Au sujet d’Etienne Chouard

Posté par calebirri le 13 décembre 2014

Il semblerait que les « trolls » aient fini par l’avoir ! Lui qui paraissait si sûr de lui… Au moment où on commençait (enfin!) à l’inviter sur les plateaux de télé pour évoquer un sujet qui m’est cher (la mise en place d’une Assemblée Constituante), on ne faisait en réalité que l’interroger sur ses liens avec l’extrême-droite et monsieur Soral, qui doit bien se marrer… en plus certainement de mépriser ses travaux.
C’est vrai que ces derniers temps j’avais remarqué qu’on l’attaquait systématiquement sur ses liens avec l’extrême-droite. Mais monsieur Chouard se voulait ouvert et raisonnable, assumant parfaitement qu’on pouvait discuter avec tout le monde sans en partager les idées, et soutenait justement que dans une véritable démocratie il était inconcevable d’interdire à certains citoyens le droit de s’exprimer. Et puis il est tombé dans le piège : il continuait d’expliquer, de se justifier, d’essayer de convaincre… à tel point qu’il a fini par s’embrouiller, et occulter son seul et unique message : l’Assemblée Constituante.

Aujourd’hui il semble qu’il veuille tout arrêter, et s’excuse clairement de n’avoir pas su saisir le caractère dangereux d’un type comme monsieur Soral (ici). C’est que depuis quelque temps tous ceux qui prétendaient ne pas le connaître l’invitent aujourd’hui à se justifier, non pas sur l’immense travail qu’il a fourni depuis toutes ses nombreuses années à travers « le planC », mais sur ses relations avec l’extrême-droite. N’évoquant pour ainsi dire jamais son travail, en plus de décrédibiliser son message…

Alors maintenant de deux choses l’une : Ou monsieur Chouard s’est fourvoyé en ne se rendant pas tout de suite compte de qui était Soral (c’est que l’homme est habile) et il le regrette sincèrement -ceux qui doutaient des intentions de monsieur Soral ne le peuvent plus à l’aulne de son nouveau parti. Ou alors il s’est laissé attraper par les sirènes du « complotisme » à la sauce NWO (Nouvel Ordre Mondial), et alors on ne peut que lui conseiller, à lui comme à tant d’autres, de s’offrir le plaisir de lire « Le pendule de Foucault » et « Le cimetière de Prague » de l’excellent Umberto Eco. Je me dis souvent que ces deux bouquins sont une chance offerte à ceux qui veulent comprendre comment les théories du complot surgissent et prennent corps. Car il faut dire une chose : les « conspirationnistes », ou « adeptes de la théorie du complot » ne sont pas des idiots. Ce sont pour la plupart des citoyens curieux et pragmatiques, qui recherchent la cause première des événements. Ils sont dans un moment de leur réflexion où ils ont compris que le cours de l’Histoire est manipulé par un petit nombre d’acteurs dont l’influence est primordiale, mais n’ont pas encore compris que le complot juif ou maçonnique n’étaient que des leurres destinés à les discréditer publiquement.

J’ai déjà exprimé mon opinion sur ce qu’il faut conclure de ces théories du complot qui ne conduisent qu’à des impasses idéologiques et qu’au lieu de rechercher pourquoi nos représentants sont corrompus, il vaudrait mieux rechercher comment supprimer les corrupteurs, ceux qui corrompent. Car c’est le capitalisme le seul responsable de nos maux. Nous sommes tous capitalistes, c’est-à-dire potentiellement corrupteurs ou corrompus. Et puisque « l’amour de l’argent » est une caractéristique si bien partagée entre tous les hommes, il est aisé de jeter l’opprobre sur les uns ou les autres sous ce motif, mais à travers une communauté, en général minoritaire. C’est que l’Histoire est remplie d’une succession de complots fomentés par toutes les communautés (réussis ou échoués mais bien réels) ; comme les attentats du 11 septembre sont le résultat d’un complot -juif, américain ou islamiste c’est selon-, mais c’est bel et bien un complot.

