Il ne s’agit plus de quenelle mais de liberté d’expression

Posté par calebirri le 10 janvier 2014

Au départ je voulais faire état de mon courroux face au comportement scandaleux des sénateurs dans l’affaire Dassault, sénateurs qui n’en sont malheureusement pas à leur coup d’essai : le Sénat protège les siens.

Persuadé que Dieudonné allait évidemment pouvoir jouer son spectacle et qu’on oublierait tout ça rapidement (et tant mieux), c’est avec stupéfaction que j’apprenais hier soir la décision du Conseil d’Etat d’interdire ce spectacle…

Pourquoi avec stupéfaction , me direz-vous, je défends Dieudonné alors ?

Non je ne défends pas Dieudonné, mais c’est qu’il ne s’agit plus de lui, ni de sa quenelle de merde, mais bien de notre liberté d’expression à tous !

Car à travers cette décision , c’est une « jurisprudence Dieudonné » que le Conseil d’Etat vient de créer : interdire l’expression d’un homme « a priori » (c’est-à-dire donc avant que son expression soit condamnable), ce qui est, on le comprend vite, la négation de la liberté d’expression.

Comment cela a-t-il bien pu arriver ?

J’ai donc tapé « comment fonctionne le conseil d’Etat » sur mon ordinateur, et j’ai cliqué sur le premier lien, conseil-etat.fr : impossible d’y accéder (et ce depuis hier soir au minimum) Tiens donc !

Je me rabats donc sur wikipedia, où j’apprends que le Conseil d’Etat est un organe consultatif dont l’avis est en général suivi par le gouvernement, mais que rien ne l’y oblige, sauf dans de « rares cas prévus par la Loi », qui ne sont bien sûr pas indiqués sur le site.

De plus, les membres sont des fonctionnaires (et non pas des magistrats), qui pour les postes principaux sont apparemment directement ou indirectement choisis par le président lui-même ou le Conseil des Ministres (au moyen d’une sélection appelée « au tour extérieur » et dont on ne sait rien sur wikipedia)…

En gros, Le Conseil d’Etat est à la solde du gouvernement qui l’emploie, et le gouvernement, en le saisissant en urgence, savait très bien ce qui allait être décidé… On entend ce matin dire que le juge était seul pour statuer (la justice indépendante ?)

Maintenant, et en attendant que cette décision soit « cassée » par la Cour Européenne des Droits de l’Homme (comme nous rassure maître Eolas dans son interview , que va-t-il se passer ?

-Dieudonné va devenir encore plus populaire au lieu de le rendre inaudible
-cette « jurisprudence » risque de faire des émules pour qui veut interdire de s’exprimer
-Les tensions communautaires vont être ravivées et risquent d’engendrer des violences sur lesquelles le gouvernement s’appuiera pour réprimer telle ou telle…
-Les « quenelles » vont se multiplier dans les stades de foot, les écoles, les émissions de télévision, sur internet… avec les difficultés d’interprétation juridique qui en découlent.

Ce geste d’antisémite deviendra alors le signe d’un « rassemblement » contre Manuel Valls et le gouvernement, et pendant ce temps là on ne parlera ni du chômage ni de la pollution, ni de la misère qui se développe…

En réalité, avec cette décision scandaleuse prise au nom d’un risque de trouble grave à l’ordre public, c’est un risque beaucoup plus grand encore pour ce même ordre public que le gouvernement prend le risque d’engendrer, en créant un précédent juridique très grave pour un pays dont la devise commence par le mot « Liberté ».

