• Accueil
  • > Archives pour novembre 2013

Discours (rêvé) d’un homme politique honnête

Posté par calebirri le 25 novembre 2013

Très chers cons (citoyens), si je suis devant vous ce soir, ce n’est pas de gaîté de coeur- mais parce que ce que vous appelez la démocratie m’y oblige. Contrairement à mes concurrents (et néanmoins amis), j’ai décidé de cesser l’hypocrisie qui règne dans ce pays en vous parlant un langage de vérité.

Alors voilà : si je me présente à vos suffrages ce n’est ni parce que je crois pouvoir améliorer votre sort (de toutes les manières ce n’est pas moi qui décide), ni parce que j’ai des convictions à défendre (je connais assez la politique pour ne plus en avoir), mais tout simplement pour gagner plus d’argent, et plus de pouvoir.

Mes chers cons (tribuables), vous savez tous que le monde est individualiste et que la crise est profonde : il ne faut donc pas attendre de miracle de ma part ; mais j’ai une carrière à mener, et elle passe par l’élection.

En m’élisant ce dimanche vous ne serez donc ni plus riches ni plus heureux, mais vous ne serez pas non plus ni moins riches ni moins heureux… qu’avec mes concurrents ! Seulement il vous faut bien en choisir un, alors autant que ce soit moi !

Maintenant, il me faut vous présenter mon programme : ce n’est pas que j’ai une quelconque intention de tenir mes engagements (je serai bien le seul- et de toutes les manières je n’en ai pas les moyens- ni la volonté d’ailleurs) et le fait est qu’une fois élu vous ne pourrez pas me foutre dehors ; mais je sais aussi, chers cons (tout court) que cela vous rassure de pouvoir rêver encore un peu. Et bien que cela soit ; mais là-aussi je me fais un honneur de vous parler « vrai » :

une fois en place donc,

-j’augmenterai les impôts de manière discrète et injuste sans que cela ne vous ruine complètement.
-je placerai ma famille et mes amis pour assurer leurs situations, et aussi mes arrières (on ne sait jamais)
-je me vendrai au plus offrant pour accorder des crédits, des subventions, des marchés…
-je profiterai de tous les avantages liés à ma fonction mais sans vous le dire, pour ne pas vous offenser
-je trafiquerai les chiffres pour vous faire croire que tout va bien, et je me mettrai le maximum dans les poches, tandis que je vous répéterai que vous devez faire des efforts.
-je ferai semblant de détester mes adversaires politiques lors des débats publics alors qu’ils sont mes amis, et je renierai tout ce que j’ai pu dire avant lorsque cela arrangera mes propres intérêts.

Que vous dire de plus maintenant ? Vous pouvez regarder ailleurs, ils font tous comme moi ! Vous me trouvez cynique, et vous avez raison mers chers cons (patriotes), mais que voulez-vous… Vous devriez profiter de cet instant de grâce que je vous offre en vous disant une fois la vérité, contrairement à tous les autres que moi. Et cela ne les empêche pas de dormir. Pourquoi devrais-je faire autrement ? Vous n’avez qu’à vous présenter vous aussi, le job n’est pas si compliqué.

En réalité vous êtes comme moi, ou je suis comme vous si vous préférez. J’ai une famille à nourrir, et je ne vais pas régler tous les problèmes tout seul ! Alors que si vous me faites l’honneur de me choisir à ces prochaines élections, j’aurai l’occasion de mettre à l’abri tous ceux qui me sont chers, rien que de bien normal en fait. En plus, peut-être l’Histoire retiendra mon nom, quelque part entre deux autres noms connus. Je rencontrerai des gens importants, et si je mène bien ma barque je pourrai peut-être même m’offrir un petit compte en Suisse ou ailleurs, et être protégé par une immunité judiciaire sur mesure. Que rêver de plus ? Ce n’est pas réussir sa vie, ça, un exemple à suivre ?