En recherchant des causes idéologiques on en arrive toujours à des non-sens. Et ceux qui comme monsieur Chouard veulent se défendre des amalgames finissent toujours par se noyer dans des incohérences qui occultent leur véritable message (je connais bien le problème). Celui qui critique l’islamophobie est considéré comme un soutien des terroristes, et s’il juge le gouvernement israélien dangereux on le traite d’antisémite. S’il dénigre l’Europe ou la corruption, s’il ne soutient pas la politique étrangère de la France il est soupçonné d’être anti-européen, et par extension porté vers l’extrême-droite. S’il ne veut pas avaler toutes les couleuvres qu’on lui propose à propos de l’Ukraine on en fait un soutien russe. En réalité tout ce qui conteste le bipartisme actuel est invariablement accusé d’être un traître ou un agent-double. Il suffit de n’appartenir « à aucun camp » pour que cela en devienne suspect. L’extrême-gauche étant engluée dans ses contradictions et ne représentant plus un « danger électoral » à court terme, la plupart des contestataires déçus par la gauche (« extrême » ou pas) et dégoûtés du système actuel sont taxés de liens avec le FN, car ainsi le pouvoir (aidé par les médias) les regroupe tous ensemble dans une « force politique fictive » destinée à servir d’épouvantail lors des prochaines élections : celui qui se retrouvera au second tour contre le FN aura gagné les élections, puisqu’un « sursaut républicain » aura « sauvé » la France. Alors qu’en réalité c’est juste que ceux qui ont été assimilés à tort (mais intentionnellement) dans « le camp » de l’extrême-droite auront voté comme ils craignaient de devoir le faire, pour le PS ou l’UMP. Ainsi tous ceux qui s’opposent à ces deux partis sont systématiquement accusés d’être des soutiens du FN, volontaires ou « idiots utiles » comme disent les trolls, pour peu qu’ils n’aient pas clairement fait allégeance aux partis d’extrême-gauche. Il se pourrait d’ailleurs tout-à-fait qu’en définitive, d’un point de vue « tactique politicienne », les trolls arrangent plus les deux partis qui se partagent le pouvoir depuis si longtemps que le FN qui ne peut arriver au pouvoir que par un terrible concours de circonstances.

Je ne crois pas que monsieur Chouard soit raciste ; ni antisémite. Qu’il n’empêche pas les autres d’y être est différent. On lui reproche, comme on me l’a reproché, de laisser des paroles provocantes publiées ; mais comment un homme qui se veut ouvert au dialogue pourrait-il censurer qui que ce soit ? Je me suis déjà défendu de préférer expliquer que censurer -censurer est la chose la moins constructive qui soit- mais le fait est que je me suis aperçu que pour les trolls le message est beaucoup moins important que le fait de mettre la pagaille dans les discussions qui suivent habituellement les articles. Ce qu’ils veulent c’est qu’on cesse de parler des « vrais sujets » comme l’Assemblée Constituante (une idée qui fait peur à tous les partis politiques désirant rester ou accéder au pouvoir), et qu’on perde notre temps ou notre patience à se justifier. Etienne Chouard n’est pas non plus d’extrême-droite. Il a juste été déçu par ce qu’il croyait être la gauche. Il s’est rendu compte qu’au final ce qu’on appelle « l’UMPS » est peut-être plus dangereux que le FN. Dire cela a été interprété volontairement comme un soutien tacite du FN alors qu’en réalité cela signifie pour lui (si je l’ai bien compris) qu’un tel parti ne saurait être en mesure de gouverner, car son discours est encore trop effrayant pour accéder au pouvoir. Il a dit qu’il était « nationaliste » ? Mais combien d’entre vous diraient qu’ils ne le sont pas ? Nous sommes si peu nombreux à être « internationalistes » ! Et c’est bien ce qui me sépare de gens comme Etienne Chouard : je ne désire pas la fin de l’Europe mais supprimer les frontières, et je refuse de reconnaître les traditions religieuses comme le ciment d’une quelconque nation (avec toutes les guerres que ce prétexte a engendré !). Mais monsieur Chouard est un homme honnête, qui dit ce qu’il pense. Et qui cherche une porte de sortie. Ne refusant de discuter avec personne, serait-ce le diable lui-même.

Maintenant il faut arrêter d’avoir peur, arrêter d’écouter ce qu’on nous dit de penser et penser par nous-mêmes. Lire ce qu’Etienne Chouard écrit, et cesser de donner du poids à des rumeurs qui n’ont, comme nos hommes politique, que le pouvoir qu’on veut bien leur donner. Comprendre et revenir à l’essentiel : l’Assemblée Constituante. Il la désire tirée au sort, d’autres la veulent élue. Pour ma part, je souhaiterais que le peuple se détermine sur cette question, et j’ai même proposé de « couper la poire en deux » : la moitié d’élus, la moitié tirée au sort. Cette question est primordiale pour avancer sur ce projet. Bien plus que de savoir pour qui vote un homme qui passe sa vie à expliquer qu’il voudrait changer les institutions pour y intégrer… le tirage au sort !!

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

4 Réponses à “Au sujet d’Etienne Chouard”

  1. Damien dit :

    bonjour,
    merci pour votre billet : il decrit l’impasse de notre systeme actuel. Si vous etes contre le PS et l’UMP, vous etes taxé d’extremiste FDG ou FN.
    L’interet general est loin d’etre servi par les partis politiques, il faut donc confier notre gouvernance aux citoyens et non aux partis politiques.
    il faut que les gens renoncent a confier leurs vies a des professionnels de la politique et se prennent en mains.

