Dénonciation de crime

Posté par calebirri le 4 juin 2011

J’ai entendu dire que « ne pas dénoncer un crime est un délit ».

 

Partant de ce principe, je me dois alors de raconter ce que j’ai vu et entendu, car le crime est grave et les victimes fort nombreuses. Et le pire est que le (ou les) coupable (s) courent toujours, protégés par une sorte de Loi du silence qui nuit à l’éclatement de la vérité… et qui laisse entrevoir que le pire est à venir.

 

Cela remonte à longtemps déjà, et nous sommes pourtant nombreux à pouvoir témoigner : les preuves sont accablantes et incontestables, et visibles par tout un chacun. Mais c’est que les personnes engagées sont des personnages de la plus haute importance, et qu’en faire tomber un, cela signifierait en faire tomber plusieurs… enfin je pense.

 

Car si les crimes sont évidents, et les coupables clairement identifiables, les commanditaires sont plus difficiles à atteindre. Il apparaît dans ce dossier que de nombreuses plaintes ont déjà été déposées, mais apparemment aucune d’entre elles n’a abouti, ni même été suivie d’effets.

 

Cette affaire, si elle venait à apparaître au grand jour, serait sans doute susceptible de choquer durablement toute la population, et remettrait peut-être en cause toutes les valeurs sur lequel notre pauvre monde s’est fondé (ou assis, le mot est juste aussi). Enfin en théorie. Car les criminels en question, de nombreuses victimes les connaissent sans le savoir. Mais il apparaît qu’aucun des responsables n’a jamais été clairement dénoncé, et qu’aucun membre de cette sombre affaire n’ai jamais été ni inquiété, ni même jugé ; et que malheureusement, il y ait peu de chances pour qu’il en soit ainsi.

 

Avant d’aller plus loin dans mes accusations, je voudrais dire combien ma démarche est dangereuse et peut conduire à faire éclater une vérité qui rangerait le formidable « débat de fond » amorcé pour la présidentielle à l’état d’anecdote. Mais puisque la Loi me l’impose, alors il faudra bien m’y soumettre.

 

Cette affaire concerne donc des actes hautement répréhensibles par cette même Loi, et engage la vie et la mort de milliers, voire de millions de personnes sur cette planète. et je connais le coupable. Et son nom, je vais vous le dire, car ni Monsieur Ferry ni personne n’osera sans doute aller si loin…

Alors je me lance, à mes risques et périls  :  j’accuse l’Argent (est-ce un pseudonyme, un acronyme ?) d’être le plus grand criminel que la terre ait jamais porté, et je prétends pouvoir en apporter la preuve à qui me le demandera .

 

Derrière ce nom « Argent »se cachent les pires exactions que les hommes ont fait subir, depuis des siècles, à d’autres hommes censés être leurs frères. Derrière ce nom se cache  un système mafieux dont les ramifications parcourent toute la planète, et dont le réseau peut atteindre des milliers de gens en un instant : guerres, famines, climat, meurtres, vols, licenciements, exploitation, destruction, l’Argent est le plus grand criminel que notre Terre ait jamais eu, car il est devenu le Dictateur Universel. Il impose aux hommes de se battre entre eux (on appelle ça la concurrence) pour parvenir à intégrer une sorte de « secte » obscure appelée « les riches », mais il n’y a pas de place pour tout le monde. Ceux qui ne se soumettent pas à Sa loi son condamnés à rester dans la misère, car la secte des « riches » est toute puissante. Insaisissables, protégés par des lois qu’Il achète, ses Ministres les Gouvernants sont Ses hommes de mains, et sont coupables de s’être soumis à la volonté d’un pouvoir qui n’a comme seul objectif que de s’auto-entretenir en provoquant partout où il passe la misère, la peur, la haine et la mort.

 

Mais « la loi des riches » entre en contradiction totale avec LA Loi, celle qui se doit de respecter l’esprit de la « Déclaration Universelle des droits de l’Homme et du Citoyen » dans laquelle on considère que les hommes naissent libres et égaux en droit, ou que chacun a droit à la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression. Outrepasser ces droits est un crime car il pousse, directement ou indirectement, aux pires extrémités citées plus haut, et que tout le monde peut en constater les effets sur les Hommes.

