• Accueil
  • > crise
  • > et pendant qu’on sauve les banques, on laisse crever les Africains

et pendant qu’on sauve les banques, on laisse crever les Africains

Posté par calebirri le 27 juillet 2011

La crise financière qui nous accable est déjà un scandale en elle-même : les excès de ceux-là mêmes qui nous y ont plongé continuent, pendant que les peuples ont déjà commencé à rembourser la facture pour eux. Mais le plus gros scandale n’est peut-être pas celui-là : à quelques milliers de kilomètres de là, des millions d’êtres humains sont en train de mourir de faim, sans que la communauté internationale ne trouve rien d’autre à faire que de constater son échec.

 

Pourtant, et au delà des sinistres comparatifs que l’on peut faire à ce sujet, ces deux crises simultanées devraient nous faire comprendre ce qui est réellement en train de se passer : le capitalisme est en train de tuer non seulement la démocratie dans les pays qui ont eu la chance d’en pouvoir bénéficier- ce qui est déjà grave ;  mais surtout de laisser crever des enfants, des femmes et des hommes innocents…

 

Il faut bien comprendre qu’en acceptant de sauver les banques par l’injection de centaines de millions d’euros dans le système, nous acceptons également de ne pas les employer à autre chose, que ce soit en Afrique ou ailleurs. Et les peuples, les individus qui composent ce peuple, sont tout aussi responsables de cette situation que les dirigeants qu’ils laissent faire.

 

Car ces deux crises sont liées par le même système qui fonde les inégalités dont il se nourrit pour fructifier, au mépris des droits les plus élémentaires, et jusqu’à la vie elle-même. Comment ?

 

En usant leurs ressources qui nous servent à produire du Fukushima, en corrompant leurs régimes pour y faire nos profits, en exploitant leurs peuples pour en faire nos esclaves, nous avons créé les conditions de leur misère, et nous avons bâti sur elles notre propre prospérité.

Nous sommes responsables également du réchauffement climatique par nos pratiques productivistes , responsables aussi des guerres civiles pour posséder des terres qui seront revendues aux Chinois ou à d’autres, responsables encore d’armer ces guerres, ou de leur faire miroiter un « ailleurs » qu’on leur refuse d’atteindre une fois parvenus à nos frontières….

Pourquoi s’étonner, après, que tous ces gens désirent plus que tout s’échapper de l’enfer que nous avons contribué à construire pour eux ?

Et on les refuse à l’entrée de nos pays, sous prétexte de « crise financière », alors qu’on vient juste de trouver plusieurs centaines de milliards d’euros pour continuer à regarder sur nos écrans plats nos semblables crever en 3D sous nos yeux compatissants ?

 

Comment peut-on continuer à laisser faire cela ? que sont devenus les droits de l’homme, que sont devenus les hommes ?

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

8 Réponses à “et pendant qu’on sauve les banques, on laisse crever les Africains”

  1. Ali dit :

    Alors là,Caleb,je suis depuis un certain temps sur bellaciao vos interventions,mes réponses à vos écrits sont systématiquement censurées,ce qui ne m’étonne pas de ce site à la mode irano-chinoise.Cette fois-ci vous dépassez les bornes!Qui va intervenir en Somalie sinon les occidentaux(en particulier l’UE à fonds perdus) et leurs ONG?Va-t-on y voir nos bons camarades chinois,NON?Saoudiens?NON!Qui empêche le ravitaillement?les shebabs barbus que bellaciao ET VOUS soutenez!!A l’image de bellaciao,vous racontez n’importe quoi!Soit vous le savez et c’est malhonnête,soit vous l’ignorez et c’est de la bêtise!Comme bellaciao,je vous vois TOUJOURS soutenir les régimes les plus cruels CONTRE les démocraties(certes imparfaites).C’est plus facile(et beaucoup moins courageux)que de critiquer les dictatures parfaites!Comme quoi,les leçons de l’histoire ne vous ont pas été utiles!

  2. calebirri dit :

    @ Ali

    Tout d’abord, je dois vous signaler que je ne suis pas responsable de la modération de Bellaciao, et ensuite que j’en ai été moi-même victime à plusieurs reprises : si il y a censure, elle n’est peut-être pas toujours si orientée…

    Pour le reste, vous ne m’en voudrez sans doute pas, mais je ne suis pas d’accord avec vous. Et au risque de vous choquer encore un peu plus, j’ai même du mal avec le concept de « charité » dans lequel on sent toujours un petit arrière goût de condescendance… Comme certaines grandes entreprises verdissent leur image avec un peu de « greenwashing » ou que certaines autres emploient quelques pourcents de leur chiffre d’affaire en communication (pardon, en oeuvres de charité !) pour redorer leur image auprès des consommateurs, les Etats dépensent quelques pourcents du PIB en « aide humanitaire » pour donner bonne conscience à un peuple qui veut oublier comment sont produits ses tee-shirts ou ses smartphones.