Caleb Irri
Http://calebirri.unblog.fr

14 Réponses à “Il ne s’agit plus de quenelle mais de liberté d’expression”

  1. Julien RD dit :

    Hmmm « ce geste d’antisémite »… Un peu de respect : j’ai la prétention de ne pas être raciste du tout (ce qui devrait suffire comme terme en tant que tel) ni plus spécifiquement « antisémite » (qui est galvaudé, le peuple arabe est sémite…) ; je souris au symbole de la quenelle depuis un moment déjà et il n’a jamais été question jusque là d’y voir un quelconque antisémitisme – c’est de l’affabulation pure et simple, un men songe social éhonté colporté par tout l’organe médiatique (de propagande ?). Il s’agit d’un symbole populaire d’opposition au « système » (pouvoirs en place, médias, économique) de manière générale, dont, entre autres (j’insiste) le pro-sionisme est l’une des parties (mais on dit bien sionisme, pas judaïsme).
    Donc je souscrit à l’analyse dans le fond (trop de bruit, il y a d’autres problèmes autrement plus important dans ce pays qui ne mobilisent pourtant pas le conseil d’état en moins de 3H – du jamais vu – comme par exemple la corruption Dassault, le chômage, les 1700 licenciements de La Redoute…..) mais je trouve que tomber dans l’analyse vendue avec force matraquage médiatique d’une symbolique soi-disant antisémite (anti-judaïque faudrait-il dire pour être plus précis) et y sacrifier de manière péremptoire est dommage et irrespectueux pour ceux qui n’y sont pas opposés tout en n’étant pas racistes dans leur très grande majorité (on n’empêchera jamais une frange d’individus de récupérer un symbole et l’afficher dans des lieux incongrus — hautement détestable).

    Quoi qu’il en soit, non seulement cette interdiction mais surtout la disproportion de mobilisation des appareils d’état (publics, financés sur nos impôts) pour la forcer (contre la décision juridique) est hallucinante et extrêmement inquiétante.
    Triste époque.

    • calebirri dit :

      @ Julien RD

      D’accord avec votre précision sur le terme « racisme » qui devrait se suffire à lui-même, d’ailleurs quand on y pense n’est-ce pas stigmatisant de lui substituer « antisémitisme », ou « homophobie »… ??

      Pour la quenelle, en réalité il est désormais officiellement un geste « antisémite », car à part celui qui n’a ni internet ni la télé, il ne peut plus faire ce geste sans « de fait » être considéré comme antisémite. Après, si la force du nombre est plus forte que la doxa officielle de monsieur Valls, elle peut devenir un geste « anti-Valls », ou « anti gouvernementale », mais m’est avis qu’à part deux ou trois petits malins qui se feront vite réprimander, les quenelles vont s’arrêter assez rapidement (enfin on verra bien)…

      Triste époque qui en rappelle d’autres… Mais ô combien passionnante ! quand je pense que si nous le voulions, nous pourrions faire de celle-ci un nouveau départ pour une vraie démocratie.

  2. betov dit :

    Le monde s’écroule sous les pieds des satanistes. Il faut les comprendre : échec total dans la lutte contre le chômage / guerre perdue en Syrie dans des circonstances impensable / effondrement économique / délitement industriel / spoliation de l’Afrique inversée d’avance / explosion de leurs maîtres UE assurée, etc. Les pauvres diablotins ne peuvent plus rien faire d’autre que d’agiter des fumées nauséabondes comme les Femen, la sodomie pour tous, la location des utérus et la vente de nourrissons à des sodomites. Même la fumée ne cache plus rien, au contraire. Dieudo est un révélateur.

  3. Lionel dit :

    En fait Julien RD vous a dit exactement ce que je pense. J’adhère totalement à votre analyse de fond mais vous n’avez pas compris le geste de la « quenelle ». Ce n’est pas Dieudoné qui a rendu ce geste important tout à coup car cela fait 10 ans qu’il le fait sur scène lors de ses spectacle (c’est une sorte de bras d’honneur à sa sauce, c’est tout !) mais c’est bel et bien le gouvernement et surtout ceux qui sont « au-dessus » qui ont enclenché un assaut médiatique. Dieudo faute d’en pâtir est en train de devenir une icône !…J’espère qu’il n’en deviendra pas un « martyr »…Vous dites: »…vous tombez tous les uns après les autres dans tous les pièges qui vous sont tendus !… » Rassurez-vous je crois que depuis un moment de plus en plus de gens sont de moins en moins dûpes !…De plus en plus de gens ne croient plus la TV….Et ces jours-ci je crois que la conscience populaire vient de faire un bond énorme ! La Constitution vient d’être violée par le gouvernement ! ..Il apparait au grand jour que le gouvernement ne représente plus les intérêts du peuple français mais les intérêts d’une organisation illégitime qui n’arrive plus à se cacher (ou qui n’en a plus rien à foutre de se cacher tout simplement !) Ce sont les mêmes qui affament le monde ! C’est la même clique ! Si les français n’ont pas l’air sensible aux 3 milliards d’êtres humains en train de crever de faim sur Terre mais qu’ils se mobilisent derrière un individu comme Dieudonné qui dénonce cette même mafia, alors profitons-en !

