dette publique : à qui appartient l’Etat ?

Posté par calebirri le 1 août 2009

A l’origine de la banque, il y avait des types qui proposaient de prêter de l’argent en échange d’un bien d’une valeur convenue, et lorsque l’emprunteur avait remboursé (avec un intérêt), le prêteur rendait la marchandise déposé en caution.

Ensuite, les banquiers ont proposé aux individus d’épargner, c’est à dire de déposer leurs sous en un lieu sûr et leur rapportant un intérêt. Partant du principe que tous n’iraient pas rechercher leurs sous en même temps, le banquier pouvait ainsi se permettre de faire crédit à des nécessiteux, à un taux d’intérêt supérieur à celui de l’épargnant, la commission allant dans la poche du banquier.

De ce principe découlent toutes les autres formes de prêts assurés par les banques : les banques peuvent désormais prêter à d’autres banques, et même à des banques étrangères. L’État peut emprunter à la banque, et aussi (en quelque sorte) à lui-même, par le biais « d’emprunts d’État » contractés auprès de la population.

Peu à peu, les banques privées furent en mesure de posséder un État, tellement les besoins de ce dernier (essentiellement guerriers) devenaient importants. Car la banque agit avec un État comme avec un individu : quand la banque lui prête de l’argent pour acheter une maison et qu’il ne peut pas rembourser, alors la maison appartient à la banque.
Pour remédier à ce danger, et aussi permettre à une banque de pouvoir prêter en plus grande quantité, furent créées peu à peu de grandes banques centrales d’Etat, dont le contrôle étatique permettait la plus grande confiance aux différents acteurs. Les banques privées peuvent à la fois lui prêter et lui emprunter sans grand risque, car les liquidités sont en quelque sorte garanties au dernier degré par les citoyens (hausse des impôts, emprunt d’Etat ou planche à billets) qui payeront la facture.en dernier lieu.

En autorisant le crédit à outrance, les banques privées ont de leur côté réussi à engranger des dividendes faramineux, mais ont déstabilisé les marchés, qui n’avaient plus rien à voir avec la réalité. A la première chute d’une banque qui ne parvenait plus à se faire rembourser, les épargnants ont pris peur et commencèrent à retirer leur épargne. Pour ne pas que tout s’effondre, les gouvernements ont eu intérêt à paniquer les populations pour permettre le renflouement des banques privées, et ainsi reculer l’échéance de la catastrophe inévitable.

Mais les banques privées ne prêtent que peu car la crise est profonde. L’État qui ,Lui ,a prêté aux banques hypothéquant leur pouvoir sur les épargnants, espèrent que les banques ne réussiront pas à rembourser, car elles pourraient ainsi terminer dans le giron de l’État.  l’État, lui, garantit aux banques ce que les citoyens hypothèquent à l’État, c’est à dire leur force de travail…et peut-être même celle de leurs enfants.

Mais au bout du compte, lorsque l’on constate les prévisions du FMI sur le taux d’endettement de la France pour 2014, on s’aperçoit qu’il dépasse les 100%.  Cela signifie-t-il que « quelqu’un » possède l’Etat français, puisque la totalité de sa valeur est empruntée, et peut ne pas être remboursée ?

Que peut-il se passer si le prêteur réclame le remboursement ? la guerre si le prêteur est un autre État, mais si c’est un « privé » ?

Ce privé, quand bien même il y a des banques, c’est toujours à l’arrivée le citoyen, celui-là même qui épargne, consomme, emprunte et se vend. Et la réalité, c’est que l’État n’est pas propriétaire de lui-même, pas plus que les banques ne possèdent les États. Ce sont les citoyens qui sont propriétaires des États, et il faudrait qu’ils finissent par réclamer leur dû.
caleb irri

Une Réponse à “dette publique : à qui appartient l’Etat ?”

  1. David C. dit :

    La Dette de la France n’existe pas !
    « La réalité est que la dette publique française est d’abord due aux intérêts payés aux établissements financiers auxquels nous avons emprunté. Pourquoi ? Parce que la loi Pompidou-Giscard du 3 janvier 1973, puis l’article 104 du traité de Maastricht, ont ôté le droit de création monétaire à la Banque de France et livré la monnaie aux banques et sociétés d’assurance. La dette fin 1979 était de 239 milliards d’euros, fin 2008 elle s’établit à 1327 milliards d’euros, soit une hausse de 1088 milliards en 30 ans, pendant lesquels nous avons payé 1306 milliards d’intérêts ! » Cheminade oct 2009
    Les citoyens doivent dire NON à l’austérité sociale que la pensée dominante veux nous imposer!
    Afin de faire face à la colère qui vient! Afin de faire face à la logique destructrice du système ! Afin de faire face au mépris de la classe dirigeante, en montant sur la scène de l’histoire! Afin de rompre avec la règle du jeu!
    [...]
    David C.
    david.cabas.over-blog.fr

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...