Si vous voulez je peux vous promettre de mettre tous les étrangers dehors, ou même de tous les régulariser ; d’augmenter les impôts des riches ou de les supprimer, de lancer un « grand chantier » ici ou là, de donner des crédits à l’école ou au stade de foot peu importe puisque je gagnerai sur tous les tableaux. Et sans risque encore, puisque tout ce qui se fait dans un mandat est défait dans le suivant, il n’y a qu’à attendre ; et si vous n’êtes pas contents, vous changerez alors de crémerie !

Mes chers cons (sommateurs), j’ai déjà perdu trop de temps avec vous, qui de toutes les manières ne le méritez pas ; élisez-moi, et vous ne serez pas déçus : je ferai comme tous les autres. Ni plus ni moins. Et remerciez-moi, car comme le disait un homme qui comme moi s’est un jour présenté devant vous : je pourrais tout vous prendre et pourtant je ne le ferai pas. Soyez donc heureux qu’on m’oblige encore à devoir faire ce genre de spectacle inutile et improductif qu’on nomme « démocratie », et qu’on vous offre encore le droit de rêver, car cela ne durera pas…

Vive la République, et vive la France !

Votez pour moi !

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans politique? mensonges | 1 Commentaire »

La surveillance de qui ?

Posté par calebirri le 23 novembre 2013

Le « tueur fou » a enfin été arrêté. Il apparaît que ce personnage trouble (l’enquête donnera plus tard son avis sur sa folie) a réussi pendant presque une semaine a déjouer les plus fins limiers de notre chère police… Un hacker de génie, un espion surentraîné, un psychopathe aguerri, qui peut bien être cette personne qui peut se promener le visage découvert avec un fusil à pompes dans divers endroits de Paris sans être attrapé par la police, voilà la question que tout le monde se posait…

Et bien il n’en était rien ! Cet individu au passé judiciaire connu n’est en réalité qu’un loser terminant sa « mission » dans le sous-sol d’un parking, à-demi comateux dans une voiture sans doute encerclée d’un millier de « forces spéciales » surarmées… Même pas capable de réussir son suicide !

On peut me trouver cynique mais ce n’est que la triste vérité.

Mais ce n’est finalement pas lui qui m’importe aujourd’hui, c’est une autre vérité bien plus grave : avec je ne sais combien de centaines (ou de milliers ?) de caméras installées dans Paris, je ne sais combien de policiers, en civil ou en uniforme, et de « vigipirate », et de services de renseignements, de scientifiques,etc… qui sont mobilisés pour notre « sécurité » dans cette ville, je trouve qu’il est plus que scandaleux qu’on ne puisse pas aujourd’hui, avec les moyens déployés, faire mieux qu’une « pauvre » photo floue et de mauvaise qualité comme « indice », alors qu’on peut désormais prendre en photo une plaque minéralogique en haute définition, et ce dans les deux sens de circulation.

Car que signifie cet épisode en fin de compte, sinon que notre argent, l’argent public, n’est pas utilisé correctement pour notre sécurité, et qu’en plus il sonne comme un aveu de l’inopérance des systèmes d’une surveillance pourtant généralisée. C’est dans ce genre de situations qu’on s’aperçoit de la véritable fonction et de la police, et de la surveillance : faire de l’argent, et pratiquer un « flicage » généralisé des honnêtes gens pour leur chercher des poux dans la tête- à moins que ce ne soit dans leurs portefeuilles.

Certains en concluront qu’il faut plus de caméras, et de meilleure qualité, plus de police et plus de fichage génétique. Mais en réalité ceux-ci se trompent lourdement, car il est impossible d’arrêter un type qui veut tuer d’autres hommes, comme le prouvent malheureusement tous les jours de nombreux « kamikazes » à travers le monde. La surveillance « pour notre sécurité » est une illusion, et même un leurre coupable qu’on nous vend à prix d’or, celui de notre liberté. Nous ne sommes pas mieux protégés, nous sommes juste plus anxieux : et ça rapporte à l’Etat, et même en plus ça peut faire gagner les élections…

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 1 Commentaire »

A quoi sert le QE (la planche à billets) ?