    Tout ça c’est du vent… Que croyez-vous donc ? Que parce que je critique l’attitude cynique, sinistre et inhumaine d’Etats qui se disent démocratiques je soutiendrais les dictatures « officielles » ?
    Que parce que je trouve indécent de laisser les banques s’en sortir à si bon compte, que tout le monde s’en réjouit, et que la famine en Afrique n’intéresse personne je deviendrais de fait un dangereux soutien des « shebabs barbus » ? Avez-vous lu quelque chose dans mon article qui puisse vous faire penser que je soutiens des personnes qui empêchent le ravitaillement des millions de pauvres que je défends dans cet article ? (cette contradiction est difficile à décrire)

    Il est tout à fait louable de vouloir critiquer ces « dictatures parfaites », comme vous dites, mais vous devriez garder cet esprit critique pour les « deux camps » que vous semblez vouloir créer à tout prix. peut-être vous apercevriez-vous que l’histoire qu’on vous a raconté à l’école n’est pas l’Histoire : simplement celle qu’ont bien voulu raconter les vainqueurs.

  3. Ali dit :

    Ce qui m’écoeure souvent,c’est que quand on ne fait rien,l’ONU,l’UE et autres ONG sont critiquées,et quand elles font ,c’est sous couvert de pseudo charité.Toujours critiquées…Par contre,quand VOS dictatures(et j’y tiens!!)affament,n’aident jamais ou colonisent,c’est silence total…Ne croyez pas non plus que je sois tendre avec les démocraties occidentales mais,à tout prendre,je préfère y vivre que dans VOS dictatures parfaites(et vous aussi probablement).Pourquoi je persiste à vous accuser de duplicité?Parce que quand on choisit bellaciao comme vecteur de « propagande »,on sait à qui on a affaire,on sait où on met les pieds,on devine qu’il y a une certaine filiation…Il ne vous viendrait pas à l’idée,par exemple,de vous répandre sur le site du FN?Moi,je ne fais que lire,avec écoeurement,ce qui s’y dit,aussi crapuleux que le site du FN,les mêmes haines des démocraties,le même gout pour les dictatures,les mêmes silences complices.Et puis,quand on passe directement du NPA au FN,comme ça se produit de plus en plus,on peut dire que de la haine de classe à la haine de race,il n’y a qu’un pas que bellaciao aide à franchir un peu trop souvent!!Choisissez mieux vos amis!

  4. calebirri dit :

    @ Ali

    il ne s’agit pas de distribuer des bons points aux ONG ni aux dictatures, mais juste de constater que, de quelque côté qu’on prenne la chose, il est intolérable que des millions de personnes se retrouvent ainsi sans avoir de qui se nourrir, que ces personnes viennent d’ici ou d’ailleurs, qu’ils soient musulmans ou pas, qu’ils soient noirs ou blancs…

    je ne comprends pas votre colère (ni vos amalgames) contre Bellaciao, dont la politique éditoriale ne m’intéresse que peu : si ce site m’autorise à publier mes articles sans les déformer ni les couper, alors c’est tout ce qu’il me faut.

    Bien entendu, je n’envoie pas mes textes au site du FN, encore que cela ne me dérangerait pas outre mesure, tant que mes textes ne subissent aucune modification. C’est sans doute de leur part que la « censure » viendrait, mais peut-être d’ailleurs il serait intéressant d’en faire l’expérience : il est plus difficile de convaincre des sceptiques que de persuader des convaincus, je vous l’accorde.

    Mais pour moi, l’essentiel réside dans le fond du texte. Qu’en pensez-vous au juste, avez-vous des arguments qui me permettent de me faire changer d’avis, c’est-à-dire de trouver une justification valable à l’injustice qui caractérise notre monde, et dont cette famine est une conséquence terrible ?

  5. interlibre dit :

    Merci Caleb pour vos articles pertinents et humains. (dans le bon sens du terme)
    Le monde se barre en couille, cette société ne peux pas tenir en l’état.
    Monsieur Ali, réveillez vous la seule différence entre les « démocraties libérales » et les dictatures c’est l’hypocrisie. Pour information, ce n’est pas parce que l’on critique les démocraties que l’on soutient les dictatures, depuis quand le manichéisme a remplacé le bon sens ?

