La dictature pour sortir de la crise ?

Posté par calebirri le 29 février 2012

Depuis le coup d’Etat qui a permis à la France et à l’Allemagne (et surtout à l’Allemagne) de s’emparer des commandes effectives de l’Europe on s’en doutait un peu : l’heure est aux sacrifices (enfin pour le peuple), et la situation ne va pas en s’arrangeant. Mais il est une chose à remarquer cependant, et qui va peut-être en rassurer certains, c’est que l’Europe dans sa partie institutionnelle est pour ainsi dire « sauvée ». En prenant peu à peu le contrôle de tous les budgets européens, nos dirigeants ne laisseront pas tomber l’Europe, car ils sont en réalité en train de réaliser le rêve secret de ses fondateurs, à savoir la création d’un « Empire européen ». Cette crise est l’occasion rêvée pour imposer aux dirigeants des pays les plus faibles (et à leurs peuples) une politique économique draconienne en même temps qu’un gouvernement centralisé et peut-être même autoritaire : il n’y avait paraît-il pas d’autre choix, et c’était ça ou la fin de l’Europe, et avec elle la fin de la puissance de la France et de l’Allemagne.

 

Cet Empire européen est un formidable mastodonte qui n’est pas aisé à diriger, mais qui peut faire contrepoids aux gigantesques puissances qui sont déjà présentes sur le marché, pour peu que l’Europe redevienne compétitive pour empêcher les délocalisations qui signifient à terme l’effondrement économique. Et pour s’aligner sur des pays encore peu soucieux soit de démocratie soit de protection sociale sans recourir trop au machinisme et au progrès technique qui créent du chômage (c’est à ce point que la démocratie bloque – et s’oppose au capitalisme), c’est bien une fois encore le travailleur qui servira de variable d’ajustement vers le bas (les dividendes réclamés par les actionnaires ne  sont pas fixés par l’Etat ; et puis pour être juste les gros actionnaires sont les donneurs d’ordre).

 

Et pour faire accepter aux gens de travailler plus pour gagner moins, il faut soit réussir à mystifier le peuple (le peur de la faillite, du chaos, de la crise), soit à le contraindre.

 

Car c’est bien là que nous en sommes : les propositions qui sont faites actuellement par le camp de monsieur Sarkozy sont destinées à faire baisser le coût du travail à travers une criminalisation et des chômeurs  et des étrangers, ainsi que de les mettre en concurrence pour les diviser. Avec la plus grande « flexibilité » (précarisation) du code du travail, la baisse des « charges patronales » (cotisations pour la solidarité) ou l’indemnisation des chômeurs conditionnée à l’acceptation de n’importe quel emploi, avec la remise en cause des « corps intermédiaires » (les syndicats, associations de défense des consommateurs…), le recul de l’âge de départ à la retraite ou le travail d’intérêt général pour obtenir le RSA (comme les condamnés), on s’aperçoit bien vite que ce ne sont pas sur les profits des plus riches que les économies seront faites !

Cela rappelle la nouvelle loi hongroise qui stipule qu’un sans-abri pris à fouiller dans une poubelle doit une amende tellement élevée qu’il doit effectuer des travaux d’intérêt général pour éviter la prison… Pourquoi ne les paie-t-on pas pour effectuer ces travaux alors, puisque apparemment il y a du travail pour eux ? Car ainsi ils sortent du cadre « normal » du code du travail, comme dans les prisons en France, et alors le tarif horaire est bien plus avantageux pour l’employeur…et fait concurrence aux autres salariés.

Finalement, c’est comme si les dictatures dénoncées par nos dirigeants devenaient pour eux désormais le « modèle à suivre », la parade aux « corps intermédiaires »,  aux « charges patronales » trop lourdes, à la récession économique. Ils ont compris à quel point les acquis de la démocratie sont un frein à la croissance, et veulent faire sauter ce dernier obstacle pour retrouver la « compétitivité ». Et ne pouvant décemment pas établir de régime autoritaire de manière frontale s’en s’opposer directement au peuple de manière violente, ils profitent de la crise qui leur permet de restreindre peu à peu toutes nos libertés. En enfonçant les économies les plus fragiles au prétexte de sauver l’Europe, ils contraignent leurs gouvernants à faire subir aux peuples des sacrifices scandaleux tout en prenant le contrôle de pays pourtant (officiellement encore) souverains.

