L’affaire DSK, la crise et le bancor

Posté par calebirri le 24 août 2011

Ça y est, Dominique Strauss Kahn est libre : Les charges qui pesaient contre lui ont été levées, en raison de l’insuffisance des preuves apportées contre lui. Cela ne signifie pas pour autant qu’il n’ait rien à se reprocher, ni même que ses ennuis judiciaires soient terminés. Mais cela signifie qu’il a raté l’occasion d’être candidat à la présidence française, tout en perdant celle de rester à la tête du FMI. Quand on y pense, c’est bien l’Histoire avec un grand H qui se trouve modifiée par cette affaire ; car les deux postes qu’il a perdus à cette occasion ont une influence, par répercussions des prises de décisions qu’ils permettent, sur la planète toute entière.

 

Cela n’est quand même pas une toute petite affaire : si j’étais lui, et que je n’avais rien à me reprocher, je demanderai des comptes à ceux qui m’ont accusé pour rien.

 

Mais nous n’en sommes pas là. Le monde a déjà changé : madame Lagarde a pris la tête du FMI, Monsieur Strauss Kahn ne sera pas président de la France (sauf retournement exceptionnel), et la crise financière ne s’est pas arrangée : maintenant il s’agit de comprendre ce qui s’est passé. Pas dans la chambre de l’hôtel non, mais dans cet enchaînement étrange qui a permis au monde de se séparer d’un DSK gênant, au FMI comme en France, au moment même où la crise financière s’accentuait, au moment même où il était en tête dans les sondages, au moment même ou madame Lagarde risquait gros dans « l’affaire Tapie ».

 

Et bien quoi,  me répondra-t-on, encore la théorie du complot ?  et pourquoi pas, à la fin ! Si nous sommes si nombreux à avoir tout de suite eu cette pensée,  si les cerveaux de millions d’individus nourris aux séries télés en sont pleins, que l’Histoire en regorge et que le mien qui échafaude à l’instant le sien sont capables de les inventer, pourquoi d’autres n’auraient-ils pas, en plus, les moyens techniques et financiers de les réaliser « pour de vrai » ?

 

Nous savons tous que Monsieur Strauss Kahn, comme de nombreux autres politiciens avec lui, mériteraient mille fois la prison pour leurs multiples méfaits économiques et sociaux. Mais c’est avec une femme de chambre qu’il tombe, et à un moment crucial pour l’avenir de notre planète. Et personne ne trouve ça étrange ?

Regardons les choses en face : au moment même où DSK se faisait arrêter aux Etats-Unis, la situation calamiteuse de la Grèce mais aussi de l’Irlande et du Portugal faisaient penser que l’aide du FMI ne serait pas si simple à obtenir. On parlait alors de « restructuration de la dette« , ce qui n’arrangeait évidemment pas les banques exposées, c’est-à-dire entre autres les banques françaises : madame Lagarde ne voulant même pas en entendre parler.

Alors que quelques semaines plus tard, avec madame Lagarde aux commandes du FMI, on se rend compte que les choses ont déjà changé : en même temps qu’elle échappe à la justice française juste à temps pour ne pas avoir à démissionner, rattrapée par l’affaire Tapie, elle prend les commandes de l’institution à un moment clé de l’Histoire. Le FMI n’évoque plus alors de restructuration de la dette grecque, mais en enfonçant  le peuple Grec et l’Europe toute entière dans les affres d’une récession qui retombera in fine sur les populations les plus fragiles (voir c’est qui qui va payer ?), il sauve ainsi les banques d’une faillite annoncée, potentiellement salvatrice d’un point de vue économique, et logique aussi.