Il fallait bien le dénoncer, car il faudra bien un jour que ces criminels soient jugés, et condamnés.  Mais qui voudra bien recevoir la plainte ?

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

 

6 Réponses à “Dénonciation de crime”

  1. guillaume dit :

    bonjour,

    non je ne suis pas d’accord avec votre texte : l’argent est un moyen et dire que l’argent est le problème revèle un manque d’approfondissement dans l’observation de ce qui est la cause du problème lié à l’argent, au pouvoir : l’avidité.

    si on enlevait l’argent, l’avidité trouverai un autre moyen d’expression.

    de l’avidité nait la course éffrénée à la satisfaction, ainsi qu’une grande immaturité qui est une conséquence de l’abscence de lien entre l’homme et le phénomène d’existence tout entier.

    le problème est l’avidité, mais pouvez vous percevoir la votre, et vous en débarrasser en la laissant tomber , simplement, en prenant conscience de ce qu’il en coute??
    merci

  2. calebirri dit :

    @ Guillaume

    Le véritable problème est que l’argent n’est justement plus un moyen mais une fin.

    L’avidité est une notion philosophique, un défaut pour certains, une qualité pour d’autres. Certains ont de l’avidité pour la nourriture, d’autres pour le sexe, d’autres encore pour les mathématiques ou la connaissance…

    L’avidité ne nuit que lorsqu’elle dépasse la mesure, lorsqu’elle passe dans l’excès. En supprimant l’argent on ne supprime pas l’avidité, mais l’avidité sans retenue, la « cupidité ».

    A mon avis, vous confondez la recherche de la satisfaction des besoins ( le bonheur ?) avec « la course effrénée » à la richesse sans conscience d’une part que la possession ne rend pas forcément heureux, et d’une autre que cette satisfaction personnelle (toujours insatisfaite qui devient frustration) nuit à celles de certains autres.

    En dehors du capitalisme seulement il est envisageable de prétendre à la satisfaction de ses propres désirs sans nuire à celle des autres.

  3. guillaume dit :

    non caleb,

    l’argent est devenu une fin parce que l’avidité est arrivé à un paroxysme.
    mais dans les faits, il reste un moyen, moyen d’échanges, même si les esprits qui l’utilise le font sur des bases de toujours plus.

    l’avidité n’est pas une notion phylosophique mais une réalité bien quotidienne. c’est un élan de devenir, rien à voir avec l’état d’être.

    l’avidité est toujours ecessive, parce que sinon c’est satisfaire des besoins et non construire et valoriser une image face aux autres, la quète du pouvoir en quelque sorte.

    l’avidité est un conflit, ou un etat conflictuel dans la conscience humaine, et son expression est , entre autre, le capitalisme.

    enlever le capitalisme ne soignera malheureusement pas la maladie de l’homme, mais si l’homme comprends son etat maladif, et se soigen par la comprehension et l’abandon du culte de l’image et des idéologies, alors cet etat ( le capitalisme) desequilibré et nocif cessera de lui même.
    merci

  4. Betov dit :

    Entre avidité et argent coupable, on passe sur le concept pourtant si simple de nécessaire criminalisation de l’excès de richesse. C’est pourtant si simple…

    Il suffit de PLAFONNER. Pas de plafonner ceci ou cela mais de plafonner TOUT. Salaire, marge bénéficiaire, intéressement, prestations … tout, … à commencer par le patrimoine autorisé par tête …

  5. Jimbho dit :

    Plafonnons les idées tant qu’on n’y est!!

  6. calebirri dit :

    @ Guillaume

    Non, Guillaume, c’est le contraire ! L’avidité est arrivée à son paroxysme PARCE QUE l’argent est devenu une fin… et qu’on n’en a jamais assez

    Le capitalisme organisant la rareté, il apparaît que l’avidité en est une conséquence. Supprimez le capitalisme et sera rendue possible l’opulence, corollaire logique de la fin de l’avidité (au sens où vous entendez ce terme).

    Si l’homme cessait d’être conditionné à cette avidité, le capitalisme ne tiendrait pas deux minutes : il serait obsolète

    @ Betov

    Même réponse qu’à Guillaume, supprimez l’excès de richesse et le capitalisme n’a plus lieu d’être…

    @ Jimbho

    Ne plafonnons ni nos rêves, ni nos exigences !

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...