  6. Collectif Bellaciao dit :

    Tout d’abord, je dois vous signaler que je ne suis pas responsable de la modération de Bellaciao, et ensuite que j’en ai été moi-même victime à plusieurs reprises : si il y a censure, elle n’est peut-être pas toujours si orientée…

    cet phrase mérite des explication, sans parler que vous avez accepté de dialoguer avec un faf…

    Collectif Bellaciao

  7. calebirri dit :

    @ Collectif Bellaciao

    Bonjour, il m’est effectivement arrivé de voir certains papiers (pas beaucoup c’est vrai) retoqués par la modération. Je ne m’en plains pas, je voulais juste faire comprendre à Ali qu’il se trompait donc en accusant Bellaciao de « censurer » toujours « contre lui ». Pour moi, il n’y a donc aucun problème, chacun passe ce qu’il veut sur son propre site !

    Pour le reste, j’accepterai de dialoguer avec le diable aussi, car le but pour moi n’est pas de ne parler qu’à des convaincus, mais aussi de convaincre au delà des clivages habituels. Bien qu’il semble évident qu’Ali puisse difficilement changer d’avis, je trouve bon de montrer et de répondre aux amalgames et incohérences de son commentaire plutôt que de le « censurer ». J’ai eu le même genre de débat sur agoravox, et je ne peux m’empêcher de penser qu’il vaudrait mieux lire Hitler et ses aberrations que de censurer ses « écrits », car censurés ils prennent une valeur « symbolique » qu’ils ne pourraient avoir si on prenait la peine de les analyser vraiment.

    Je ne sais si cette explication vous conviendra car l’exemple est sans doute un peu exagéré, mais j’imagine que vous en avez saisi le principe… et puis vous connaissez sans doute l’état d’esprit qui m’anime… je continuerai donc de publier mes papiers sur Bellaciao, contre l’avis d’Ali, et j’espère avec votre soutien !

    @ bientôt donc, et n’hésitez pas à revenir me voir de temps en temps, surtout si je ne vous ai pas encore convaincu !

    Caleb Irri

  8. Fab dit :

    Collectif Bellaciao,

    Un petit hommage dans un message qui n’a pas eu l’heur de passer la censure chez Paul Jorion (MESSIEURS QU’ON NOMME GRANDS, SIMPLIFIEZ !) :

    Paul,

    Bon choix que l’Assomption pour présenter son projet bouclé.

    Encore une fois : les causes que vous donnez à la crise sont superficielles, économiques. Mais l’économie n’est qu’une expression du vivre-ensemble, le porte-monnaie de la gestion du foyer. Seulement le porte-monnaie. Albert Jacquard, qui n’a pas connu Keynes dit que « Ce n’est pas une crise économique, c’est beaucoup plus : la façon de vivre les uns avec les autres est remise en question ». L’économie est certes remise en question, mais elle n’est pas la seule.

    Sur la forme : la finance est là pour absorber l’excédent de monnaie produite par le travail. Or, vous souhaitez réinvestir dans le salaire ce qui sera récupéré de la mort ou de l’amputation de la finance : comment va fonctionner le bouzin : consommer plus ou travailler moins ?

    À mon avis, pour que chacun « s’occupe du monde » qui part en sucette à la vitesse d’une chaussure vers un dictateur, il faudrait commencer par se pencher sur cette question.

    Sur le fond : la démocratie ne peut se faire qu’avec des déserteurs.

    Je mendierai ma vie
    Sur les routes de France
    De Bretagne en Provence
    Et je dirai aux gens:
    Refusez d’obéir
    Refusez de la faire
    N’allez pas à la guerre [économique]
    Refusez de partir
    S’il faut donner son sang
    Allez donner le vôtre
    Vous êtes bon apôtre
    Monsieur le Président
    Si vous me poursuivez
    Prévenez vos gendarmes
    Que je n’aurai pas d’armes
    Et qu’ils pourront tirer

    Bon 15 Août : O mamma mia o che tormento … Io t’invoco ogni doman

    http://www.parismatch.com/Actu-Match/Environnement/Actu/Albert-Jacquard-Notre-monde-court-a-la-catastrophe-83957/

    ********************************************

    PS : Pardon Caleb Irri pour cette intrusion.

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...