• Accueil
  • > argent
  • > Prospectives sur l’avenir : ce qui suivra le TSCG

Prospectives sur l’avenir : ce qui suivra le TSCG

Posté par calebirri le 3 octobre 2012

Aujourd’hui, à l’heure des cours de la bourse, un journaliste constatait une baisse des cours et analysait celle-ci comme la conséquence de l’absence de demande d’aide officielle de la part de l’Espagne. Les investisseurs seraient « déçus ». Réfléchissons un instant sur ce que cela signifie d’un point de vue économique (pour que la bourse remonte il faudrait donc que l’Espagne s’enfonce un peu plus encore dans la crise!), et regardons ensuite comment ce point de vue éclaire d’un jour nouveau le tableau européen qu’on veut nous imposer : ce n’est pas à la fin de la crise que travaille en réalité l’Europe mais à la formation d’un véritable Empire Européen -comme je l’avais déjà décrit ailleurs.

En réalité la construction européenne n’a jamais été destinée à rassembler les peuples autour d’un projet commun de société, mais simplement à maintenir l’illusion de sa puissance économique auprès des autres grandes puissances de ce monde. Cela fait déjà plusieurs décennies que le retournement du capitalisme a commencé, et ce n’est que par la corruption généralisée des élites qui gouvernent l’Europe qu’Elle a pu se maintenir au niveau des « véritables » grandes puissances. Ce n’est que par la dette, une dette illégitime qu’il lui est désormais impossible de rembourser qu’elle a pu se payer le niveau de vie que nous avons réussi à conserver jusqu’à maintenant.

Aujourd’hui on nous parle du « TSCG », du « MES », de solidarité européenne et de sacrifices inévitables pour retrouver la « compétitivité » (qui nous alignerait sur les niveaux de salaire et de protection sociale des Chinois). Mais l’austérité n’est pas l’objectif visé, en fait elle n’est que le moyen pour parvenir à cet objectif, qui est d’obtenir « légalement » de la part du peuple la formation de facto d’un Empire européen capable de rivaliser à forces égales avec les autres grandes nations du monde, celles qu’on devrait déjà appeler les « émergés » ; tout en dépossédant le peuple de la démocratie comme mode de gouvernance.

Ainsi, ceux qui nous gouvernent aujourd’hui « au nom du peuple » nous imposent par ce traité la création d’un régime non-démocratique au nom de la sauvegarde d’un système qui nous appauvrit, sans que la population ne puisse réagir autrement que par la violence (puisque les solutions « démocratiques » comme le référendum, les grèves et les manifestations n’ont plus de poids). Et ce n’est que « justifié » par cette violence délibérément organisée qu’un pouvoir autoritaire pourra ensuite se mettre légitimement en place et la répression se légaliser.

Car le traité ne réglera pas le problème de la dette, pas plus qu’il ne réduira les profits du monde de la finance. L’essentiel de ce traité n’est pas « l’austérité perpétuelle » (de fait déjà imposée par les marchés), mais bien plutôt la création de facto d’une entité de gouvernance économique européenne non-élue et non-indépendante, qui se sert de la crise pour asservir les peuples sans avoir à leur rendre des comptes une fois tous les quatre ou cinq ans : la stabilité donne confiance aux investisseurs, car les marchés aiment la stabilité politique.

Ce n’est qu’une fois les traités signés et la démocratie enterrée que l’Empire Européen entrera vraiment en action, ce qui lui permettra de discuter à armes égales du sujet qui deviendra alors brûlant dans le monde entier : celui de la monnaie. On nous reparlera alors de la paix, de la solidarité, de la croissance et du bonheur, et surtout du bancor. Ce Bancor que ceux qui se croient de gauche considèrent comme LA solution (car le bancor permettrait actuellement aux pays endettés d’annuler dans les changes une bonne partie de cet « argent qui n’existe pas » ; solution dont les « émergents/émergés » ne veulent pour le moment pas entendre parler), alors qu’il n’est en réalité qu’un autre moyen d’oppression des peuples.

En attendant, la crise entretenue par nos austères dirigeants affaiblira peu à peu les pays émergents qui eux-mêmes seront alors contraints de se résigner (par la force s’il le faut) à accepter cette nouvelle monnaie qui signifiera la fin d’un monde et le commencement d’un autre dans lequel ce ne sont plus les « pays du nord » qui s’affronteront avec « les pays du sud », mais l’application mondialisée d’un régime dans lequel les riches commandent aux pauvres, les forts imposent aux faibles, les maîtres disposent des esclaves.

