le communisme et le chocolat

Posté par calebirri le 2 janvier 2009

On ne peut aujourd’hui employer le terme « communisme » sans entrevoir mentalement les goulags, Staline et les misères qui ont suivi. Pourtant, le communisme tel qu’il est défini philosophiquement n’a rien de commun avec cette image « historique » qu’on a donné de sa soi-disant mise en pratique.

 

Marx n’a pas inventé le communisme, et l’URSS n’était communiste ni d’un point de vue marxiste, ni même de celui de la philosophie. En réalité le communisme n’existe pas, et n’a jamais existé. Ceci pour une raison bien simple, c’est que l’opulence est indispensable à sa mise en pratique.

 

L’opulence est elle-même impossible à établir, car le monde fonctionne dans un système capitaliste qui se base sur la rareté. Ce qui signifie que tant que la monnaie existe (et donc de fait le capitalisme), il ne peut en aucune façon coexister ces deux systèmes incompatibles.

 

Pour expliquer comment agissent ces deux systèmes opposés, on pourrait le comparer à deux familles dont le fonctionnement serait différent :

 

Dans les placards de l’une on ne trouverait qu’une tablette de chocolat par semaine, et dans ceux de l’autre une quantité de tablettes suffisant théoriquement pour plusieurs semaines.

 

Dans le premier cas l’enfant qui ne verrait qu’une seule plaquette serait tout de suite tenté de grignoter au moins une partie tout de suite, voire la plaquette entière s’il sait que son frère est également sur le coup. La rareté que représente cette unique tablette crée le désir, et la présence d’un frère ou d’une sœur provoque la concurrence. Il suffit qu’un des deux soit ou plus fort ou plus malin, et la plaquette sera pour lui.

 

Dans le second cas, l’enfant qui sait qu’au cas où il mangerait même deux tablettes entières (ce qui le rendrait évidemment malade), il en resterait suffisamment pour que son frère puisse lui aussi tomber malade. Satisfaction raisonnable du désir, fin de la concurrence.  

Et peut-être même la fin de l’obésité !

 

La rareté est une nécessité capitaliste qui permet de créer les différentes classes que le communisme veut supprimer. Un monde communiste ne peut qu’être opulent, ce qui signifie qu’à partir du moment où cette opulence sera réalisée, le capitalisme disparaîtra instantanément.

Cela signifie également que pour que les différentes classes continuent d’exister, les partisans de cette idéologie doivent éviter à tout prix cette opulence qui saperait tout leur pouvoir.

 

Après cela, on comprend mieux pourquoi on préfère jeter plutôt que donner, utiliser des énergies périssables ou laisser les guerres creuser les inégalités. Et faire croire que le communisme c’est la même chose que le capitalisme, la dictature en plus.

 

caleb irri

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...