le vote, la triche et la démocratie

Posté par calebirri le 11 septembre 2009

Le droit de vote est considéré par la plupart comme le sommet de la civilisation, et le symbole même de la démocratie. Avancée majeure dans l’histoire des droits concédés aux peuples, nos aînés se sont battus corps et âme pour obtenir ce droit, que l’on considère même dans certains pays comme un devoir.

Pourtant, l’actualité nous montre un visage bien différent de l’utilisation du vote, non pas du fait du peuple, mais des candidats aux élections.

En Afghanistan, au Gabon, en Iran, et même aux Etats-Unis (pour ne retenir que les cas qui ont de l’importance au sein de notre petite France), les élections sont entachées de suspicions, d’accusations de tricherie. Bien entendu ces accusations font polémique, et se font face suivant le camp auquel on appartient.

En France, le fait de ne pas aller voter est encore vu par la génération précédente comme une erreur citoyenne grave, comme si le dégoût que ces tricheries provoque chez certains citoyens était une insulte à la démocratie. Mais ne voient-ils pas, tous ces pourfendeurs d’abstentionnistes, que le vote n’est pas la condition préalable à la démocratie ? et même, pour aller plus loin encore, que la démocratie est peut-être la condition préalable au vote libre ?

Regardons un peu les élections du PS, dont on parle abondamment ces derniers jours. Jusque dans les profondeurs de certains bureaux obscurs, on triche, on trafique et on ment. Les batailles pour le pouvoir se glissent jusque dans les chaussettes, ou dans des enveloppes, rangées à côté de quelques euros…

Ces mêmes personnages, candidats à des postes qu’ils obtiennent par duperies, sont ceux qui ensuite vont faire la morale aux petites gens qui ne déclarent pas leurs deux postes de télé, ou qui rechignent à payer leur place de stationnement. Ceux-là mêmes qui se veulent les exemples et les émanations de la démocratie sont englués dans de vilains petits comptes d’apothicaires, et sont ensuite capables de vous regarder droit dans les yeux en allant presque jusqu’à refuser de discuter avec celui qui ne vote pas.

Honnêtement, à quoi bon continuer à se leurrer ainsi ? même lorsqu’un scrutin n’est pas sujet à suspicions, il n’est pas pour autant le fruit d’une volonté éclairée, ou tout du moins considéré comme tel s’il ne correspond pas à la volonté des décideurs, comme on a pu le voir lors du référendum français sur le traité de Lisbonne : rejeté par une majorité de français, le gouvernement a préféré ne pas en tenir compte pour pouvoir le refourguer quelques mois plus tard à un parlement soumis ou aveugle, mais qui l’a voté contre l’avis des français. Un autre référendum va avoir lieu dans quelques semaines en Irlande, et il sera très difficile pour les partisans du « non » de faire entendre leur voix face à un déferlement médiatique en faveur du « oui ». et pour cause, les dirigeants de l’Irlande n’ont pas vraiment le choix : que les tricheries soient de mise ou pas lors de ces élections, on sait bien que le « oui » doit l’emporter, et l’emportera ; et tant pis pour la démocratie !

De toutes les manières, l’Europe dont nos gouvernants rêvent se fera avec ou sans l’Irlande, et rien que cette possibilité devrait être en mesure de faire plier les plus récalcitrants, qu’ils soient en conscience pour ou contre « cette » Europe. Que dire de plus? que nous ne sommes déjà plus en démocratie ?

Sans doute n’y avons-nous jamais été, et c’est bien là ce qui fait le plus mal à entendre. Les citoyens préfèrent croire que leur vote est légitime car cela leur donne l’impression de décider des politiques entreprises, quand bien même elles ne correspondraient pas à leurs attentes. Et puis après tout, les candidats sont élus sur des programmes, pas sur leurs actions. Quand Hitler jurait ne pas vouloir la guerre, beaucoup l’ont cru, ou ont bien voulu s’en persuader. Une fois élu et aux commandes, ils font bien ce qu’ils veulent, non?

Et nous, nous avons toujours le loisir de nous plaindre ou de critiquer : on nous répliquera qu’il fallait mieux voter ! et attendre les prochaines élections pour nous faire entendre…

 

caleb irri

Une Réponse à “le vote, la triche et la démocratie”

  1. lionelpierron dit :

    Bush avait triché dans la plus grande démocratie du monde,on croit révé.Des puissants derrière lui voulaient mettre en route un « plan » pour l’égémonie.On trouve l’un de ses frères à l’arrivé et un autre au départ(balotage dans son fief,comme par hazard)l’autre frére,travaillait dans la sécurité à New-york les deux Tours.Le président actuel Iranien est arrivé troisiéme,ce qui « colle » bien avec les faits,quand on réfléchi,l’irlande vote:non!l’irlande revote:non.l’irlande rerererevote:OUI.Les voila enfin raisonnable.Tricher,c’est normal dit un journaliste,Ségolène aurait du le faire mieux que Martine,dans toutes les élections c’est comme ça de conclure.Citoyen on t’enlève ta seule et derrière arme qui n’était guère efficace pour changer cette ploutocratie,que te reste t-il?

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...