  4. Julien RD dit :

    Je vous soumets tous cette analyse par Jean Bricmont :
    http://www.youtube.com/watch?v=2lbpqdiTq3s

    ( http://www.youtube.com/watch?v=2lbpqdiTq3s )

  5. Gourmel Michel dit :

    Le Conseil d’État a 2 fonctions.
    Le Conseil d’État (CE) est présidé par son vice-président, le premier ministre pouvant, à titre honorifique, présider son assemblée générale. Il a 2 fonctions :
    - L’une en tant que juridiction administrative suprême, il statue en « section du contentieux »
    - L’autre, le CE est conseiller du gouvernement français section administrative consultative
    Dans ce cas, le CE peut ainsi rendre trois sortes d’avis :
    Avis simple. Le gouvernement n’est pas obligé de solliciter l’avis, ni obligé de le suivre.
    Avis obligatoire. Le gouvernement est obligé de solliciter l’avis (projet de loi ou d’ordonnance, projet de décret en CE), mais n’est pas obligé de le suivre.
    Avis conforme. Le gouvernement est obligé de solliciter l’avis et est obligé de le suivre (dans des cas rares prévus par la Loi).

    Mais des membres du CE peuvent appartenir aux 2 catégories.

    En l’occurrence, dans l’affaire Dieudonné, c’est en tant que juridiction administrative suprême que le CE est intervenu suite à des décisions de Tribunaux Administratifs
    En principe, le C.E. dans sa fonction de Juge administratif fonctionne de manière collégiale. Mais ici ce n’est pas le cas :
    Le Juge des Référés au CE : Un Juge unique ! ! !
    Les audiences en référé, comme celle qu’a tenu le Conseil d’État le 9 janvier sur le spectacle de Dieudonné, sont un peu particulières. Elles sont présidées par un juge unique (article L523-1 du Code de justice administrative),
    http://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=245153E64061A8C5902BC23BE696B61F.tpdjo02v_2?idArticle=LEGIARTI000006449334&cidTexte=LEGITEXT000006070933&dateTexte=20090320

    Et vu la vitesse de la décision, on peut supposer qu’elle avait été rendue avant l’audience … qui n’a servi que de couverture pour donner l’illusion de Justice.

    • betov dit :

      Il y a 3.000 ans, un groupe d’artisans égyptiens a quitté l’Egypte lors de l’effondrement de la culture d’Amarna. Ces tarés du monothéisme se sont eux-mêmes revendiqués « peuple élu de dieu ». Évidemment, depuis lors, ils ont été rayés de la surface de la terre plusieurs fois. Justice divine (humour).

      Les seuls sémites restant (les berbères n’étant à l’évidence pas des sémites) sont les arabes. Je ne vois pas en quoi Soral ou Dieudo seraient « anti-arabe ».

      De nos jours, est juif celui qui se déclare juif. Personnellement, je n’ai aucune idée de ce que cela pourrait signifier, vu qu’il n’existe plus de race juive depuis très longtemps (qu’il n’en a très probablement jamais existé aucune) et qu’il n’y a jamais rien existé qu’on pourrait nommer « culture juive ». A moins qu’on nomme « culture » le ramassis informe de l’ancien testament ou qu’on ne comprenne vraiment rien à ce que sont les religions.

      De toutes façons, ceux qui, aujourd’hui, se disent « juifs » sont simplement des pro-israéliens athée clairement du côté de l’ultra-droite la plus abjecte que le terre ait porté. La situation serait comique si elle n’était pas aussi lamentable.

      Quant à ceux qui, comme Gilad Atzmon, soutiennent Dieudo tout en se disant « juifs », on ne saurait que les féliciter d’être sortis d’Israël pour recouvrer leur dignité. C’est à eux de préciser ce qu’ils entendent par être « juif ». Si c’est être un occidental né involontairement sur une terre volée aux palestiniens, je ne vois pas quelle qualité particulière cela pourrait leur conférer. Le mot ne signifie simplement plus rien du tout.