Posté par calebirri le 16 novembre 2013

On parle beaucoup du phénomène de « quantitative easing » (QE) (ou « assouplissement quantitatif » en français) qui n’est rien d’autre qu’une version « améliorée » de la « planche à billets » : avec 80 milliards de dollars déboursés par mois par la FED (réserve fédérale américaine) pour acheter des bons du Trésor américains, soit 1250 milliards en 12 mois, et même plus de 4 000 milliards en 5 ans, il est légitime de se poser la question de son utilité.

Car logiquement, cette manière de procéder devrait faire perdre de la valeur au dollar vis à vis des autres monnaies : c’est une sorte de dévaluation.
Pourtant, tous ces milliers de milliards injectés par la FED n’ont dans la réalité que très peu d’incidence sur la valeur du dollar, tandis que les bourses continuent de monter sans raison apparente : on sait que lorsque le « QE » cessera, alors le système financier dans son ensemble s’écroulera.

Pourquoi l’effondrement annoncé n’arrive-t-il pas, voilà la question que je me pose depuis un petit moment. Et j’ai enfin ma petite idée sur le sujet :

c’est qu’en réalité l’argent mis dans le circuit ne redescend pas jusque dans l’économie « réelle » (comme si on jouait à un autre « jeu » avec de « faux » billets), ce qui permet d’une part de ne pas faire perdre de la valeur à cette monnaie (puisque la valeur des objets n’est pas corrélée dans l’économie réelle à celle qu’elle devrait avoir si tous ces « billets » étaient mis en circulation), et d’une autre de laisser aux marchés (et donc aux investisseurs) l’illusion de la confiance : même si chacun est prêt à tout vendre aux premiers signes de l’effondrement (et accessoirement à l’amplifier), ils continuent de gagner de l’argent.

Car quand tous ces milliards se trouveront « relâchés » par les bourses, la dévaluation du dollar sera catastrophique, et tous les pires scénarios économiques se réaliseront alors : tous ceux qui possèdent quelque chose « en vrai » verront la valeur de leurs biens fortement réduite.

C’est cela que la règle du capitalisme impose, l’autorégulation des marchés doit remettre in fine les choses dans l’ordre. Et c’est cette même règle fondamentale que transgressent actuellement les économistes avec ce « quantitative easing », en empêchant consciemment au système de « faire sa purge ». Car cela signifierait prendre ses pertes, et pour certains payer la facture.

Il faut maintenant envisager les conséquences de la planche à billets dans le monde réel :

- pour les riches, ils risquent gros. Leurs bien valent moins, et ils peuvent désormais acheter moins avec la même somme (en valeur nominale)
- pour les pauvres, ceux qui n’ont rien ne perdront pas beaucoup, tandis que ceux qui ont des dettes leur valeur baissera aussi.

Sauf qu’avec le « QE » (et c’est à ça qu’il sert), la FED maintient le système financier dans une sorte de « coma artificiel » qui donne du temps… Du temps aux très riches pour se sortir de ce bourbier, du temps aux « aventuriers » pour se faire encore plus d’argent, et surtout du temps pour laisser ceux qui seront restés (classes moyennes supérieures d’abord, petits épargnants ensuite), payer pour eux la facture.

Cela explique aussi pourquoi les banques ne prêtent plus : elles savent que lorsqu’elles sauteront, les endettés ne le seront plus ; tandis que les petits et moyens épargnants paieront pour les autres.

Ce sont donc bien les classes moyennes, jusqu’aux « supérieures », qui vont donc payer le plus. Les pauvres eux, survivront, comme ils l’ont toujours fait.

Maintenant, mesdames et messieurs qui vous croyez riches et qui pensez défendre vos propres intérêts « de classe » selon les « lois » du capitalisme, vous qui pensez que votre épargne fait de vous un possédant au même titre que ceux-là même qui veulent vous le faire croire, sachez que ces lois sont truquées et que vous êtes les prochains sur la liste. A votre place, je réfléchirai à deux fois avant d’aller déposer un bulletin dans l’urne : car quoi que vous fassiez, vous serez perdants. Comme nous.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

Publié dans Non classé | 2 Commentaires »

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...