• Accueil
  • > crise
  • > De la crise de l’Euro à l’Empire Européen

De la crise de l’Euro à l’Empire Européen

Posté par calebirri le 28 octobre 2011

Ca y est, le coup d’Etat contre l’Europe a réussi. Comme je l’avais soupçonné il y a déjà quelques mois, l’Allemagne et la France sont en passe de prendre le contrôle total de l’Europe toute entière, et cela sans même prendre la peine de consulter le peuple !

 

C’est ahurissant : en l’espace de quelques mois, la crise a permis aux Etats français et allemand de mettre tous les autres Etats européens à genoux, et cela tout en leur imposant une cure d’austérité drastique. Regardez ce qui se profile à l’horizon, il suffisait d’écouter parler le président ce jeudi soir : l’Allemagne et la France vont prendre le contrôle de l’Europe pour continuer à exister sur le plan international, instaurer une « règle d’or » économique si contraignante qu’elle empêchera à l’avenir toute dépense sociale, et « harmoniser » la fiscalité européenne pour enfin gouverner d’une seule voix.

 

Ce n’est donc pas à l’avènement du fédéralisme que nous assistons, mais en réalité à la fondation d’un véritable empire !  Car la gouvernance économique unique signifie bel et bien la fin de l’indépendance des nations européennes au profit de la loi du plus riche : celui qui contrôle l’économie contrôle tout. En maîtrisant ainsi ce qui pourrait devenir la première puissance mondiale, l’Allemagne et la France pourront alors réguler ces frontières qui nuisent aujourd’hui à leurs intérêts, et imposer toutes les mesures « d’économie » qu’ils souhaitent sans passer par d’interminables compromis.

 

 

Le président français l’a bien dit ce soir : décrivant sommairement le « retournement du capitalisme« , il convient que l’appétit et la puissance des émergents menace désormais les « vieilles puissances » incapables d’autant de compétitivité. Face à cette réalité, l’Europe n’avait que le choix de se dissoudre ou de s’unir, et ce n’est qu’en menaçant de laisser tomber les plus fragiles que le couple franco-allemand a réussi la prise de commandement de cette « nouvelle Europe ». La politique économique et sociale de cet Empire sera fondée sur l’austérité, avec montée du protectionnisme aux frontières de l’Europe, baisse générale des salaires et des conditions de travail, augmentation de l’âge de départ en retraites et suppression en masse des services publics. Pour retrouver cette compétitivité chère aux capitalistes, il semblerait qu’une nouvelle fois nos dirigeants politiques se soient en réalité soumis au diktat des marchés, dont on ne sait vraiment s’ils sont leurs alliés ou leurs ennemis.

 

Car il est possible que les financiers se trouvent bien à l’origine de cet accord : au sein d’un gouvernement stable et « épuré » de ses dettes par une bonne cure d’austérité, ils ne renoncent ainsi qu’à une petite partie des sommes prêtées tout en retrouvant de l’intérêt à investir en Europe.En échange de leurs futurs « investissements », ils auraient reçu l’assurance d’être sauvés par l’Empire Européen quoiqu’il advienne. Les banques ne paieront pas.

 

Restent maintenant de nombreuses questions qui ne manqueront pas de revenir sur la table, comme celle des alliances (La Chine hier, la Russie demain, ou peut-être les BRICs) ou celle de la direction du nouveau pouvoir (l’Allemagne conjointement avec la France ou l’Allemagne seule ?), mais aussi celle de savoir si cette stratégie sera payante…et pour qui.
Mais pour ce qui est de la question du nouveau régime qui sera mis en place, nous avons déjà une réponse : celui-ci ne sera pas démocratique.

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

 

 

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...