      • betov dit :

        Sur les origines du problème, quelques vidéos sérieuses de… Joseph Davidovits. :)

        http://www.davidovits.info/343/presentation-video-de-joseph-amenophis-fils-de-hapou

      • calebirri dit :

        @ betov

        effectivement, pas facile de définir le mot « sémite », et pas facile non plus de définir le mot « juif ». est-ce comme le « musulman », souvent confondu tantôt avec « l’Arabe », tantôt avec « l’islamiste » ou les deux ensemble, ou est-ce comme le « catholique » ? En France, on dit « catholique » au lieu de « chrétien » d’ailleurs… Tant de poncifs sont véhiculés derrière ces mots : le bouddhiste est zen, le catholique est contre l’avortement… et quelle différence entre la religion qu’on nous a inculqué dans notre enfance et celle à laquelle on croit une fois adulte, suis-je catholique si mes parents le sont, que dire s’ils sont devenus athées, où si on ne m’a pas appris dès la petite enfance que le bouddhisme existait ?

        puis-je être à la fois musulman (d’origine) et anti-islam, puis-je être à la fois juif et antisémite, puis-je être bouddhiste sans croire en la réincarnation, ou athée et faire des prières ?

        En réalité je pense qu’aujourd’hui tout le monde s’en fout de savoir si on est juif ou musulman, catholique ou athée. Et s’il ne s’en fout pas c’est juste un tort : ils le devraient.

        http://calebirri.unblog.fr/2012/09/21/la-religion-des-cons/

    • calebirri dit :

      Salut Alter Egaux, ça faisait longtemps…

      je ne sais pas d’où vient ce geste et je sais encore moins ce qu’il va devenir… mais toujours est-il que j’ai du mal à croire que tous ceux qui la « pratiquent » souhaitent ou nier les horreurs nazies, ou la mort de tous les juifs. Ce dont je suis pratiquement certain cependant, c’est que le gouvernement sait, lui, qu’en agissant comme il le fait il provoque la montée des tensions communautaires puisqu’il compte s’en servir à la fois pour les élections qui viennent et pour restreindre la parole de ceux qui contestent de bonne foi le système capitaliste (je veux dire sans quenelle et sans antisémitisme). Le gouvernement dit lutter contre un ennemi intérieur alors qu’il est cet ennemi, il dit qu’il veut éviter les troubles publics alors qu’il les crée, et il prétend vouloir défendre la dignité humaine alors qu’il la bafoue constamment : la corruption chronique de nos élus, les polémiques stériles, la suppression progressive de toutes les aides sociales… On en arrive à licencier un type qui refuse de couper l’eau de familles désespérées !

      En réalité c’est comme je disais dans l’article précédent celui-ci : la plupart des bonnes âmes qui disent défendre la dignité humaine s’assoient constamment dessus à longueur de journée, et ce sans distinction de couleur de peau ou de religion ; en capitalisme, la dignité humaine ne passe-t-elle pas après la dignité humaine ?

      • Alter Egaux dit :

        Oui, cela faisait longtemps.

        [quote]mais toujours est-il que j’ai du mal à croire que tous ceux qui la « pratiquent » souhaitent ou nier les horreurs nazies, ou la mort de tous les juifs.[/quote]
        Après tout, Alain Soral n’est pas aller se faire photographier en train de faire une quenelle devant le siège de la BCE à Francfort ! La symbolique anti système aurait alors pu être argumentée.
        Mais la quenelle est maintenant liée à Robert Faurisson (Quenelle d’or 2010) et à Alain Soral devant le Mémorial de la Shoah de Berlin, légitimant ce geste négationiste pour le premier, et antisémite pour le second.
        Du reste, tous les allemands faisant le salut hitlérien sous le régime Nazi souhaitaient ils la mort de tous les juifs ? Bien entendu que non. Reste qu’il faut différencier le régime politique et son peuple, même lorsqu’il est soutenu par une grande partie de son peuple.
        Sur ceci, il faut lire Hannah Arendt, sur la genèse et le fonctionnement des totalitarismes.