  2. monde indien dit :

    Voilà + qu ‘ une simple  » incident « , mais bien quelque chose de grave -
    La question que je pose est : les ennemis avérés de la démocratie y ont-il une place ?
    ( je ne parle absolument pas de Chouard ! )
    mais plutôt pensant à certaines extrême-droites , y ont-elles une place ?
    Moi je dis que les ennemis de la démocratie n ‘ ont pas de place dans la démocratie !
    Le père Le Pen qui va aux congrès fascistes en Italie et aux commémorations de Pinochet au Chili a-t-il sa place dans la démocratie ? Je dis NON ! ( et encore , il voudrait faire croire qu ‘ il est pour la démocratie !!! ) –
    Bien sûr , il ne s ‘ agit pas de les passer à la guillotine , ni de leur ôter tout droit de s ‘ expliquer – mais ces gens-là ne peuvent avoir aucun droit à participer à une res-publica démocratique qui doit réaliser le bonheur et l ‘ épanouissement du peuple – c ‘ est à dire de TOUS !
    Ce que je viens de dire n ‘ est qu ‘ une bagatelle :
    m^me en écartant les patentés ennemis des systèmes existants-démocratiques , nous ne devons pas faire l ‘ économie du re-définition de ce que DOIT être une vraie démocratie :
    1/ conditions matérielles de vie de chacun-e : quelles sont les différentes visions ( ou : est-il ppossible de les accorder ? ) que nous avons de ce que doit être l ‘ équité , la  » justice sociale  » –
    2/ conditions et équité d ‘ accès à ce qui de la vie , est + que matériel : on peut l ‘ appeler Culture /// mais cela peut recouvrir des champs + vastes tels l ‘ oisiveté ( le droit à la paresse et à l ‘ anti-consumérisme ), ou le mystère ( le droit à la reconnaissance de l ‘ immense inconnu – voire religieux / s ‘ il est respectueux- – non-fanatique .)
    Ces dimensions non-matérielles des épanouissements sont aussi essentiels à de vraies réalisations individuelles et collective que ne l ‘ est la justice sociale matérielle -
    Au regard de ces deux considérations , j ‘ affirme que les ennemis-e-s d ‘ une vraie démocratie sont + nombreux-ses que nous ne le croyons .
    Les partisans-annes du « système » capitaliste sont-ils-elles compatibles avec une vraie DEMOCRATIE ? : NON -
    Les « socialistes »-déguisés veulent ils-elles une vraie démocratie ? : NON !
    Les totalitaristes d ‘ extème-extrème gauche veulent ils-elles une vraie démocratie ? : NON !
    Je pose donc qu ‘ il est + urgent de re-définir ce que doit être une vraie démocratie , avant que de soucier d ‘ aucune représentativité , aucune constituante –
    Avec tout le respect et la grande valeur que je donne à ce que tu fais , Caleb , ainsi qu ‘ à tes vrais lecteurs , Amitié à toutes et tous ,
    Charles/Monde Indien -

    • calebirri dit :

      @ monde indien

      Ce n’est pas une petite question que tu poses là, monde indien ! Les ennemis de la démocratie ont-ils une place dans une démocratie ?
      Le sujet est difficile, et je ne peux répondre qu’en mon nom propre : pour moi oui. Je m’explique

      Tout d’abord il faut dire que si il existe des « ennemis » de la démocratie, cela signifie qu’ils auraient conscience de ce qu’elle est, et par conséquent qu’ils peuvent participer, même par opposition, à définir ce qu’elle est (ou n’est pas). Il existe tout un tas de gens qui considèrent que la royauté est compatible avec la démocratie, ou même meilleure. Il existe aussi des gens qui croient réellement « qu’une bonne dictature » possède de nombreuses vertus, et d’autres qui déclarent l’anarchie plus démocratique que la démocratie elle-même. Et si tu considères toi, comme tant d’autres, que les partisans du capitalisme sont des ennemis de la démocratie, alors ceux ayant une place dans la « véritable » démocratie seront peu nombreux, et il sera alors difficile de parler encore de démocratie !

      Ensuite, il convient de rappeler que la démocratie est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. Il ne peut donc pas être question, en théorie du moins, de séparer le peuple en plusieurs groupes distincts. Les lois démocratiques étant nécessairement les mêmes pour tous, il m’est impossible d’imaginer imposer à une partie du peuple qui n’a pas son mot à dire des règles qui la concernent également aux autres. Le fait est que la démocratie est pour moi l’aboutissement d’un consensus formé par toutes les opinions de tous les citoyens, éclairés par les débats entre toutes les composantes du peuple, c’est-à-dire de l’extrême-gauche la plus radicale à l’extrême-droite la plus radicale.

