux qui croyaient le plus en la « démocratie » pour les sortir de la misère et qui, déçus et dégoutés par la manière dont ces « démocrates » la défendent, finissent par considérer qu’en définitive la démocratie ça ne vaut rien : « si c’est ça la démocratie, alors autant essayer « une bonne dictature » ! ».

En face, et pour « lutter » contre ceux qui veulent « empêcher la liberté d’expression », on installe la surveillance pour tous et la censure… Pour lutter contre la violence on en instaure une autre. Pour lutter contre un « isme » on en invente un autre. Les démocraties répondent aux démocraties, les dictatures aux dictatures. Et les terroristes à d’autres terroristes. Le cercle vicieux dans lequel nous nous trouvons provoque une surenchère de la violence, de la peur, de la haine, de l’incompréhension.

Le problème est qu’il semble trop tard pour revenir en arrière. Les pays se réarment, se combattent par pays interposés, et le jeu des grandes alliances a repris. Ceux qui attendent la guerre seront satisfaits, mais pour les autres comment faire ?

A vrai dire c’est là le point central de toute l’Histoire humaine : à chaque dictature qui s’installe n’apparaît pas une nouvelle démocratie pour s’y opposer mais bien une autre dictature d’une nature contraire qui empêche la démocratie d’advenir. La difficulté est donc de se défaire de la dictature présente pour établir une démocratie qui fera naître en réaction d’autres démocraties qui lui répondront. Ces mouvements historiques sont en germe dans des pays comme l’Islande ou le Venezuela, ou en Grèce, mais sont vivement combattus par ceux-là mêmes qui se disent garants de cette démocratie.

Quand on se penche (même de loin !) pour regarder ce qui distingue fondamentalement la dictature de la démocratie, c’est la puissance de la classe capitaliste et le partage des richesses inégalitaire que l’on retrouve à chaque fois…

Il y a pourtant bien une solution pour éviter la dictature sans passer par un massacre historique, et elle se décompose en plusieurs temps :

- dans un premier temps il faut que les associations, mouvements, partis, se rencontrent et se rassemblent autour du rejet des politiques actuelles
- ensuite, elles doivent constater ensemble que le problème est la concentration des richesses entre un très petit nombre de mains
- que cet état de fait est rendu possible par nos institutions qui autorisent « de facto » cette concentration.
- il faut donc changer ces institutions et les remplacer par d’autres : c’est le travail de l’Assemblée Constituante
- pour ce faire il faut dégager une méthode pour que cette Assemblée soit la plus démocratique et donc légitime possible ; d’ailleurs la démocratie devrait être une condition de cette légitimité.
- une fois cette méthode décrite et largement acceptée, il faudra aborder la deuxième partie de notre réflexion commune : la lutte contre le capitalisme : les travaux de Bernard Friot sont révolutionnaires et permettent d’envisager une sortie « sans douleur » du capitalisme en même temps que l’intégration des nouvelles technologies et la sauvegarde de la planète (une fois que l’activité des hommes n’est plus contrainte par la rentabilité tout est possible !)
- cette théorie du salaire à vie ne peut avoir une chance d’exister qu’après que la nouvelle Constitution sera votée. C’est pourquoi il faut profiter du temps de travail de l’Assemblée Constituante pour poser les bases de cette solution, indépendamment de la réflexion menée par les autres tendances économiques, sans préjuger des décisions prises une fois la démocratie retrouvée.
- enfin, il faudra penser à s’unir avec tous les pays qui se trouvent engagés dans un processus similaire pour montrer aux autres comment il est possible de sortir de la dictature « par le haut ».

Maintenant, je dois avouer qu’il ne va pas être facile d’en arriver là : il y a peu j’ai tenté une « approche » en écrivant à une quinzaine d’associations ou de mouvements militant pour la mise en place d’une Assemblée Constituante pour savoir s’ils seraient partants pour une « rencontre » sans engagement autour de la question de l’Assemblée Constituante, et seuls deux m’ont répondu.
Les différents forums sur l’Assemblée Constituante sont plus ou moins à l’abandon, et le mouvement « MR6″ semble noyé dans un torrent de soucis. Il serait d’ailleurs utile d’avoir un retour d’expérience sur le sujet, car il apparaît de nombreux problèmes de légitimité : si l’on en croit certains plus de la moitié des membres désignés de « l’arc de gauche » représenteraient 53% de la-dite Assemblée (voir http://www.politis.fr/L-assemblee-est-representative-de,30784.html.

quoiqu’il en soit, et même s’il est sans doute trop tard pour éviter la confrontation des forces historiques qui nous entraînent malgré nous vers le chaos, il faudra bien un jour commencer à se coltiner à ces questions… enfin toutefois si nous voulons un jour pouvoir sortir des dictatures qui se mettent en place

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Une Réponse à “Il faut lutter contre le terrorisme d’Etat (islamique ou pas) !”

  1. monde indien dit :

    Une fois de + , merci pour ce beau texte , ta générosité sans faille .
    C ‘ est bien de cela dont nous avons tous et toutes besoin –
    Et nous sommes innombrables ainsi –
    Pour ma part , je continue sur la m^me ligne que je ne voudrais qu ‘ on interprète surtout pas comme quelque chose de rabat-joie , qui est de dire que la démocratie n ‘ est pas possible avec tous-toutes , malgré le mot lui-m^me qui parle bien de  » peuple  » , qui désigne bien l ‘ ensemble total des populations – juste une position réaliste –
    Comment pouvons-nous espérer établir une constitution réellement démocratique , par une assemblée constituante , avec des gens qui ne veulent pas de démocratie aucune ??? –
    Je ne noierai mon chagrin de cette difficulté dans aucune touque de vin rosé qui soit , parce que je sais très bien que les partisan-e-s de la vraie démocratie existent , sont là !
    La question n ‘ est pas de savoir comment faire une assemblée constituante , mais de savoir avec qui la faire : car nombre en sont les ennemi-e-s intrinsèques –
    Avec qui ?
    Le seul moyen de le savoir est se référender sur les questions les + basiques : La vraie démocratie / où TOUS-TOUTES trouvent leur compte , quelles que soient leur similitudes et leurs différences –
    La vraie justice sociale : où chacun , chacune , quelles que soient ses possibilités ait de quoi subsister matériellement , sans angoisse aucune , bien au contraire : avec tout le bonheur que n ‘ importe quel travail bien fait peut apporter de rémunération matérielle !
    Enfin , et surtout : L ‘ épanouissement Culturel , affectif , personnel , social , sans lesquels les précédents n ‘ ont aucune raisons d ‘ être !
    Il y faut une place particulière qui ne doit pas être de quelques priviligié-e-s , mais où tous-toutes y ont leur fête !!
    Certains-certaines sont opposé-e-s à ces valeurs .
    Peut-on espérer faire une constituante avec ceux-celles là ?
    MAIS L ‘ IMPORTANT EST QU ‘ IL Y EN A AVEC QUI ON POURRA LE FAIRE !!
    Très amicalement à toi , Caleb , et aux tiens-nes ,
    Charles de Sète – Monde Indien –
    http://mondeindien.centerblog.net/

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...