pourquoi la génétique ne me fait pas peur

Posté par calebirri le 30 mai 2009

Décrypter le génome humain puis le breveter, rendre la vie aux mammouths, cloner sa femme, vivre mille ans sans maladie, voilà des sujets qui inquiètent. Bien sûr on ne fait que commencer à entrevoir les catastrophes que la connaissance génétique est susceptible d’engendrer, et le débat sur l’éthique ou le rentable ne fait que commencer.

Mais par delà ce débat, il en est un qui, à ma connaissance, n’a pas été encore clairement tranché : celui de l’inné et de l’acquis, un bien vieux débat qui mérite qu’on s’y intéresse avant tout.

Et oui, il est bien beau de parler de la génétique  comme de la seule possibilité de conditionnement social. Aujourd’hui il est couramment accepté que nos comportements sont déterminés par notre capital génétique. Mais cela est-il exact ? Sans compter la valeur eugéniste d’un tel point de vue (si on considère que la violence ou l’homosexualité, la prédisposition à certaines maladies ou la capacité physique sont déterminables à priori, alors celui qui possède  ces informations devient en capacité de les éliminer, purement et simplement) rien ne prouve qu’il soit plus facile de fabriquer un individu sans défaut que de l’éduquer, de le conditionner à ce qu’on en désire faire.
Afin de prouver la primauté de la génétique sur le social, il n’est pas rare de voir les scientifiques se servir de la théorie de l’évolution comme soutien. Pourtant, cette corrélation est à relativiser compte tenu de son incohérence : l’adaptation au milieu (le social donc) est une donnée fondamentale de cette théorie, et ne place la génétique qu’au second rang.

Cela est explicable si l’on veut bien se donner la peine de regarder une évidence : si les caractères génétiques se transmettent et sont capables de muter à la génération suivante, c’est bien que le milieu est le facteur déclenchant de la mutation. De plus, certaines dispositions comme celle à une maladie génétique ne sont pas une certitude, car certains individus ne développeront jamais cette maladie. Cela signifie qu’au cours d’une existence, les gênes sont en mesure de s’activer ou non, de muter ou pas. Sans compter le fait que, pour que deux génomes (ou deux individus) se rencontrent, le rapprochement est  plus dicté par le climat social ( le génome est une hérédité sociale) que par sélection naturelle (comme les animaux qui s’accouplent avec l’individu dont le capital génétique -évidemment aux vues des qualités extérieures présentées- semble le plus à même de favoriser une descendance viable).

Mais ça n’est pas tout : l’épigénétique, c’est mon avis, est peu à peu en train de rendre compte de la prégnance du social sur la génétique. L’épigénétique, c’est en quelque sorte la capacité d’un gène à s’activer ou pas. Mais  quels sont les facteurs déclenchant, ou pas, un gêne ? ce que l’on mange, ce que l’on fait, le contexte extérieur, le milieu enfin. J’entendais l’autre jour un journaliste qui parlait du stress comme facteur de mutation. Il semblerait que ce soient les courants électriques générés par un stress qui en sont le moyen. Mais si des courants électriques sont capables d’être induits par un comportement, le capital génétique dont nous disposons à la naissance est un point de départ, pas un point d’arrivée. Ce que nous transmettons n’est pas seulement le mélange de deux génomes, c’est surtout le mélange de deux génomes modifiés par leur propre vie. Si les gênes se transmettaient tels qu’ils sont apparus, l’évolution n’existerait pas. Car s’ils nétaient pas capables d’évoluer en l’espace d’une seule génération, alors nous serions en droit de « supprimer » ceux et celles qui possèdent les gênes considérés comme nuisibles pour éviter toute descendance.

Alors maintenant, envisageons que 100 clones d’un acteur en vogue soient crées. Peut-on croire un instant que ces 100 bébés, même élevés par la même mère, deviennent des êtres semblables en tous points, de caractère, de physique et d’intelligence ? peut-on croire également que les enfants, faits avec 100 clones d’une starlette à la mode, seront les mêmes ?

Non, personne n’y peut croire sérieusement. Heureusement l’être humain n’est pas qu’un corps et son âme est si complexe que notre pouvoir ne suffit pas à expliquer la somme des instants qui la forgent. Jamais nous ne serons en mesure de comprendre un être de façon complète et totale, car pour cela il faudrait revivre la vie, instant par instant, de chaque être humain.

Nous pouvons donc tous dormir tranquilles car la génétique ne contrôle pas le social, qui est en réalité beaucoup plus puissant. Deux clones ne développerons jamais ni les mêmes aptitudes, ni les mêmes sentiments, ni les mêmes caractères. Il suffit pour deux frères de ne faire que regarder dans une direction différente à un instant donné, et que l’un admire les étoiles pendant que l’autre assiste à un drame de l’autre côte de la rue pour que leurs êtres ne soient plus jamais identiques.

Breveter le génome, bien, mais pour quoi faire ? nous ne sommes pas responsables non plus de celui avec lequel on naît. Refaire les mammouths très bien mais les mettre au zoo ou les laisser en liberté pour manger récoltes et troupeaux ? non, on les chasserait avant. Cloner sa femme serait-il plus évident que la séparation pour une autre ? vivre mille ans nous ferait-il tout multiplier par mille ou diviser par mille (ressources, peines de prison..) ?

Et les OGM, peuvent-ils nous tuer ? s’ils le peuvent l’homme n’aura que ce qu’il mérite, mais s’il résiste il s’adaptera, et les autres habitants de la planète aussi. Nous reviendrons alors au point de départ en se disant qu’on a perdu beaucoup de temps, surtout que la sélection génétique se fait naturellement, d’elle même.

Alors comme dit un proverbe chinois : si le problème a une solution, alors ça ne sert à rien de s’inquiéter. et si le problème n’a pas de solution, à quoi sert-il de s’inquiéter ?

 

caleb irri

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...