• Accueil
  • > crise
  • > le protectionnisme d’abord, le nationalisme ensuite

le protectionnisme d’abord, le nationalisme ensuite

Posté par calebirri le 13 mars 2010

Dans le monde capitaliste, le progrès est synonyme d’innovation technologique, et de concurrence « libre et non faussée ». Les monopoles sont en théorie interdits, car ils remettent en cause le bénéfice du progrès, qui doit selon une définition plus vaste de cette acception servir au bien-être de tous les hommes. A travers la concurrence les prix doivent inévitablement baisser, pour permettre au plus grand nombre de profiter des bienfaits que nous offre l’innovation technologique.

Si la puissance des nations riches d’aujourd’hui s’est construite en grande majorité grâce à ces innovations, elle n’a pourtant été rendue possible que grâce au protectionnisme, censé défendre l’économie, et l’indépendance de ces nations (qui en réalité n’ont fait que protéger que leurs propres intérêts). Mais le protectionnisme a été remis en cause après la deuxième guerre mondiale, puis dévalorisé au cours des décennies suivantes, pour faire place à l’idée de la mondialisation, de la dérèglementation, du libre-échange. C’est ce qu’on appelle le « néo-libéralisme ».

Bien entendu, ce libéralisme proclamé n’est jamais allé jusqu’au bout, et le protectionnisme n’a jamais totalement disparu : même si l’entente de certaines entreprises par rapport à leurs relations parfois incestueuses est théoriquement condamnable, ces liens pour fausser la concurrence existent toujours. Comme existent toujours la dépose de brevets (qui ne sont rien de moins que l’autorisation d’un monopole pendant un certain nombre d’années), ou l’incompatibilité  entre les produits des différentes marques, qui nuisent évidemment à la possibilité pour les peuples de bénéficier, au moins dans un premier temps, des bienfaits de ces innovations.

Mais avec la crise, qui n’est en définitive que la conséquence directe de la mondialisation (on va chercher ailleurs la main d’oeuvre moins chère, les lois les moins contraignantes au niveau du droit du travail ou des normes écologiques-en mettant en péril l’économie des nations dont sont issues les entreprises qui, auparavant, faisaient tourner leur propre machine économique), les gouvernements se sont aperçus que non seulement les impôts ne revenaient plus dans le giron national (paradis fiscaux, installation en pays étrangers), mais qu’en plus cet état de fait conduisait à terme à développer l’économie des autres pays dits « émergents », donc au détriment des « vieilles nations ». L’innovation technologique, par l’intermédiaire de contrats passés entre les Etats accueillant les entreprises innovantes (transferts de technologie) ou les « cerveaux », risquait également de leur échapper, et avec elle toute possibilité de conserver l’avance qu’ils avaient conquis de longue date sur le dos des pays les plus faibles.

Face à ce danger, on assiste désormais au retour du protectionnisme, comme l’a prouvé récemment l’affaire de l’appel d’offre de l’armée américaine sur les avions-ravitailleurs. Car pour être à peu près cohérents dans la logique libérale, les brevets ne tiennent qu’un temps, et les monopoles finissent par disparaître, comme on le voit avec la venue sur le marché des médicaments génériques qui, une fois tombés dans le domaine public, réduit considérablement les bénéfices de certaines entreprises toujours innovantes certes, mais pas forcément sur le territoire des dominants de l’économie.

Pour ne pas laisser leur pays dépérir à l’avantage de leurs ennemis économiques, il faut donc pour les pays puissants faire revenir à tout prix les capitaux sur leur territoire, et promettre monts et merveilles aux grands patrons (baisse des droits du travail, des cotisations et autres taxes, des salaires), afin de faire revenir l’innovation et l’emploi à l’intérieur de leurs frontières.