Il ne s’agit pour eux que de faire peur  aux peuples pour qu’ils acceptent, au nom de l’intérêt général, tant de sacrifices qu’il finira par abandonner toute capacité, et toute possibilité de révolter. La contrainte sera si forte et les salaires si bas que la misère et la violence permettront aux gouvernements en place  d’instaurer une véritable dictature, et accessoirement de faire repartir la croissance en Europe : les esclaves de l’Empire européen seront redevenus compétitifs. Après des siècles d’espoirs déçus (ou feins), le monde redécouvre les bénéfices d’une bonne dictature, bien plus efficace et surtout plus rentable qu’une mauvaise démocratie. Nous sortirons peut-être ainsi de la crise, mais pour entrer dans quoi ?

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

11 Réponses à “La dictature pour sortir de la crise ?”

  1. LOLO de Lille dit :

    Encore une fois,Mr Caleb Irri,vous employez des mots qui n’ont pas lieu de l’être.Dictature pour l’UE,c’est comme dire fasciste à tout va contre celui qui n’est pas communiste.L’excès dévalorise complètement celui qui l’utilise.Par contre,comme d’habitude,vous vous gardez bien d’utiliser sur bellaciao des mots aussi forts à propos de la Chine,de la Corée du Nord,de l’Iran et autres joyeux drilles,parce qu’alors,vous seriez illico censuré,et ça,c’est de la dictature,ils s’y connaissent sur bellaciao!!Je vous pensais intelligent,je vous vois surtout assez lâche…

  2. calebirri dit :

    @LOLO de

    Je me suis déjà expliqué au sujet de bellaciao, mais je voudrais préciser une chose : si je parle de la dictature qui s’installe peu à peu en Europe, c’est parce que j’ai le sentiment que les citoyens ne s’en rendent pas compte. Pour ce qui est des autres pays que vous citez, nous sommes (presque) tous d’accord sur le fait qu’ils ne sont pas démocratiques, que pourrais-je en dire de plus ? Pourquoi persistez-vous à vouloir regarder les dictatures «officielles» sans voir celle qui se construit sous vos yeux ?

  3. LOLO de Lille dit :

    On voit donc des dictatures partout en UE,visionnaire,Mr Irri?Comment se caractérise une dictature?Parti unique,usage immodéré de la force,interdiction des syndicats,censure de la presse,libertés publiques supprimées,liberté de circulation réduite,rétablissement de la peine de mort,etc…etc…Le simple fait que vous puissiez écrire sans contrainte indique que la dictature n’existe pas.J’appellerai ça un déficit de démocratie,c’est tout,les divers traités européens garantissant la démocratie.Et on remédie facilement à cela par les divers contre-pouvoirs en place en UE.Comme bellaciao,vous criez au loup toujours dans le même sens!Par contre,pour les pays cités,vous ne criez pas souvent par peur de la censure.Personnellement,je suis censuré chaque semaine par bellaciao pour cause de déviationnisme permanent car comme vous,bellaciao ne s’attaque qu’aux imparfaites démocraties et se tait face aux dictatures parfaites.La preuve,leur soutien au sanguinaire Assad,comme la fille Le Pen,curieux,non?

  4. Jean-Marc dit :

    @LOLO de Lille

    Pour ce qui regarde Bellaciao, je suis d’accord avec vous, ce site est tout de même débordant d’un ramassis d’anticapitalistes primaires genre venus de Npa, et les choses primaires ont l’art de me gonfler. Je crois que Caleb commet une erreur de trop se fourvoyer là bas, ça le « marque » trop, mais bon, c’est son affaire.

    Par contre, vous êtes à la ramasse concernant ce que vous dites sur Dictature.
    Une dictature, c’est ni plus ni moins un système dans lequel un diktat est imposé.
    Et en effet, nous sommes arrivés à un point où certaines instances de l’UE sont devenues des dictateurs, qui imposent aux nations leur dictat littéralement (Commission, BCE).
    Relisez le dictat envoyé à Berlusconi par ces instances un peu avant qu’il soit « déchu », ça vaut le détour ce courrier.
    Les exemples sont nombreux, mais ce courrier adressé à la nation Italie et son peuple est un prototype.

    Voilà le diktat de la dictature, et ce n’est pas sur Bellaciao mais sur Challenges! LISEZ.
    http://www.challenges.fr/economie/20110929.CHA4869/l-incroyable-diktat-de-trichet-a-berlusconi.html

  5. JB dit :

    Si on réflechit bien, dans une dictature officielle il est bien évident qu’il est difficile de parler, mais dans des dictatures officieuses comme en Europe, il est encore possible de dire certaines choses, je ne vois pas pourquoi certains ici disent que le terme dictature est mal usitée..Au contraire, tant qu’il est encore possible de les dénoncer, eh bien dénonçons les.

