• Accueil
  • > crise
  • > ce n’est pas contre les retraites qu’il faut manifester

ce n’est pas contre les retraites qu’il faut manifester

Posté par calebirri le 5 septembre 2010

Le 7, c’est demain. Grèves et manifestations au programme. Du monde en perspective, du moins si l’on en croit les projections. En face, le gouvernement reste sur ses positions, et ce bien qu’il fasse croire à des arrangements possibles. Monsieur Woerth plie mais ne rompt pas, et il aurait bien tort de s’en priver… c’est à ça qu’il sert.

 

Les syndicats vont se tailler la part médiatique la plus importante, et les partis de gauche vont tenter de tirer la couverture vers eux. La droite va minimiser les chiffres, et y opposer ceux de la police. Tout le monde en définitive sera satisfait, car pour tous la démocratie aura joué son rôle, et marqué la bonne tenue de nos institutions.

 

Pour ma part, j’espère vraiment que la mobilisation sera la plus forte possible, mais à vrai dire je sais très bien qu’elle ne servira à rien. D’ailleurs tout le monde sait qu’au fond tout cela ne servira à rien. La seule chose qui compte pour tous, c’est l’apparence de la victoire, et les retombées médiatiques qui permettent de ratisser des électeurs. Pour tous la démocratie se trouvera validée par la seule rébellion qui soit autorisée, et chacun rentrera alors chez lui fier et content, ayant la sensation du devoir accompli, et puis retournera travailler le lendemain, avec la déception à digérer…. quelle arnaque !

 

Rendez-vous compte, qu’il y ait 2 ou 4 millions de manifestants ne prouvera pas que le gouvernement fait fausse route, ni ne fera changer les choses d’un iota. La seule information qui ressort de ces manifestations concerne le nombre de personnes qui croient encore à la valeur de celles-ci. Car la manifestation n’est en réalité que l’expression de la soumission des citoyens au système qu’ils sont censés contester, et celle de l’illusion démocratique qu’elle permet de créer. Quand on y songe, on sait bien à quel point toutes ces actions sont vaines, et pourtant elles sont quasiment les seules possibles : les pétitions, les rassemblements festifs, les journaux, les tracts et la grève sont presque aussi inutiles que s’ils n’existaient pas, au moins d’un point de vue pragmatique.

 

Mais il ne faut pas être pessimiste, et certaines actions sont tout de même susceptibles de porter leurs fruits. Le seul problème étant la réaction du gouvernement, qui dans son arsenal démocratique possède presque toutes les armes juridiques (et autres) pour les empêcher. La grève générale par exemple, serait une méthode valable, pour peu qu’elle soit bien organisée, et dure assez longtemps pour effrayer nos gouvernants, sans pour autant qu’elle tourne à l’affrontement. Mais il faudrait qu’à cette occasion les grévistes se montrent unis et solidaires.

Il faudrait aussi des rassemblements massifs comme il s’en est déjà produit dans de nombreux pays, répétés et solides, réclamant le retour sur les mesures prises, et imposant les mesures justes.

Il faudrait également des médias libres et indépendants répercutant les mots d’ordre, éveillant les consciences aux autres possibilités qui existent.
Bien entendu, certaines actions seraient vite considérées par les dirigeants comme illicites ou illégales, mais il faut bien comprendre qu’à ce moment, et c’est tout l’enjeu du rapport de forces qu’il faut créer, nous ne serons déjà plus dans un cadre démocratique : si le gouvernement refuse d’entendre la voix du peuple, c’est lui qui devient illégitime, et les méthodes répressives qu’il emploie illégales.

Mais pour en arriver là, il faut un idéal, car les masses ne se regroupent pas si facilement. Et même si nombreux sont ceux qui rêvent de ce « grand soir », du changement qui redonnerait l’espoir à tous, et la volonté de tourner la page…il faudra bien avoir quelque chose d’autre à proposer. Car même en imaginant le recul du gouvernement sur les sujets les plus importants, même en rêvant sa déchéance face à la détermination du peuple, nous ne serions pas beaucoup plus avancés. Il nous faudrait revoter pour les mêmes incompétents assoiffées de pouvoir et d’argent, qui nous promettront les mêmes résultats illusoires, et qui finiront eux aussi par nous conduire dans la rue… retour à la case départ.

 

C’est pour cela que ce n’est pas la réforme des retraites qu’il faudrait dénoncer ce 7 septembre, ni même le départ du gouvernement qu’il faudrait réclamer, mais bien plutôt la mise en place de nouveaux principes, de nouveaux droits, une nouvelle constitution. Avec pour soutien l’ensemble des populations exploitées par un système injuste dont on connaît déjà la finalité : quelques centaines de maîtres pour quelques milliards d’esclaves. Il ne faut pas demander le recul sur telle ou telle mesure, mais exiger la fondation d’une nouvelle démocratie, non plus basée sur l’intérêt individuel, mais sur l’intérêt général.

Manifestons pour un autre monde, pas contre celui-ci. Il faut d’abord réfléchir, préparer ce nouveau monde, et les manifestations ne doivent venir qu’après, comme le moyen démocratique ultime, un vote réel et sans tricherie possible, avec une majorité incontestable. Quand les 90 % d’exploités seront prêts, ensemble, à venir réclamer leur dû aux 10 % d’exploiteurs, alors nous pourrons aller manifester tranquillement, et rien ne nous sera refusé : le peuple s’installera à la place qu’il doit tenir naturellement, et les justes mesures voulues par tous suivront alors.

 

Caleb Irri

http://calebirri.unblog.fr

3 Réponses à “ce n’est pas contre les retraites qu’il faut manifester”

  1. stepht dit :

    « Quand les 90% d’exploités seront prêts, ensemble, à venir réclamer leur dû… », la manifestation sera devenue inutile!
    Auparavant, il faudra qu’ils prennent conscience qu’ils sont exploités, et notamment que la quantité de travail à fournir pour que l’humanité vive -confortablement!- n’est pas proportionnelle à l’espérance de vie…
    st~

  2. ZapPow dit :

    C’est pour cela que ce n’est pas la réforme des retraites qu’il faudrait dénoncer ce 7 septembre, ni même le départ du gouvernement qu’il faudrait réclamer, mais bien plutôt la mise en place de nouveaux principes, de nouveaux droits, une nouvelle constitution.

    Il y a longtemps que j’attends que quelqu’un présente une nouvelle constitution. J’ai moi-même quelques idées à ce sujet, dont je crains qu’elles ne me rangent parmi les illuminés, et ne réunissent rien de plus que infime groupuscule

  3. sdr dit :

    Zappow et Calebirri : vous parlez d’autres formes de constitution et d’organisation de la société ….( d’accord avec le fait que l’argent n’y aurait pas sa place par exple…. )

    Il n’est plus questions de passer pour des illuminés, il est p-ê question de se rassembler pour tenter d’avoir des idées à ce sujet, partagez donc….

    Merci :)

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...