Comme l’argent est le nerf de la guerre, et que les grandes puissances d’hier ne possèdent plus que leur potentiel technologique (avec l’abandon des colonies et la « tertiarisation de l’emploi », les matières premières sont désormais importées) pour conserver leur pouvoir, il faut agir assez vite. La guerre en Irak, comme celle d’Afghanistan, sont bien une conséquence de la peur des pays riches de perdre ce pouvoir, et c’est évidemment pour cette raison qu’ils ont repris la colonisation de force, afin de s’emparer, et de transporter ces matières premières pour leur propre compte. Et de les défendre avec les armes s’il le faut.

Car le combat est féroce : face à des géants comme la Chine, l’Inde où le Brésil, il faut protéger son pré-carré, et ce malgré toutes les bonnes volontés fraternelles affichées : les Etats sont en cela comme les individus : à l’intérieur du système capitaliste, si ce n’est pas l’un qui prend la place, un autre la prendra.

Lorsque dans l’Histoire, de tels retournements de situation se sont produits, on a chaque fois assisté aux sourires de façade entre ennemis, aux embrassades officielles entre partenaires, et en sous-main à de secrets traités d’alliance permettant de s’assurer une force plus importante en cas de problème avec « un concurrent ».

On ne parle plus alors de protectionnisme, mais de nationalisme. Et face à la crise qui ne fait que s’amplifier par les mesures protectionnistes qui ne font qu’amplifier les tensions entre les nations, les mesures prises visent à rejeter ce qui coûte à la nation, et protéger ce qui lui rapporte. Le traité ACTA, en préparation discrète, semble être un bon exemple de cette bataille qui se conduit pour protéger les intérêts des pays puissants se sentant menacés. En prétextant la défense des droits d’auteurs, les brevets, ces nations s’arrogent le monopole quant à certaines innovations technologiques capables d’être stratégiques (économiquement, mais aussi militairement), tout en s’autorisant le contrôle et la surveillance, à ce titre, de toutes les communications possibles, qui pourraient vite être redéfinies en « espionnage », car risque provoquer une défaillance de ce protectionnisme.

L’usage d’internet, qui a profondément modifié les relations entre les peuples, a également modifié les relations entre Etats. Car à partir du moment où un Etat se renferme sur lui-même, et qu’il s’inscrit dans le nationalisme, l’ouverture sur les autres est un danger pour lui. Il n’est pas innocent que les signaux concernant la liberté sur internet virent peu à peu au rouge ; c’est que la course est désormais lancée, et il est fort possible que d’ici à peu certains masques tombent, et qu’on nous ressorte les vieux discours du genre « celui qui n’est pas avec nous est contre nous ».

Le pire dans tout cela, c’est que nous savons très bien, tous, où cela conduit, comme il en a toujours été : le nationalisme d’abord, la guerre ensuite…

 

Caleb Irri

http://www.calebirri.unblog.fr

2 Réponses à “le protectionnisme d’abord, le nationalisme ensuite”

  1. Betov dit :

    Article boiteux et conclusion absurde.

    Article boiteux depuis le tout premier membre de phrase, « Dans le monde capitaliste, le progrès est synonyme d’innovation technologique ». J’ai relu plusieurs fois en pensant que j’avais loupé une marche… la pierre polie… le bonze… les roues à eau de Mésopotamie… :(

    On continue avec les idées reçues sans fondement ni démonstration… en effaçant au passage le déclencheur des deux guerres mondiales, pour en arriver à lier nationalisme et protectionnisme, et finir sur le thème guerrier.

    Je disais dans un autre commentaire que la troisième guerre mondiale me semblait à peu près inévitable, mais certainement pas en raison du nationalisme. Quelle idée déconnectée de tout réel ! Est-ce en raison du nationalisme supposé de Chavez, partie prenante de l’ALBA, que les USA rêvent de pouvoir attaquer le Vénézuéla ? Est-ce en raison du nationalisme supposé d’Armaninejad (partisan du pan-islamisme) qu’Israël rêve de vitrifier l’Iran ? Est-ce en raison du nationalisme (bien réel, celui-là) de la Chine, que les USA détruisent avec application l’Afghanistan ?