        Pour en revenir à la liberté d’expression, Dieudonné a immédiatement repris ses spectacles, dès le lendemain de l’interdiction à Paris (12 000 € par spectacle, alors que la salle lui coutent 10 000 € par mois), spectacle expurgé de ses charges antisémites.

        La meilleure analyse que j’ai lu vient du blog de JL Mélenchon, sur cette affaire détestable :

        « Vouloir interdire un spectacle, dans ce cas, n’est peut-être pas fondé juridiquement. Le point de vue des tribunaux a divergé sur ce point. Il est certain que la volonté de Valls d’instrumentaliser le rejet de Dieudonné a été si mal organisée que ce dernier est sorti renforcé du bras de fer. Nous aurions dû, nous aussi, tenir compte de l’avis de nos camarades avocats qui nous ont avertis du risque. Mais à nos yeux il ne s’agissait pas d’une question de liberté d’expression. Je sais que ce point est très discuté. Je lis ce qui se dit et je note que beaucoup d’arguments sont de bonne foi. Pour nous, l’idée du combat politique l’a emporté. A part la liberté de conscience, aucune liberté n’est illimitée dans notre pays. Exemple encore récent : la liberté de se vêtir à son goût est limitée par l’interdiction de circuler nu ou entièrement voilé. La liberté du culte est également limitée par des autorisations préalables, par exemple dans le cas des processions. La liberté d’expression est très encadrée. Il est interdit de diffamer, d’injurier, et ainsi de suite. La liberté d’opinion de même. Certaines affirmations sont considérées comme des délits et non comme des opinions. Bien sûr, chaque fois qu’on limite une liberté, il faut s’assurer que l’on ne crée pas un précédent qui atteindrait de façon imprévue d’autres libertés.

        Mais au cas de Dieudonné, pour nous qui ne sommes pas gouvernants du moment, la bataille est exclusivement politique et idéologique. Pour nous, la République n’est pas un régime neutre. C’est une organisation de la société politique fondée sur des principes. En particulier la règle de l’absolue égalité en droit et en dignité de tous les êtres humains. Il est certain que nous n’aurions pas dû nous engager de cette façon sur cette question d’interdiction. Non parce que c’est une limite à la liberté d’expression, comme je viens de le dire. Mais parce que la base juridique n’était pas du tout assurée. Valls nous a emmenés dans le mur ! Non seulement il offert une formidable promotion au spectacle de Dieudonné, mais il affaiblit la bataille contre l’antisémitisme militant. Il s’est engagé de la pire des façons dans cette affaire, tournant tous les feux des médias sur cette décision sans s’assurer des moyens d’action. Une situation nouvelle aggravée est ainsi créée. Pour autant il ne faut pas perdre de vue l’essentiel. Cette histoire fonctionne d’abord comme une diversion gouvernementale. Certes. Mais il faut rester lucide et saisir les enjeux profonds de ce bras de fer. Dieudonné tient des « spectacles » qui ont un résultat politique : créer un antisémitisme décomplexé officiel. Pour cela il compte sur la force de propulsion que lui donnent le scandale médiatique plus ou moins sincère qu’il provoque, et l’instrumentalisation que font de lui un politicien sans vergogne comme Manuel Valls et des communautaristes arrogants. C’est donc une lutte politique globale qui est engagée. Cette défaite provisoire ne doit pas nous désarmer. Si la liberté d’expression de Dieudonné doit être garantie, elle ne peut inclure la liberté d’organiser une campagne antisémite. Rien ne peut faire oublier ce qu’il dit : cruel et insupportable au plan humain, honteux au plan républicain. C’est pourquoi nous continuons d’affirmer à propos de Dieudonné : une tournée de « rire antisémite » n’est pas tolérable en République. Nous continuons la lutte sans compromis ni concessions : la France aux républicains ! »

  6. calebirri dit :

    @ Alter Egaux

    j’ai bien dit « tous ceux »… Mais ça c’était avant ! Maintenant la chose est officielle, et cela change tout : celui qui aujourd’hui fait une quenelle le fait « en connaissance de cause » (à moins qu’il n’ait pas la télé).

    Pour le reste, je te propose de lire mon dernier billet !

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...