Si j’étais Nicolas Sarkozy

Posté par calebirri le 10 janvier 2011

Si j’étais Nicolas Sarkozy, je dormirais mal. Je me lèverais très tôt, et toute la journée je me verrais obligé de sourire à des gens qui m’énervent, ou pire à des gens qui m’indiffèrent. J’aurais un tas de rendez-vous plus ou moins importants auxquels je serais obligé d’aller, je serais contraint de prendre des décisions engageant des millions de personnes autour de moi. Le soir, je serais épuisé, et cela me rendrait sans doute agressif ou impatient.

 

Si j’étais Nicolas Sarkozy, je me sentirais mal dans ma peau. Après avoir été porté aux nues par un peuple infidèle et volatile, je me saurais détesté par plus de 70 % de la population française, et tout cela sans compter les étrangers. Je me verrais critiqué dans tous les journaux, attaqué sur toutes les radios, moqué dans tous les bars de France. Tous mes travers, tous mes tics, toutes mes faiblesses seraient montrées au grand jour, et cela me ferait devenir froid et renfermé.

 

Si j’étais Nicolas Sarkozy, je me croirais dupé. Elu pour être le premier citoyen de France, on me dirait sali dans des combines scabreuses pour gagner moins qu’un patron du CAC40, alors que mon honneur et ma dignité seraient trainés dans la boue. J’aurais pris des décisions difficiles influant sur le cours de l’Histoire, et l’Histoire ne retiendrait de moi que quelques invectives lancées à des individus inexistants. Je deviendrais aigri et prétentieux.

 

Si j’étais Nicolas Sarkozy, j’aurais l’impression de me promener toujours tout nu. Mes amours, mes joggings, mes vacances, mes sms, tout le monde ne parlerait que de cela. Que cela soit vrai ou faux importerait peu, mais nuirait considérablement à ma vie personnelle… devenue quasi-inexistante. Je ne pourrais rien faire comme tout le monde, et tout le monde me le reprocherait. Je m’endurcirais, et me contiendrais.

 

Si j’étais Nicolas Sarkozy, j’aurais peur tout le temps. Peur de me promener dehors, de prendre l’avion régulièrement, de me retrouver au milieu d’individus hostiles et incontrôlables. Je finirais par croire aux rumeurs que j’entretiendrais pourtant moi-même, et craindrais l’attentat terroriste par dessus tout. Je ferais attention à tous ceux qui m’entourent, et ne me confierais à personne. Je deviendrais tyrannique et terrorisé.

 

Si j’étais Nicolas Sarkozy, j’aurais une vie trépidante qui ne me donnerait que des soucis, et dont les avantages évidents ne suffiraient pas à m’offrir le semblant d’un début de bonheur personnel. Les conséquences de mes actes quotidiens, loin d’être inutiles, auraient même le pouvoir d’être nuisibles à une majorité d’individus, sans que j’en puisse reprendre le contrôle.

 

Si j’étais Nicolas Sarkozy, en 2012, je ne me représenterais pas.

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

3 Réponses à “Si j’étais Nicolas Sarkozy”

  1. Bettina dit :

    D’accord avec vous.
    Et que pensez-vous du silence de mort de nos dirigeants devant les assassinats des jeunes gens qui se révoltent, en Tunisie, par Ben Ali et sa police?
    Un silence de mort nous environne…

    Dernière publication sur FICTIONS et frictions : Colère

  2. Soye dit :

    Pourquoi donc attendre 2012 pour ne pas te représenter ?
    Si tu étais machin, tu ne voudrais pas démissionner là, maintenant, tout de suite ?

  3. Eddie dit :

    Les tunisiens ont réussi par la révolte, la force, la contrainte à se débarrasser de leur président « démocrate ». J’espère maintenant que l’hirondelle tunisienne fera le printemps des peuples européens et américain actuellement esclaves des financiers. Il fait absolument maintenant que les peuples se révoltent vraiment et chassent tous ces dirigeants qui les desservent et les trahissent aux profits des financiers. La seule façon d’avoir une assemblée constituante populaire est de l’établir par la force populaire. Puis de traduire en justice les politiciens de droite comme de gauche, les parlementaires, les députés, les hauts fonctionnaires, les financiers, les journalistes des médias serviles, les moult groupes de pression…

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...