    C’est après lorsqu’on ne pourra plus rien faire, qu’il sera trop tard, que vous allez pleurer sur notre sort, de toute manière celà arrivera quoiqu’il en soit avec l’instauration du Nouvel Ordre Mondial. C’est là qu’on voit que les gens sont vraiment des moutons je trouve.

    Enfin, ces derniers temps, je croise un nombre incroyable de moutons qui sont convaincus que tout va aller mieux et bien grâce à ces fameuses instances européennes.

    C’est pas croyable de constater celà face à où on va…C’est désolant. Les gars, ils aiment mieux continuer à jouer sur les mots devant leur PC que de se préparer aux cataclysmes à venir.

  6. LOLO de Lille dit :

    Je veux bien croire,comme militant de gauche,que l’UE ne soit pas une démocratie parfaite et que certaines décisions soient prises un peu fermement,disons.cependant,les temps de crise imposent des décisions rapides au lieu de discussions interminables.En Italie,en Grèce,etc…il faut réparer très vite toutes les erreurs faites.Des mesures d’urgence s’imposent souvent,acceptons-les si elles permettent de conserver nos acquis sociaux à terme.Tous les contrepouvoirs sont en place ainsi que les sanctions populaires s’il le faut.Ce que je reproche à beaucoup ici,si vous m’avez bien lu(ce dont je doute),c’est la critique à sens unique:vous vous tenez quittes d’avoir critiqué une fois pour toutes les vraies dictatures,vous vous épanchez sur un site que vous condamnez(pourquoi n’allez-vous pas aussi sur des sites d’extrême droite?)et vous concentrez l’essentiel de vos critiques sur les démocraties.Pourquoi cette peur de condamner Chine,Corée du Nord,etc… sur bellaciao?Savez-vous qu’ils sont exactement sur la même ligne de défense de la Syrie que le FN?Les mêmes critiques sur l’UE?Démarquez-vous d’eux et ce sera bien!!

  7. calebirri dit :

    @ LOLO de Lille et @ Jean-Marc

    Bonjour, je voudrais vous répondre sur Bellaciao :

    tout d’abord je dois dire qu’ils m’ont (presque) toujours publié, sans jamais ni ajouter ni retirer un mot, et vous pouvez donc y lire exactement les mêmes articles que ceux que vous lisez ici. Si vous les appréciez ici, il n’y a aucune raison qu’ils vos plaisent moins ailleurs.

    Ensuite, j’ai déjà indiqué ailleurs qu’il est important de ne pas toujours parler qu’à ceux qui sont déjà convaincus : si le FN veut prendre un de mes articles pour le soumettre eux critiques de ses militants et qu’il n’en change pas un mot pourquoi pas, si mes écrits peuvent en faire changer d’avis quelques uns… Il ne faut pas croire que les lecteurs de bellaciao adhèrent tous à mes propos, loin s’en faut ! Ce qui compte n’est pas le lieu d’où on parle mais ce qu’on dit.

    Et puis mine de rien, je reçois par l’intermédiaire de bellaciao un grand nombre de visites, et peut-être vous-même m’avez rencontré par cet intermédiaire…

    Quand aux idées qui sont défendues sur bellaciao par d’autres auteurs, elles ne me concernent pas. Pas plus que les ressemblances où différences de point de vue entre tel ou tel site associé à tel ou tel camp politique. Ceux qui me lisent auront tous compris que je n’appartiens à aucun camp, et personne ne peut douter qu’en dénonçant la dictature en Europe je soutienne celles d’ailleurs…

    Voilà tout ce que je peux vous dire : lisez-moi et jugez mes écrits, et jugez comme vous voulez le support sur lequel vous lisez, mais ne les confondez pas…

    En espérant vous avoir convaincus,

    Caleb Irri

  8. Jean-Marc dit :

    Aucun soucis Caleb, on se « connait » depuis pas mal de temps.

    Ce que je vous dis, et que je vous ai déjà dit, c’est que être sur Bellaciao vous marque au fer rouge, et dessert votre image auprès de bien des « réformistes démocrates radicaux » ou de bien des « non primaires anticapitalistes ».
    Ce qui n’est pas le cas sur Agoravox par exemple, plus neutre.

    Vous dites : « Ce qui compte n’est pas le lieu d’où on parle mais ce qu’on dit. »
    En théorie oui, mais dans les faits non, car vous oubliez l’humain, et car ceux qui voient votre pseudo se forgent une représentation mentale de ce que vers quoi vous tendez comme projet au delà des analyses et critiques pertinentes que vous faites.