Le seul point positif dans tout cela, c’est qu’à force de pousser chaque jour un peu plus les peuples à cette révolte qui signera la fin officielle de la démocratie s’ouvrira une sorte de « fenêtre temporelle », à travers laquelle pourront s’engouffrer d’autres courants que celui de la dictature et de l’oppression, comme celui de la révolution citoyenne et de la prise de conscience populaire. Il faudra alors être là, et il faudra être prêts.

Caleb Irri
http://calebirri.unblog.fr

5 Réponses à “Prospectives sur l’avenir : ce qui suivra le TSCG”

  1. ungars dit :

    Je lance un défi : identifier nos créanciers liés à cette dette souveraine et diffuser largement cette information ! Mais le gouvernement maintient d’une manière très suspecte le secret le plus absolu sur ce sujet. Pourquoi ? Qu’y a t’il de si problématique à cela ? La dette serait-elle fausse en grande partie ? Pourquoi ces investisseurs ont-ils si peur d’être démasqués ? Feraient-il partie des cartels de la drogue ?

    • calebirri dit :

      @ ungars

      Il existe un moyen d’identifier les créanciers (enfin deux en fait) :

      -le premier est de rendre transparentes les chambres de compensation à la Clearstream
      -le second est de refuser de payer la dette… et à ce moment là, les créanciers se découvriraient rapidement : les plus gros feraient faillite les premiers !

  2. Agequodagix dit :

    Les économies de la vieille Europe sont en concurrence avec le reste de monde, et plus rien ne justifie, à moyen terme, que notre pouvoir d’achat soit encore plus du triple de la moyenne mondiale. Nous avons délocalisé une partie de nos emplois, nous avons peu de matières premières, très peu d’énergies fossiles, et l’enseignement de nos pioupious plein d’avenir est simplement dans la moyenne. Il va falloir l’assumer un jour.

    Quelles que soient les mesures prises, notre pouvoir d’achat va se réduire, et nous devrons accepter du qualitatif en échange d’un quantitatif que plus grand-chose ne justifie.

    « En attendant, la crise entretenue par nos austères dirigeants affaiblira peu à peu les pays émergents »

    La crise n’affaiblira pas trop les pays émergents. Ils sont moins endettés que nous, peuvent encore développer leurs marchés intérieurs et dépendront de moins en moins de leurs exportations, ont souvent plus d’énergies fossiles et de matières premières que nous, ont parfois un meilleur enseignement que nous, ont des réserves de main d’œuvre rurale bon marché, des réserves de devises fortes…

  3. Michel Rolland dit :

    « Aujourd’hui, à l’heure des cours de la bourse, un journaliste constatait une baisse des cours et analysait celle-ci comme la conséquence de l’absence de demande d’aide officielle de la part de l’Espagne. Les investisseurs seraient « déçus »..… »

    Ce « journaliste » n’est en fait qu’un agent de propagande au service de la bourgeoisie capitaliste. Tant que ces menteurs pollueront les ondes, nous jetteront de l’encre au visage, aucun changement ne sera possible, même l’instauration de la démocratie via la constituante puisque l’immense majorité des citoyens qui y participeraient sont devenus des zombies à la pensée contrôlée par la dictature médiatique.

    Par ailleurs, comme toujours, je suis entièrement d’accord avec l’ensemble de votre propos.

    En complément de ce que vous dites, en appui même à la thèse de l’assemblée constituante, je vous laisse un lien qui m’a été envoyé par un ami français à qui j’ai parlé de vous vous, et Étienne Chouard. Il aime beaucoup vos textes, votre manière d’écrire. Voici ce lien où le sujet abordé en conférence est L’État et les banques, les dessous d’un hold-up historique. Il dure 2½ h. Myret Zaki, une journaliste suisse spécialisée en économie, une femme engagée, fait l’introduction, puis arrive Étienne Chouard… :
    http://www.youtube.com/watch?v=TLjq25_ayWM

    Michel Rolland

  4. cookies = stalinisme dit :

    bref plus ça va plus on voit que l’analyse et les prévisions ultra pessimistes de Michel Drac s’avèrent vraies …..
    http://www.youtube.com/watch?v=50ysoRnFduI

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...