    Non, rien de tout cela. Quand un empire ne repose que sur la violence, il ne peut rien faire d’autre que ce qu’il sait faire. Les USA, depuis leur fondation, ont toujours été un pays génocidaire. Tout au long de leur petite histoire, après avoir éradiqué les nations indiennes, ils n’ont cessé de mettre l’Amérique du sud à feu et à sang, puis de ravager l’Europe. Les seules fois où l’on a vu les USA dominer autrement que par la violence et la mort, ce fut par la corruption massive, comme, par exemple, en Egypte. Il est vrai, qu’avant la corruption, l’Egypte avait commis l’effroyable faute d’être… nationaliste, n’est pas ?

    Sans doute, Saddam Hussein, serviteur de tous temps des USA, mais nationaliste convaincu, a-t-il mérité l’application d’une justice divine ? Qui sait ?!

    Je comprend bien que lorsqu’on veut publier dans la poubelle mange-tout d’Agoravox, on se doive de faire de belle dissertations, Caleb…. Mais là… peut mieux faire. Doit beaucoup mieux faire, dirais-je, pour sortir de la catégorie « pense-petit ».

  2. calebirri dit :

    @ Betov

    je vous l’accorde, cette phrase d’accroche est sans doute mal tournée… d’ailleurs, je lui accole en plus « la concurrence libre et non faussée », ce que vous avez omis dans votre commentaire, mais qui exprime le lien entre l’innovation technologique et le rapport à la concurrence…

    mis ensuite en rapport avec le concept de rareté, par l’intermédiaire des monopoles créés par les brevets, je soutiens tout de même mon point de vue : le progrès technologique devrait être utile à tous (comme la roue à eau dont vous parlez), mais dans le capitalisme il ne sert effectivement que les intérêts de certains… nous en revenons alors au même point. en dépit du fait que le capitalisme ne soit pas le seul à rechercher l’innovation.

    ensuite, pour faire le lien avec le nationalisme, il ne faut pas tout mélanger : le fait qu’un Etat veuille protéger ses innovations ne signifie pas qu’il lutte contre les autres Etats pour s’imposer, mais plutôt qu’il crée les conditions pour ne pas rendre possible l’utilisation de « ses » innovations aux autres pays. ce sont les autres Etats qui en retour, ne bénéficiant pas de ces innovations, se renferment eux-aussi sur eux-mêmes, dans une sorte de « puisque vous ne voulez pas nous en faire profiter, alors vous n’êtes plus mon copain ». c’est là que les choses se corsent.

    si vous regardez bien, Venezuela, Iran, Afghanistan ne sont pas précisément ceux qui ont le plus bénéficié des bienfaits de l’innovation technologique, mais plutôt ceux qui ont subi les conséquences économiques négatives du fait de leur retard, dû au protectionnisme des pays comme les USA qui n’ont pas voulu partager leurs innovations.

    l’Egypte par exemple, n’ a pas commis la faute d’être nationaliste, mais a été victime de sa volonté d’indépendance. les Etats-Unis, qui ne sont pas « génocidaires » mais capitalistes, ont tout simplement profité des fruits financiers apportés par leur avance technologique pour soumettre un pays ne disposant pas de celle-ci. c’est là tout le problème : comme celui qui a inventé le fusil face à l’arc et ses flèches, comme celui qui a inventé les canons face aux fusils, comme celui qui a inventé la bombe face aux canons : il était en possession d’une avance lui permettant de s’accaparer les biens d’autrui, qu’il mettait sous sa dépendance du fait même de cette avance. celui qui voulait s’en débarrasser ne devenait un ennemi qu’après contestation, et se faisait attaquer sous prétexte… de nationalisme, évidemment.

    pour le reste, j’aime beaucoup agoravox, mais pas au point de n’écrire que pour y être publié ; je crois y avoir déjà assez participé pour n’en être plus là…

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...