    D’ailleurs, je vous ai lu écrire le mot capitalisme employé avec un ton comme le font les ultrarouges ou anars bien ancrés chez bellaciao. Contagion…? Méfiez vous, cela pourrait desservir votre crédibilité au delà des quelques milliers d’excités évoqués plus haut ;-)

    Donc, ma remarque n’a rien à voir avec celle de ce LOLO, vous l’aurez compris.

    Dites donc, vous avez noté, nous allons avoir la présidentielle la plus affligeante, vulgaire, médiocre, basse, et ceci en contexte périlleux, de tout le 20eme siècle, au minimum.
    Que d’émotions hein? (colère? dégout? autre?)

    A plus Caleb, en dictature et en post démocratie, donc.

  9. Luxum dit :

    Ne pas confondre dictature et tyrannie.

  10. pierro78 dit :

    Exemple d’avenir possible si on laisse la dictature faire face à la crise : http://www.manicore.com/documentation/articles/futur_expansion.html

  11. Gloupict dit :

    @ lolo de lille :
    « On voit donc des dictatures partout en UE,visionnaire,Mr Irri?Comment se caractérise une dictature?Parti unique,usage immodéré de la force,interdiction des syndicats,censure de la presse,libertés publiques supprimées,liberté de circulation réduite,rétablissement de la peine de mort »

    Eh bien reprenons la liste effectivement, la votre, et regardons…

    - Parti unique : cela fait plus de 30 ans qu’il n’y a pas eu de véritable alternance en France et en Europe, puisque les seuls partis à « alternés » représentent tous, sans aucune exception la social démocratie néo libérale : diminuer la dette, augmenter le compétitivité…etc. avec quelques nuances près mais qui ne sont qu’un leurre pour qui regarde le coeur du programme de l »UMP, du PS ou du Modem…

    - Usage immodéré de la force : pistage des enfants sans papier à la sortie des école, augmentation constante des gardes à vue, gout certain pou le fichage immodéré des « honnêtes gens, abus divers et variés de force de l’ordre par ailleurs toujours moins nombreux car RGPP oblige…

    - Interdiction des syndicat : ne voyez vous pas que l’UMP avec Sarkozy en premier tirent à boulets rouges sur ces fameux corps intermédiaires…cela a le mérite d’être clair. Pétain disait la même chose des syndicats…encore un effort, cela va venir…c’est en route !

    - Censure de la presse : ou est la diversité dans la presse ? TOUS les médias de masse du FIGARO au NOBS en passant par LE POINT, l’EXPRESS, LIBE….LE MONDE appartiennent à quelques industriels puissants en cheville avec la social démocratie…DASSAUT / LAGARDERE / BOUYGUES ….OUVREZ LES YEUX et aller voir le doc. LES NOUVEAUX CHIENS DE GARDE !!!!!! FRANCE 2 de « TF1 ise » …le racolage et la pensée unique économico libérale sont légion, les radios imitent de même : De FRANCE INTER à RMC en passant par EUROPE 1 : même « combat », exit la diversité, le pluralisme…OUVREZ LES YEUX…C’est la manipulation de masse en force (lisez le livre d’Edward BERNAYS PROPAGANDA : américain, inventeur des relations publiques il y a près de 80 années : la propagande ne vient pas des régimes autoritaitres mais de la démocratie libérale américaine, c’est une réalité factuelle et objective que chacune peut constater par lui même.

    - Liberté publiques supprimées : le droit de grève est sans cesse remis en cause, instrumentalisé par les médias…la presse fait l’objet de poursuites judiciaires systématiques aujourd’hui…etc. POur le reste, la propagande fait son effet donc nul besoin de tout supprimer car les gens continuent de penser qu’ils sont libres de penser ce qu’ils pensent…..Le piège se referme petit à petit.

    - Liberté de circulation réduite : ah celle là elle est bonne…oui tu peux aller en espagne ou en suisse sans montrer ton passeport logiquement mais les personnes hors EU, même celles ayant vocations en vertu des accords internationaux signés par le France, terre des droits de l’homme, ne sont pas respctés et ce personnes n’ont pa de visa et sont « stockées » dans des conditions dignes des « untermeschen » dans des centres de rétention (appelation pudique et moderne de camps de concentration). Par contre les biens et les capitaux circulent librement sans frontières…et tuent nos emplois avec le dumping mondial…

    - …etc

    Alors…démocratie ? Dictature ?….Le comble de la démocratie : faire penser au peuple qu’il est libre (d’acheter ce qu’il veut, de penser ce qu’il pense) …

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...