      Car enfin c’est pour moi une erreur de croire que ne pas parler, ou ne pas laisser parler, ceux dont les idées nous font peur car c’est le meilleur moyen de leur faire de la publicité. En réalité je pense qu’il faut leur parler et tenter de les convaincre qu’ils font erreur, ou les ignorer lorsqu’ils ne veulent pas écouter. Leur nombre étant conforme à celui que l’on attend des extrémités d’un hémicycle politique, il est fort peu probable que leurs règles soient adoptées.

      Pour finir je vais tenter de te dire ce qui pour moi est la cause de ces idéologies extrêmes : le capitalisme. Le capitalisme est effectivement, et comme tu le dis, anti-démocratique ; il est même son contraire. Mais le fait que l’extrême-droite ou même le PS sont aussi anti-démocratiques tient à ce qu’ils sont tous deux, comme les autres formations politiques, capitalistes ! Le capitalisme qui crée la rareté pour entretenir l’illusion de la finitude des ressources et justifier la misère sur laquelle les riches prospèrent. Et c’est cette injustice de plus en plus flagrante -qui saute aux yeux de tous- que tous les partis dénoncent chacun à leur manière, mais tout en restant dans le même cadre de pensée qui est le capitalisme.

      La royauté, la dictature, le communisme, la république, tous sont des systèmes inféodés au capitalisme et se ressemblent comme deux gouttes d’eau : tout en haut il y a quelques chefs, peu nombreux, et le pouvoir descend en pyramide plus ou moins régulière selon les modes de gouvernement choisis, ou imposés. Mais tous travaillent pour eux-mêmes et leur propre profit, sans que leurs « idéologies » les empêchent de s’entendre à rendre leurs peuples misérables, et à empêcher la survenue de la démocratie, qui signifierait inévitablement la fin du capitalisme… et de leur pouvoir

  3. monde indien dit :

     » Tout d’abord il faut dire que si il existe des « ennemis » de la démocratie, cela signifie qu’ils auraient conscience de ce qu’elle est, et par conséquent qu’ils peuvent participer, même par opposition, à définir ce qu’elle est (ou n’est pas). Il existe tout un tas de gens qui considèrent que la royauté est compatible avec la démocratie, ou même meilleure. Il existe aussi des gens qui croient réellement « qu’une bonne dictature » possède de nombreuses vertus, et d’autres qui déclarent l’anarchie plus démocratique que la démocratie elle-même …  »

    NON ! ( ce ton n ‘ est pas péremptoire – je dois juste affirmer ma conviction réelle – ) .

    Si les adversaires à une vraie démocratie peuvent faire progresser nos bases de ce que doit être une  » vraie  » démocratie , il n ‘ en reste pas moins que ces ennemi-e-s sont , et resteront toujours des ennemi-e-s du PARTAGE .

    Telle est ma conviction profonde .

    Qu ‘ on ne me fasse pas croire que tous-tes ces joyeux-ses capitalistes n ‘ ont pas conscience des malheurs individuels et collectifs qu ‘ ils-elles engendrent !!! – et que jamais ils ne voudront se départir de leurs lignes de conduites –

    Ces gens-là , à mon sens , ne seront toujours , et n e voudront toujours qu ‘ être capitalistes et dominateurs –

    J ‘ ai conscience que c ‘ est terrible à dire – Marx ne parlait-il pas de Lutte des classes ? – moi , j ‘ affirme qu ‘ il s ‘ agit + de Lutte Culturelle , de façons incompatibles de vivre les rapports humains ( et avec la nature ) -

    J ‘ ai conscience que c ‘ est encore + terrible de trouver des solutions à cette lutte mortelle contre les forces qui s ‘ opposent à nous –
    Nous nous trouvons à peu près dans la m^me situation que les Amérindiens ( non , je ne suis pas + indien / malgré mon pseudo / que gaulois , arabe ou chinois …) face aux blancs envahisseurs et tentèrent de  » faire sécession  » , demandant des terres à eux-elles ( qui toutes leur avaient été volées ) et finallement se firent baiser sur toute la ligne – Mais ils sont toujours là , avec leur identité malmenée mais fière – et n ‘ ont pas dit leur dernier mot –
    Voilà , je crois que nous en sommes là aussi , m^me si c ‘ est tragique à dire –
    Mieux vaut ne pas se voiler la face , nous aurons peut-être alors quelque chance de nous en sortir -

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...