la pensée du jour

Posté par calebirri le 29 avril 2008

Nous allons désormais travailler plus longtemps pour obtenir une retraite semblable à celle de nos ainés. Nous sommes bien loin du « gagner plus », mais passe encore.

Je ne sais pas si le gouvernement intègre dans ses calculs le plein emploi promis lors de la campagne électorale, mais je m’effraie d’avance à l’idée hérétique que nous puissions ne pas atteindre cet objectif.

Car si l’on considère le chômage des séniors (qui voudraient travailler sans le pouvoir), celui des jeunes (que l’on va bientôt obliger à accepter n’importe quel emploi), et la baisse du pouvoir d’achat ; tout cela mis en corrélation avec la politique de rigueur appliquée sur les dépenses, je m’interroge sur l’intérêt d’une telle mesure.

D’autant que l’allongement du temps de travail ne correspond pas vraiment à l’idée qu’on se fait naturellement du progrès : c’est à dire de se libérer, grâce entre autres au progrès technologique, du travail qui était jusqu’à il y a peu une contrainte pour l’homme. Mais puisque l’économie est semble-t-il le seul moyen de survivre, et plutôt que de tenter d’expliquer que le capitalisme est en déroute, le gouvernement préfère nous faire croire que le travail est un cadeau offert par la nature nous permettant de nous épanouir en société.

C’est sans doute pour cela sans doute que les programmes changeront bientôt en primaire : moins d’histoire et plus de maths, et surtout plus de morale. Comme ça, nos chères petites têtes blondes pourront oublier les luttes de leurs ainés contre l’exploitation du travail, et apprendront joyeusement qu’être un bon employé est le summum de la réussite sociale. Tout devient plus clair ainsi, et la politique du gouvernement paraît de moins en moins dépourvue de sens.

Laisser un commentaire

 

"Un homme qui crie n'est pa... |
ENDYMION |
le bien être de candresse e... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Mareil Autrement
| Etudiants du lycée Bertran ...
| Bienvenue sur le blog du RC...