 

Ainsi, l’affaire DSK permet à la finance internationale d’échapper une fois encore à une juste punition (la faillite des banques trop exposées dans certains pays comme la Grèce) en nommant à la tête du FMI une femme dont le rôle sera certainement bientôt déterminant : lorsque la situation économique de l’Europe sera si dramatique que même les plans « d’austérité » ne suffiront plus à calmer ni les marchés ni la colère des peuples, les Etats-Unis comme l’Europe seront alors en mesure de nous imposer un nouveau « Bretton Woods » qui, nous dira-t-on alors, sauvera « le monde » d’un chaos généralisé, à travers la création d’un nouvel étalon monétaire miraculeux, le bancor. Ce même bancor qui, paraît-il, était déjà dans les cartons de monsieur Strauss Kahn comme dans ceux de madame Lagarde il y a quelque temps, et qui permettrait au FMI de devenir l’unique agent de contrôle de cette nouvelle monnaie de référence mondiale.

Voilà ce qu’il en est pour le FMI.  Reste maintenant la situation française : le « clan Sarkozy », malgré un objectif peut-être commun avec le PS, n’ont tout de même pas les mêmes méthodes : en écartant DSK de la présidence française, il se remet en selle dans la course à l’Elysée, ce qui n’est pas peu. Le « président des riches » est un homme avide de pouvoir , et ne peut décemment pas se faire voler la vedette lorsque le monde effectuera sa mutation. La gauche une fois au pouvoir, si molle qu’elle soit, n’est quand même pas la même chose que la droite : et pour conduire les mesures qui pousseront l’Europe à se soumettre aux décisions du couple franco-allemand, à travers la « nouvelle gouvernance européenne » basée sur cette fameuse « règle d’or » imposée à tous les pays de l’Union, il semble bien que la droite soit désormais la mieux placée.

 

Finalement, l’affaire DSK nous permet de mieux comprendre les évènements qui se profilent à l’horizon 2012 : une fois la soumission de tous les pays de l’Union Européenne scellée dans le marbre à travers cette « nouvelle gouvernance européenne », Les Etats-Unis et l’Europe parleront alors d’une même voix pour imposer au monde leur nouvel ordre économique mondial, seul remède capable à leurs yeux de faire face au retournement du capitalisme qui voit leur pouvoir s’effondrer peu à peu.

 

En faisant le choix de la crise, les gouvernants actuels se mettent en position de réaliser un changement total des règles du jeu de la finance internationale, et il ne fait aucun doute que la bataille pour une place à la tête de ce nouvel « empire » ne fait que commencer. Et l’Histoire que de se répéter…

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

4 Réponses à “L’affaire DSK, la crise et le bancor”

  1. Fab dit :

    La théorie du complot, c’est comme la théorie économique (et comme toutes les théories) : plus on en parle, plus elles prennent de l’importance.

    À consommer avec modération : elles n’envisagent pas un nouveau vivre-ensemble, elles décrivent l’actuel de leur point de vue.

  2. Betov dit :

    Une piste non évoquée par l’article est le choix de Lagarde dans le contexte. Si elle a été choisie, ce n’est pas en dépit de son affaire en suspens. Au contraire, si elle a été choisie, c’est justement parce qu’ils peuvent la faire tomber quand ils le veulent, au cas où lui viendrait en tête la mauvaise idée de mettre en cause la primauté du dollar.

    De même si le prédécesseur avait été choisi, c’était bien parce que tous savaient qu’il pouvait tomber à tout moment. Sa faute n’a pas été de violer une femme de chambre. C’est son comportement usuel et les gens comme lui ont le droit de viol. Contester ce droit serait une démonstration d’antisémitisme. Sa faute réelle a très probablement été de projeter une variante des DTS plus proche des options chinoises de la chose (l’histoire du panier de devises…). Pour autant qu’on puisse le savoir, c’est bien de cela qu’il était question de parler lorsqu’il est tombé.

    Lagarde ne reprendra pas l’idée. Elle a sans doute compris.

  3. calebirri dit :

    @ betov

    effectivement, votre raisonnement se tient aussi. j’attends avec impatience que DSK parle !

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...